Le syndrome vestibulaire chez le chien

Une tête penchée, des pertes d’équilibre, des vomissements…le syndrome vestibulaire se manifeste par des symptômes impressionnants qui peuvent faire penser à un Accident Vasculaire cérébral. On vous en dit plus sur cette maladie qui touche l’oreille interne.

Un peu d’anatomie de l’oreille interne pour bien comprendre le syndrome vestibulaire

Chez le chien, l’oreille est divisée en trois parties :

  • l’oreille externe,
  • l’oreille moyenne,
  • Et l’oreille interne.

C’est au sein de l’oreille interne qu’on retrouve :

  • Le système cochléaire chargé de transformer les sons en influx nerveux transmissibles et interprétables par le cerveau.
  • Le système vestibulaire lui, n’intervient pas du tout dans l’audition, mais dans le sens de l’équilibre du corps tout entier. Ce système a à la fois :
    • un rôle sensitif dans le sens où il participe à perception de la position du corps dans l’espace et des mouvements qu’il subit,
    • et un rôle moteur car il permet d’adapter la position du corps en fonction des informations perçues en jouant sur le tonus musculaire et d’ajuster les mouvements oculaires.

Pour ce faire, le système vestibulaire est anatomiquement constitué de deux parties :

  • Des récepteurs sensoriels positionnés dans l’oreille interne, et précisément dans le labyrinthe membraneux de l’oreille interne, d’où part le nerf vestibulaire. C’est la composante périphérique du système vestibulaire.
  • D’une composante centrale, dans le tronc cérébral, capable de recueillir et d’analyser les informations nerveuses transmises via le nerf vestibulaire.

En cas d’atteinte du système vestibulaire, l’une ou l’autre de ces deux composantes peuvent être touchées entraînant toute une série de symptômes connus sous le nom de syndrome vestibulaire.


Les signes du syndrome vestibulaire

Le syndrome vestibulaire se manifeste par des signes cliniques très impressionnants qui peuvent faire penser à ceux d’un accident vasculaire cérébral. Ces symptômes peuvent être les suivants :

  • Tête penchée sur le côté.
  • Perte d’équilibre et démarche ébrieuse.
  • Animal qui tourne sur lui-même.
  • Nystagmus (mouvements rapides, saccadés et incontrôlables des yeux de l’animal).
  • Halètements.

Le syndrome vestibulaire touche prioritairement les chiens âgés, à partir de 8 ans, et les chiens de grande race. Les Bergers Allemands et les Akita Inu font partie des races prédisposées à l’apparition de ce syndrome.

Les causes et les traitements du syndrome vestibulaire

Le syndrome vestibulaire peut résulter d’un problème localisé au niveau de la composante périphérique (oreille interne) ou de la composante centrale (cerveau) du système vestibulaire. Dans tous les cas, la prise en charge précoce de l’animal consiste à le soulager de ces symptômes extrêmement pénibles en lui administrant des calmants et médicaments anti-nausées et anti vomissement.

Les causes et les traitements du syndrome vestibulaire périphérique

Les causes les plus fréquentes de syndrome vestibulaire ayant pour origine une lésion de l’oreille interne sont :

  • une otite moyenne et/ou interne. Résultant d’une infection, l’otite se traite via l’administration d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires pendant plusieurs semaines. Si ce traitement médical n’est pas efficace, il peut être suivi d’une chirurgie. Le chien peut garder des séquelles de l’affection comme une tête penchée en permanence et/ou une paralysie de la face.
  • un traumatisme crânien superficiel touchant l’os pétreux. Les animaux présentant ce type de traumatisme peuvent être placés sous sédation si nécessaire. Une amélioration est généralement observée au bout de 3 à 5 jours et l’ensemble des symptômes, à l’exception de la tête penchée, disparaissent au bout de 2 à 3 semaines.
  • la présence d’un polype, une excroissance pouvant se former à l’intérieur de l’oreille, ou d’une tumeur de l’oreille. Il est généralement possible de retirer chirurgicalement les polypes alors que les tumeurs, généralement envahissantes, sont rarement opérables. Leur croissance peut cependant être ralentie par des séances de radiothérapie ou de chimiothérapie.
  • l’utilisation prolongée et à forte dose de certains antibiotiques. Dans ce cas, il est nécessaire de stopper immédiatement le traitement. Si les signes cliniques sont détectés suffisamment tôt, le syndrome vestibulaire peut disparaître en deux semaines.

Il existe également des syndromes vestibulaires périphériques idiopathiques, c’est-à-dire sans cause réellement identifiée. Ils sont plus courants chez les chiens âgés et généralement, les symptômes disparaissent spontanément, sans traitement, au bout d’un mois. La récidive est cependant possible du côté déjà affecté ou de l’autre.

Les causes et les traitements du syndrome vestibulaire central

Les causes les plus fréquentes de syndrome vestibulaire ayant pour origine une lésion de la partie centrale du système vestibulaire sont :

  • une encéphalite d’origine non infectieuse ou méningo-encéphalite granulomateuse,
  • une tumeur du cerveau, de l’os ou des nerfs de la région vestibulaire. Le retrait chirurgical de la tumeur est possible dans de rares cas. La radiothérapie et la chimiothérapie peuvent ralentir le processus tumoral,
  • un traumatisme crânien profond,
  • une maladie héréditaire dégénérative,

Les encéphalites se traitent à l’aide d’anti-inflammatoires associés ou non avec des agents anti-infectieux ou immunosuppresseurs selon l’origine de l’affection. Si ce traitement permet une amélioration des symptômes, les guérisons complètes du syndrome vestibulaire sont rares. Les risques de rechute sont quant à eux importants.

7ec9cf89bd8e900f4c44bdefcf864b34UUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU