L’avortement de la chienne

En cas de gestation non désirée de la chienne, il est possible de la faire avorter si vous voulez la faire reproduire par la suite. L’avortement, chez la chienne est essentiellement médical.

Il existe deux protocoles d’avortement : les injections d’agléplistrone ou les injections de prostaglandine. Ces deux protocoles sont pratiqués à des moments différents de la gestation.

Les deux avortements médicaux

Lorsque la saillie d’une chienne n’est pas désirée, on peut décider de l’avorter. Si la vie de la femelle est en danger, il est vivement conseillé de pratiquer cette opération. En particulier lorsque la taille du mâle est supérieure à celle de la femelle.

L’avortement, chez la chienne, ne peut être que médical si vous décidez de la faire saillir par la suite. Si vous ne désirez pas la faire reproduire, il vaut mieux avoir recours à la stérilisation.



Les injections d’agléplistrone

Pour être sûr qu’une chienne est bien gestante, il faut attendre la quatrième semaine de gestation. C’est à ce moment que la gestation est visible à l’échographie ou à la prise de sang. Par contre, votre vétérinaire peut vérifier en pratiquant un frottis vaginal si votre chienne est susceptible d’être gestante ou non, par rapport à son cycle.

Si la réponse est positive et que vous désirez la faire avorter, deux injections d’aglépristrone seront pratiquées à 24 heures d’intervalle. Ce produit agit sur la progestérone et provoque l’élimination de l’embryon.   Il est possible d’injecter l’agléplistrone jusqu’au 45ème jour de gestation.

Si la suspicion de grossesse est forte, on peut pratiquer ce protocole d’avortement sans attendre la quatrième semaine puisque ce produit n’a pas d’effet secondaire.

Cependant, dans certains cas rares, ce type d’avortement peut entraîner des complications comme des métrites. Ce sont des infections très sérieuses qu’on ne peut éliminer qu’avec une ablation de l’utérus.

Les injections de prostaglandine

Cette intervention s’effectue 30 à 40 jours après la saillie, lorsque la gestation est visible sur l’échographie. Trois injections seront pratiquées à 48 heures d’intervalle. Ce protocole d’avortement entraîne certains désagréments tels que des vomissements, de la salivation. La chienne sera hospitalisée à chaque fois pour un court moment pour les deux premières injections.

Lors de la troisième injection, le produit va provoquer l’expulsion du fœtus. La chienne devra être hospitalisée toute une journée durant laquelle elle sera placée en observation.

Après cet avortement, une échographie sera pratiquée pour vérifier la vacuité de l’utérus. Car dans certains cas rares, l’avortement est partiel. La chienne doit alors subir une opération afin de cureter son utérus.

La gestation de la chienne, les réponses à vos questions :

d559b62e3a5308533c37613936508416333333