Braque allemand à poil court

Fiche d’identité

Noms : Braque allemand à poil court, Deutsch Kurzhaar.

Taille : entre 62 et 66 cm pour les mâles et entre 58 et 63 cm pour les femelles.

Poids : entre 26 et 32 kg selon la taille et le sexe.

Couleur : la robe peut être marron ou noire. Le mélange noir, blanc et alezan est aussi accepté (couleur rouannée).

Corps : un physique d’athlète de haut niveau qui dégage de l’élégance.

Poil : rude au toucher, abondant et presque ras.

Tête : étroite mais harmonieuse. Elle dégage comme le reste du corps cette élégance naturelle.

Oreilles : de taille intermédiaire, elles sont pendantes. L’attache est haute.

Queue : d’une longueur moyenne, le chien la porte horizontalement quand il est en action.

Espérance de vie : entre 12 et 13 ans.

Un peu d’histoire

Il semblerait que le Braque allemand à poil court descende des  chiens d’arrêt issus du bassin méditerranéen. Ces chiens se sont répandus au fil des siècles dans une grande partie de l’Europe dont l’Allemagne.

Le standard de la race est créé à la fin du XIXe siècle. Ce chien prolifère en France après 1945. Le club voit le jour en 1958. Cette race est la race de chien de chasse la plus populaire dans le monde.

Comportement et capacités

Dépourvu de toute agressivité, le Braque Allemand à poil court est une force tranquille.

Il est facile à vivre que ce soit au milieu d’êtres humains ou d’autres chiens. Cependant, il ne supporte pas la violence, et les cris. Dans ce cas, il part s’isoler. Attention donc, à ne pas le mettre avec des enfants trop turbulents ou teigneux. Cette race adore malgré tout les enfants.

Le Braque Allemand à poil court se révèle aussi un excellent chien de garde. Ce chien a besoin de se défouler régulièrement, et ne supportera que très moyennement la vie en appartement.

Santé

La race peut être sujette à certaines maladies comme :

  • Gangliosidose à GM2 : cette maladie apparaît vers l’âge de 10/15 mois. Les symptômes sont des troubles de l’équilibre, des tremblements de la tête… Il n’existe pour l’heure qu’un seul test génétique, le traitement n’existe pas.
  • Neuropathie sensitive du Pointer : le chien souffre d’une maladie qui le conduit à ne plus ressentir de douleur. Il s’automutile les pattes. Il n’existe aucun traitement contre cette pathologie.
  • Myasthénie grave : le chien a des difficultés pour se déplacer. Il s’agit d’une maladie musculaire pour laquelle un traitement médical existe.
  • Hypomyélinisation/Dysmyélinisation : se traduit par des tremblements qui interviennent vers 6 mois pour s’arrêter avant la première année.
  • Hémivertèbres : cette pathologie entraine, chez le chien, des troubles pour se mouvoir pouvant aller jusqu’à la paralysie. Un traitement chirurgical existe cependant.
9bd8bcaee621bf10d2026b9e4614cd743333333333333
error: Ce contenu est protégé par Copyright