8 erreurs à ne pas commettre quand on éduque un chien

Lorsque l’on adopte un chien, qu’il soit encore chiot ou déjà adulte, on a bien entendu tous envie de bien faire afin que la cohabitation se passe le mieux possible et que la relation Homme / Chien soit équilibrée et harmonieuse.

Oui mais voilà, parfois c’est bien plus facile à dire qu’à faire, c’est pourquoi je vous propose de vous expliquer ici les 8 principales erreurs à ne pas commettre et surtout pourquoi, lorsque l’on éduque un chien.



Erreur n°1 : vouloir aller très vite dans les premiers apprentissages

Que ce soit pour un chiot ou un chien adulte, tout nouvel apprentissage doit être réalisé de manière très progressive. Il faut parfois même fractionner en détails chaque étape pour être certain de mettre son chien en situation de réussite. Vouloir aller trop vite pourrait simplement mettre votre chien en faute et en situation d’échec, ce qui n’est pas ce que l’on souhaite.

J’ai souvent l’habitude de faire l’analogie suivante : aller trop vite dans l’apprentissage avec un chien c’est comme demander à un enfant de faire une division sans lui avoir appris en amont à additionner, soustraire et diviser. C’est mission impossible car l’enfant se retrouvera forcément face à un manque de capacités, ce qui ne le rassurera pas et ne lui permettra pas d’avoir confiance en lui. Et bien pour le chien, c’est la même chose, il est essentiel de favoriser la réussite de chaque étape d’un exercice.

Erreur n°2 : dire « non » de manière systématique

On a souvent tendance à dire « non » pour tout et n’importe quoi. De fait, à terme, votre chien ne fera plus du tout attention à cette indication. Préférez intégrer des indications de renoncement à la place : stop, tu laisses ou pas toucher par exemple.

Par ailleurs, il est toujours plus bénéfique et efficace de mettre en avant le renforcement de ce qui est correct plutôt que de toujours marquer d’un « non » ce que l’on ne souhaite pas. En clair, préférez indiquez à votre chien ce que vous attendez de lui plutôt que sanctionner ses mauvais comportements.

En revanche, il est tout de même important d’instaurer des règles de vie ainsi qu’un cadre de vie équilibré afin de rassurer votre chien et qu’il vous respecte, autant que vous le respectez. Pour ce faire, répondez à ses besoins, renforcez votre relation, ayez une attitude cohérente et juste, instaurez des bases éducatives pour une cohabitation harmonieuse et vous verrez que vous n’aurez même plus besoin de dire « non » à votre toutou.

Erreur n°3  : répondre sans cesse aux demandes d’attention du chien

Cette erreur est peut être, même surement, l’erreur que tout le monde commet. C’est inévitable car tellement difficile. Je m’explique ; vous devez toujours, en tant que maître, être à l’initiative des contacts de votre chien. Souvent, lorsque je dis cela aux personnes qui viennent me voir, elles me disent « oui, oui d’accord » et une minute après, le chien aboie dernière la porte et cette même personne qui me disait « oui, oui » se lève immédiatement pour aller lui ouvrir. Ce comportement ne traduit vraiment pas, selon moi, une quelconque initiative de la part du maître car le chien veut sortir, il aboie, il sort. Facile ! Et sachez que le chien n’a pas adopté ce comportement par instinct naturel, il a appris à aboyer pour sortir parce qu’il a bien vu que cette technique fonctionnait.

Dès lors que votre chien comprend qu’en adoptant tel ou tel comportement il obtient ce qu’il souhaite : c’est gagné ! Autant pour les bons que pour les mauvais comportements, vous l’aurez bien compris.

C’est pour cette raison qu’il est très important que vous soyez à l’initiative des contacts et des interactions que vous avez avec votre chien. Pour ce faire, rien de plus simple, il suffit de l’ignorer. Bien entendu, au début, votre chien vous testera davantage car il ne comprendra pas pourquoi ce comportement n’engendre plus ce qu’il souhaite. Mais ne lâchez rien, ne le regardez pas, ne le touchez pas et ne lui parlez pas et dès qu’il passe à autre chose, appelez-le pour une caresse, une séance de jeux ou tout autre activité.

Erreur n°4 : gronder son chien lorsqu’il revient

L’un des problèmes majeurs que les propriétaires de chien rencontrent, c’est le manque de rappel de ce dernier. Parfois, il faut d’ailleurs renforcer cette indication de manière très régulière pour certaines races. En effet,  je pense notamment aux chiens de chasse qui préfèrent souvent continuer à suivre leurs pistes plutôt que de revenir vers leur maître.

Mais parfois, il suffit de peu de choses pour que le rappel soit acquis. En effet, le simple fait de récompenser son chien à chaque retour, est déjà un renforçateur fort. Dites-vous toujours que lorsque vous appelez votre toutou, il a le choix entre revenir vers vous, qu’il connaît par cœur, ou bien continuer à faire sa petite vie et à sentir toutes les nouvelles odeurs. Vous devez être plus intéressant que les nouvelles odeurs laissées par les copains ! N’hésitez donc pas à être dans l’exagération, la motivation et surtout l’encouragement.

Et même si votre chien est revenu après 5 minutes de rappel, 1heure ou même 3 jours : c’est la super fiesta !! Comment voulez vous que votre chien revienne à vous s’il sait qu’à chaque fois qu’il le fait, il se fait gronder ?

Erreur n°5 : éviter tout contact avec d’autres chiens

C’est une erreur que beaucoup font par peur que cela se termine en bagarre. Or, c’est justement le manque de rencontres entre congénères qui poussent les chiens a adopter des comportements de fuite ou d’attaque lorsqu’ils en croisent.

Vous devez donc favoriser un maximum les rencontres entre congénères, le plus important étant qu’elles soient toutes vécues de manière positive par votre chien afin qu’il ne soit pas traumatisé par la suite. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel qui saura pour accompagner dans cette démarche.

Par ailleurs, il est indispensable de promener votre chien, en dehors de chez vous, même si vous avez un jardin, tous les jours, pendant minimum 30 minutes en lui proposant une vraie dépense physique, mentale et olfactive. Et si vous avez la possibilité de lui faire vivre diverses expériences (marché, ville, campagne, foret, etc.), c’est encore mieux.

Erreur n°6 : punir son chien après coup

Sachez que le chien vit dans l’instant présent, de fait, lorsque vous le grondez d’une bêtise qu’il a commise pendant votre absence, il ne comprend pas pourquoi vous le punissez. Souvent, j’entends des maîtres dirent « il sait très bien qu’il a fait une bêtise car il est tout penaud lorsque l’on rentre à la maison » : grande erreur ! Votre chien a juste pris l’habitude de se faire gronder lorsque vous arriviez, c’est tout. Pour preuve, le fait de le gronder après coup ne l’incite pas à arrêter de faire des bêtises, n’est-ce pas ?

Respectez donc bien la règle du « pas vu, pas pris ». En revanche, si vous le voyez faire une bêtise, vous pouvez manifester votre mécontentement, l’amener à adopter un comportement que vous souhaitez et ensuite le récompenser.

Erreur n°7 : laisser son chien seul trop longtemps sans activité

Imaginez-vous rester seul dans une pièce pendant des heures sans rien avoir à faire, vous deviendrez fou n’est-ce pas ? Et bien pour les chiens c’est la même chose. Certes, si vous travaillez votre chien sera amené à rester seul durant plusieurs heures, mais c’est de votre devoir et de votre responsabilité de lui proposer des occupations lorsque vous partez. De plus, n’hésitez pas à bien le dépenser avant et après une période d’absence plus ou moins longue. Ainsi, votre chien ne pensera qu’à une seule chose : dormir !

Erreur n°8 : caresser son chien lorsqu’il a peur

Cela part souvent d’une très bonne intention, on veut rassurer son chien lorsqu’il a peur et pour ce faire on le caresse et on lui parle gentiment. Or, cette attitude ne fait que légitimer le comportement de peur de votre chien. Un peu comme si vous lui disiez « c’est bien d’avoir peur mon chien ». Et oui, la caresse reste une récompense pour votre chien. De fait, lorsque ce dernier présente une attitude de peur, ignorez-le, ne lui parlez pas, ne le regardez pas et surtout ne le touchez pas. Si vous êtes sûr de vous et que vous gérez la situation, votre chien vous fera confiance et se fiera à votre état émotionnel. En revanche, si vous aussi avez peur, votre chien le ressentira et agira en conséquence.  Chez Nature de Chien, nous disons souvent : Être maître de soi avant d’être maître de son chien.

Clémentine Turgot
Educateur canin comportementaliste et formatrice chez Nature de Chien
www.naturedechien.fr

432148ab860d30303a64729c7f56af4bggggg