Chien nerveux : comment le calmer ?

chien-nerveux

Il existe différentes raisons qui poussent un chien à entrer dans un état de nervosité. Votre rôle principal, pour régler le problème, sera d’en identifier la cause.

Identifier l’élément déclencheur

Identifier l’élément déclencheur de la nervosité de votre toutou est primordial afin de lui proposer un travail de désensibilisation efficace et adapté. Vous devrez donc bien observer le comportement de votre chien au quotidien afin d’identifier ce qui le met dans dans cet état de nervosité extrême.

Si vous lisez cet article c’est que vous avez déjà une petite idée de ce qui déclenche la nervosité de votre toutou. A présent, vous devez identifier si cela engendre une excitation ou une anxiété de sa part car le travail de rééducation sera différent.

Voyons ensemble comment gérer le problème dans les deux cas suivants :



Votre chien s’excite

Vous avez remarqué que votre chien entrait dans un état d’euphorie et d’excitation lorsque vous partiez en balade ou lorsque vous sortiez dans le jardin par exemple. Cela est souvent représentatif d’une demande d’attention de la part de votre chien.

Si c’est le cas, ne répondez surtout pas à ses demandes d’attention car si vous le faites, votre toutou aura compris bien vite que son attitude engendrait un contact avec vous. Il aboie, il vous saute dessus, il court dans tous les sens, il vous tourne autour et HOP, il a votre attention, c’est magique et ça fonctionne en plus !!

Je vous recommande donc d’ignorer votre chien. Mais ignorer son chien qu’est-ce c’est ? C’est ne pas le regarder, ne pas le toucher et ne pas lui parler. Difficile ? Oui, au début ce sera compliqué car votre chien cherchera davantage à attirer votre attention. Mais vous verrez, plus vous serez cohérent et assidu dans cette démarche, plus votre chien comprendra que son attitude n’engendre plus rien de votre part. Il faut donc être patient et ne pas se décourager car si votre chien voit une faille, il en profitera pour réitérer son comportement gênant.

L’importance de votre comportement

Vous l’aurez compris, votre attitude est donc très importante, vous avez un rôle principal dans cette histoire. Car oui, ce sont souvent nos postures, nos gestes, nos réponses et notre attitude qui influent sur le comportement de notre chien. Je vous donne un exemple simple : votre chien est dehors, il aboie, vous avez peur de déranger les voisins, alors vous ouvrez immédiatement la porte pour le faire rentrer. Bingo, vous venez d’apprendre à votre chien qu’aboyer lui permet de rentrer  à la maison quand il le souhaite. De même pour sortir, votre chien gratte à la porte, vous ne voulez pas qu’il l’abîme alors vous lui ouvrez immédiatement pour qu’il sorte. Re-bingo !

Petite astuce : placez une protection sur votre porte, en procédant ainsi vous pourrez ignorer votre chien lorsqu’il agit ainsi sans vous soucier de l’état de votre porte à terme.

Être à l’initiative des actions

J’en viens alors à une notion très importante lorsque l’on parle de cohabitation humain / chien et surtout lorsque l’on parle d’éducation et de relation harmonieuse : le maître doit toujours être à l’initiative.

Je m’explique, votre chien doit comprendre que c’est à vous de décider ce qui est bon pour lui. Vous devez finalement gérer ses ressources : sa nourriture, son espace et ses contacts.

  • Gestion de la nourriture : Ne laissez pas la gamelle de votre chien en libre service. Cela n’aura que pour effet d’apprendre à votre chien que lorsqu’il a faim : il va manger. Et bien non, ça ne doit pas se passer ainsi déjà pour une raison évidente de risques de retournement d’estomac si votre chien est en période de digestion permanente. Puis, vous devez lui proposer sa gamelle une à deux fois par jour, pendant maximum 15 minutes (30 minutes pour un chiot). A terme, qu’elle soit terminée ou non, retirez la gamelle. Ne vous inquiétez pas, votre chien ne se laissera pas mourir de faim, il comprendra bien vite qu’il doit manger au moment où vous lui donnez sa gamelle.
  • Gestion de l’espace : Votre chien doit avoir sa place, son panier dans votre pièce de vie. Son panier doit se trouver dans un coin calme de la pièce, sans trop de passages et sans être au milieu de la pièce ou en hauteur. Le panier de votre chien est sa zone d’apaisement, de ce fait, si cette zone se trouve en bas d’un escalier ou à côté d’une porte, votre chien ne sera jamais « zen » et toujours sur le qui-vive. De même, n’allez jamais « embêter » votre toutou lorsqu’il est dans son panier, même si c’est pour le caresser. Préférez l’appeler pour qu’il vienne à vous car pour votre chien, son panier représente le lieu où il sait qu’il sera tranquille. Si on vient le déranger dans son panier, il pourrait avoir une réaction plutôt virulente.
  • Gestion des contacts : Point très important surtout pour les chiens en perpétuelle recherche d’attention de la part de leurs maîtres. Votre chien vient poser sa tête sur vos genoux pour une caresse, il vous fait ses yeux de chien très malheureux et de ce fait, vous craquez. Qui ne craquerait pas ? N’est-ce pas ? Et bien VOUS ! Vous ne devez pas craquer car en agissant ainsi, en caressant votre chien ou en lui prêtant l’attention qu’il demande, vous lui apprenez que c’est lui qui décide. De même pour les invités, votre chien ne doit pas être à l’initiative de l’accueil des invités. Veillez donc à gérer votre chien lorsqu’il lui prend l’envie de jouer les hôtes. Vous pouvez renforcer l’apprentissage de l’indication « au panier » pour que votre chien comprenne qu’il n’a pas à intervenir dans telle ou telle situation. N’hésitez pas à renforcer cette indication sans trop de stimulations au départ puis, petit à petit, augmentez les stimuli.

Votre chien est anxieux

Vous avez remarqué que votre chien entrait dans un état d’anxiété lié à un élément comme votre départ, un aspirateur ou un autre chien peut être ? Je vous propose de voir ensemble quelques points à mettre en place et à respecter afin de supprimer ou diminuer l’effet de ce comportement.

  • Déconditionnez votre chien en supprimant vos rituels de départ et d’arrivée. Si votre chien entre dans un état second dès que vous mettez votre manteau, enfilez vos chaussures ou prenez vos clés, alors déconditionnez-le ! Il vous suffit d’assimiler ces gestes à des non-événements. Régulièrement, dans la journée, faites comme si vous partiez, sans partir, bien entendu. De ce fait, votre chien, à force de répétition de cet exercice, n’assimilera plus ces gestes à votre départ et ne sera donc moins anxieux. Et pour ce qui est de l’arrivée, ne faites pas attention à votre chien, s’il vous saute dessus, tournez-vous et continuer votre chemin. Attendez quelques minutes avant de lui dire bonjour. Ne caressez surtout pas votre chien dès votre arrivée car votre geste sera comme une validation de son état d’excitation à ce moment précis.
  • Si votre chien entre dans un état de nervosité et d’anxiété face à un objet identifiable, je pense notamment à un aspirateur, n’hésitez pas à créer une association positive progressive. Placez l’objet en question au milieu de la pièce sans y prêter attention et laissez votre chien s’habituer à sa présence. Dès que votre chien se rapproche, vous pouvez renforcer cette action en le récompensant. L’important lorsque l’on rééduque un chien, surtout lorsqu’on le déconditionne de la sorte, c’est de toujours respecter son toutou, ne faites pas des séances d’habituation trop longues, pas plus de 10 ou 15 minutes par jour et toujours finir sur quelque chose de positif.
  • Surtout, ne caressez pas un chien qui a peur ou qui s’excite face à un déclencheur. Et oui, vous pensez rassurer votre toutou mais en réalité vous renforcez positivement son comportement. Votre chien assimile donc son attitude à quelque chose de positif et donc à un comportement qu’il pourra reproduire à l’avenir.

Pour finir, nous avons l’habitude de dire chez Nature de Chien qu’il faut être maitre de soi avant d’être maître de son chien. C’est très important car les chiens, ne l’oubliez pas, sont des éponges à émotion et notre attitude influe énormément sur leur comportement. Si vous êtes nerveux, excité ou calme, votre chien se fiera à vous et agira en conséquence. Restez donc toujours calme, sûr de vous et dans une optique d’amélioration du quotidien. Proposez une routine stable à votre toutou, respectez ses besoins pour qu’il vous fasse confiance : sortez le quotidiennement, dans divers endroits stimulants, jouez avec lui, faites lui rencontrer ses congénères, etc.

Clémentine Turgot
Educateur canin comportementaliste Nature de Chien
www.naturedechien.fr

nature-de-chien-logo

c3ace3f62d7e10d39182e4031f28c412Q