Quels sont les différents types de médicaments anti-vomitifs pour chien ? Existe-t-il des anti-vomitifs naturels ?

Les différents types d’anti-vomitifs pour chien

Il existe différents médicaments qui visent à stopper les vomissements chez un chien. Chacun de ces médicaments à un mode d’action particulier.

Les antiémétiques

Un antiémétique est un médicament qui agit contre les vomissements et les nausées. En médecine vétérinaire, les principaux antiémétiques utilisables sont principalement des :

  • antagonistes de la dopamine

Le rôle des médicaments appartenant à la famille des antagonistes de la dopamine est d’empêcher les vomissements en bloquant les récepteurs de la dopamine dans le tronc cérébral, un neurotransmetteur impliqué dans le contrôle de la nausée et du vomissement.

Ces médicaments peuvent aussi avoir également une action gastro-cinétique, c’est-à-dire qu’ils augmentent la vitesse de vidange de l’estomac en augmentant l’intensité et le rythme des contractions de l’estomac et s’opposent au reflux duodéno-gastro-œsophagien.

Les principes actifs de cette famille de médicament sont le dompéridone, le métoclopramide ou bien encore le chlorpromazine.

  • antagonistes des récepteurs de la neurokinine (NK-1)

Le vomissement est un processus complexe qui est coordonné par le centre du vomissement situé dans le système nerveux central. Ce centre est constitué par plusieurs noyaux du tronc cérébral.

Les médicaments antagonistes des récepteurs de la neurokinine 1 (NK1), agissent en empêchant la liaison de la substance P, un neuropeptide de la famille des tachykinines. La substance P est présente à des concentrations importantes dans les noyaux qui composent le centre du vomissement, elle est considérée comme le principal neurotransmetteur impliqué dans le vomissement. En inhibant la liaison de la substance P avec le centre du vomissement, ces médicaments sont donc efficaces contre le vomissement.

Le principe actif le plus courant de cette famille de médicament est le maropitant.

Les anti-sécrétoires

Chez le chien, certains vomissements sont provoqués par une irritation de la paroi stomacale liée à une sécrétion trop importante d’acidité. Dans ces cas particuliers, on peut donc prescrire des médicaments qui visent à inhiber la sécrétion d’acidité gastrique, à l’instar des antihistaminiques H2.

Il s’agit d’antagoniste des récepteurs H2 à l’histamine présents dans les cellules de la paroi de l’estomac. En empêchant la stimulation des récepteurs H2 par l’histamine, cette famille de médicaments inhibe la sécrétion d’acide gastrique et entraîne la diminution de l’irritation gastrique et des vomissements qui peuvent être liés.

Anti-vomitifs pour chien : précautions d’usage et effets secondaires

Il est tout d’abord formellement déconseillé de pratiquer l’auto-médication avec son chien et/ou de lui administrer un médicament formulé pour les humains. Un médicament antivomitif ne doit être administré à un chien que sur prescription vétérinaire qui adaptera la posologie en fonction d’éventuelles maladies pré-existantes de l’animal et qui tiendra compte d’éventuelles contre-indications ou interactions médicamenteuses. Ne réutilisez pas un médicament anti-vomitif prescrit à un autre de vos animaux de compagnie, même s’il s’agit d’un chien, ou précédemment prescrit à votre chien car l’affection à l’origine de ses vomissements peut être tout autre.

Comme tous médicaments, les anti-vomitifs affichent des effets secondaires dont il est nécessaire de prendre connaissance avant de les administrer à un chien.

Parmi ces effets indésirables, on peut notamment observer :

  • un œdème transitoire des glandes mammaires chez les chiennes,
  • des douleurs au point d’injection,
  • des réactions de type anaphylactique (œdème allergique, urticaire, érythème, collapsus, dyspnée, muqueuses pâles),
  • des modifications transitoires du comportement tels qu’une agitation, de l’ataxie, une posture et/ou des mouvements anormaux, une prostration, des tremblements et une agressivité, des vocalises…

Des anti-vomitifs naturels pour votre chien

N’essayez en aucun cas de traiter vous-même les vomissements de votre chien s’ils :

  • surviennent chez un chiot de moins de 6 mois, sur un chien âgé et/ou souffrant déjà d’une maladie chronique,
  • sont abondants, fréquents, prolongés ou récidivants,
  • s’accompagnent d’un ou plusieurs autres symptômes digestifs ou non : diarrhées, douleurs, manque d’appétit, soif intense, fièvre, ventre gonflé etc…,
  • dégradent l’état général du chien qui paraît alors faible, abattu, déshydraté…
  • interviennent alors que vous suspectez l’ingestion d’un corps étranger par votre chien ou d’un produit/aliment toxique pour lui,
  • ont un aspect inquiétant (teinte noirâtre, présence de sang…).

L’un ou plusieurs de ces facteurs de risque doivent donc vous inciter à appeler votre vétérinaire très rapidement.

Dans le cas inverse, vous pouvez prendre le parti de soulager les nausées de votre animal en utilisant les propriétés antispasmodiques de la mélisse, à administrer sous forme d’infusion ou d’extrait glycériné à raison de 2ml pour 10kg de poids corporel une fois par jour. Vous pouvez l’associer aux propriétés adoucissantes pour la muqueuse de l’estomac du Petit Plantain.

Si les vomissements sont dus à un excès alimentaire, des granules homéopathiques de Nux vomica 9 CH peut également aider à soulager l’animal à raison de 3 granules 3 fois par jour le premier jour, 3 granules 2 fois par jour le 2ème jour, et 3 granules une seule fois le 3ème jour.

Les mesures diététiques aident également à soulager les vomissements. En cas de vomissement sans gravité, faites jeûner votre animal pendant 24 heures au maximum (sans jamais dépasser ces 24h car un jeûne prolongé pourrait faire plus de mal que de bien à votre animal) puis proposez-lui, à l’issue de ce jeûne, un aliment très digestible en plusieurs petits repas dans la journée. Vous pouvez opter pour un aliment diététique vendu en cabinet vétérinaire ou pour une ration maison composée de blanc de poulet bouilli sans la peau et de riz très cuit jusqu’à ce que le système digestif de votre animal se soit remis.

Au moindre doute et/ou si l’état de votre animal ne s’améliore pas, consultez votre vétérinaire.



toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation