Arrivée d’un deuxième chien : comment la préparer ?

Vous avez décidé de franchir le pas de l’adoption d’un deuxième chien à la maison ?

Peut être parce que vous venez de perdre l’un de vos chiens ou que vous souhaitez tout simplement offrir à votre toutou un nouveau compagnon de jeu ?

Dans tous les cas, je vous propose ici mes 5 conseils pour préparer au mieux l’arrivée d’un deuxième chien à la maison mais aussi pour que les premiers jours se passent à merveille.

J’ai moi même adopté un second chien après avoir passé près de 2 ans en « duo » avec un chien qui avait un peu le syndrome de « l’enfant unique ». Je ne savais absolument pas comment mon chien allait vivre ce grand changement, et c’est pour cela que je vous propose de vous faire part de mon expérience.



Conseil n°1 : Éviter le chien pansement

Avant toute chose, je tiens à préciser qu’un chien pansement n’est jamais une bonne solution.

Souvent, on a tendance à vite vouloir reprendre un chien lorsque, malheureusement, on vient de perdre l’un d’entre eux. En effet, c’est très tentant mais cela ne ferait qu’augmenter une tendance à la comparaison et cela n’est jamais bon pour le nouvel arrivant sur qui, dès le départ, il y a bien trop de pression. Cela pourrait même nuire à son bon développement car vous en attendrez bien trop et ne serez pas forcément dans le respect du rythme d’apprentissage et d’adaptation du nouveau chien en question.

Par ailleurs, j’entends régulièrement qu’il est préférable de prendre un deuxième chien lorsque vous n’avez pas le temps de vous occuper du votre, qu’il s’ennuie et fait des bêtises lors de vos absences. Et bien sachez qu’en prenant un deuxième chien, votre chien actuel ne s’ennuiera pas forcément moins et il n’arrête pas nécessairement de faire des bêtises. Je dirais même : au contraire ! Car il pourrait même montrer la marche à suivre au nouvel arrivant. Vous aurez de fait, deux fois plus de soucis, ce qui n’est bien entendu pas le but.

En clair, adopter un deuxième chien doit venir d’une réelle réflexion de votre part ainsi que celle de  toute votre famille. Vous devez avoir le temps de vous occuper de vos chiens, répondre à leurs besoins de dépense correctement et ne pas vous reposer sur le fait qu’à deux, ils s’occuperont tout seul et qu’ainsi vous aurez moins de contraintes de sorties, promenade, jeux, etc. Ceci serait une grave erreur : si vous n’avez pas le temps de vous occuper de votre chien, n’en prenez pas un second pour combler ce manque, faites plutôt en sorte que votre chien actuel s’épanouisse et soit suffisamment dépensé à vos côtés.

Conseil n°2 : Le choix du chien

Afin de toujours privilégier une bonne entente entre vos deux futurs chiens, la première chose à laquelle il faut penser c’est l’âge, le gabarit et le sexe du chien que vous souhaitez adopter.

En effet, si vous avez déjà un chien adulte équilibré, sociable et obéissant, il est préférable d’adopter un chiot afin que ce dernier ait un « bon exemple ». De plus, votre chien actuel aura davantage de facilités à accueillir un chiot plutôt qu’un chien adulte au sein de son groupe.

A titre personnel, mon chien « H », âgé de 4 ans et ayant vécu près de deux ans seul avec moi, a toujours eu du mal a accepter les chiens adultes mâles. Néanmoins, ne voulant pas stériliser mes animaux, je ne voulais pas adopter une chienne pour éviter le risque de portées imprévues. Je souhaitais donc adopter un deuxième mâle, et pour que l’entente se passe bien, j’ai choisi d’adopter un chiot. Et il s’avère que mes deux chiens ont toujours eu une bonne entente car pour « H », le fait d’avoir connu « J » (mon deuxième chien) tout chiot, lui a permis de l’accepter, même une fois adulte.

Cependant, si vous souhaitez adopter un deuxième chien adulte, je vous conseille d’opter pour un chien de sexe opposé pour éviter les risques de mauvaise entente. En effet, il y aura moins de risques à faire cohabiter un mâle et une femelle plutôt que deux mâles ensemble.

Le gabarit est également à prendre en considération pour éviter des incidents lors des séances de jeux entre vos deux futurs chiens. Je pense notamment au fait de faire cohabiter un chihuahua et un terre-neuve par exemple… Bien entendu c’est possible et faisable, mais les risques sont plus élevés qu’une cohabitation entre un labrador et un épagneul breton

En clair, vous l’aurez compris, pour favoriser une bonne cohabitation, optez pour un chien de sexe opposé et/ou un chiot et potentiellement d’un gabarit similaire (même si ceci n’est absolument pas une obligation).

Néanmoins, je tiens à préciser qu’avoir deux chiens d’âges trop éloignés peut être compliqué à gérer, et notamment pour vous. En effet, les balades ne seront pas les mêmes, les activités non plus, etc. Gérer l’éducation d’un chiot et les éventuels problèmes de santé d’un chien vieillissant peut être compliqué. Ceci est donc à prendre en considération, notamment si vous avez un chien très vieux qui aura, de plus, peut être moins de patience pour supporter l’énergie d’un jeune chiot.

Conseil n°3 : La rencontre

Ne dit-on pas que la première impression est très importante ? Faites en sorte que la rencontre entre vos deux futurs chiens se passe du mieux possible, et c’est à vous de créer un environnement adapté.

La première rencontre doit idéalement être dans un endroit neutre, et en tout cas, partout, sauf dans votre salon ou dans l’entrée de votre maison. En effet, la réaction de votre chien actuel ne serait pas forcément celle que vous attendiez alors que dans un endroit ouvert et neutre, il aurait eu une toute autre attitude, plus adaptée.

Pour ma part, j’ai emmené mon chien au sein de l’élevage dans lequel j’ai choisi mon chiot et, régulièrement, je venais avec « H » pour rendre visite à « J » en attendant ses deux mois pour l’adopter. Et lorsqu’est venu le jour « J » (n’est-ce pas), je me suis rendue dans un parc et je les ai laissé tous les deux en totale liberté avant de rentrer chez moi. Ainsi, « H » a très bien vécu ce changement car je l’ai opéré de manière progressive.

Si jamais vous avez peur de la réaction de votre chien adulte, sans parler d’agressivité mais parfois ils peuvent avoir des réactions brutales sans « penser à mal ». N’hésitez alors pas à museler votre chien si cela vous permet d’être plus détendu et serein, nous verrons d’ailleurs juste après comment avoir une bonne attitude au moment de la rencontre. Bien entendu, concernant la muselière, il est important que votre chien soit déjà habitué à cet outil afin que cela n’influe pas trop sur son comportement.

Je me rends compte que je ne parle que d’une éventuelle rencontre avec un chiot. Mais il en est de même pour la rencontre entre deux chiens adultes bien entendu. En revanche, n’hésitez pas à commencer par une balade avec les deux chiens attachés. Il sera d’ailleurs indispensable d’avoir quelqu’un à vos cotés pour vous aider car, attention, une fois attachés, les deux chiens en question ne doivent pas prendre contact l’un avec l’autre, gardez une distance entre eux deux. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu’une éventuelle tension dans la laisse, les empêchant de « fuir », pourrait les amener à adopter un comportement agressif. Et une telle mauvaise expérience pourrait nuire à leur relation intra-spécifique future.

Une fois que les deux chiens ne font plus trop attention l’un à l’autre, n’hésitez pas à les détacher tout en continuant à marcher, comme si de rien n’était. En effet, si vous restez en position statique (les bras croisés à regarder comment cela va se terminer), cela pourrait venir stresser vos chiens et faire monter une tension inutilement. Ainsi, je vous conseille vraiment de marcher, souffler, respirer, ce qui vous permettra en plus d’éliminer les éventuelles inquiétudes qui vous habitent.

Conseil n°4 : Votre attitude lors de la rencontre

Il est important que vous soyez détendu et que vous ne communiquiez pas vos éventuelles inquiétudes aux chiens en question. Vous le savez, les chiens sont de vraies éponges à émotion et votre anxiété ne les rassurera pas et ils pourraient adopter un comportement différent en « réponse » à votre état.

Ainsi, mettez tout en œuvre pour que votre état émotionnel soit stable, serein et confiant. En ce qui concerne une rencontre chien adulte / chiot, comme je l’indiquais plus haut, si vous avez peur des éventuelles réactions excessives de votre chien adulte, muselez-le. Mais je vous assure qu’il est très rare qu’un chien adulte s’en prenne à un chiot. Si c’est le cas, c’est que votre chien adulte connait une réelle dyssocialisation, c’est à dire un défaut des codes canins, et je vous invite fortement à prendre contact avec un professionnel de l’éducation et du comportement canin.

Conseil n°5 : Renforcer les relations inter-spécifiques individuelles

Bien entendu, il faut savoir consacrer du temps à chacun de vos chiens de manière individuelle. On est souvent tenté de proposer des balades collectives, et il en faut bien sûr, mais il est également très important de privilégier des temps avec chacun de vos chiens, que ce soit pour une dépense physique, mentale ou olfactive. Le tout étant de toujours renforcer votre relation avec vos chiens et pour y parvenir, les moments en duo sont indispensables.

De plus, je pense notamment aux apprentissages à prodiguer au nouvel arrivant. Vous obtiendrez davantage sa concentration et ainsi, des résultats, si vous le travaillez seul plutôt qu’avec un autre chien qui pourrait venir le distraire.

En revanche, dans la vie de tous les jours, la présence d’un chien plus âgé, plus équilibré et plus obéissant permet au « petit dernier » d’avoir une référence et un modèle, ce qui n’est pas négligeable. Car n’oubliez pas que les chiens apprennent énormément par imitation de leurs semblables.

Clémentine Turgot
Educateur canin comportementaliste et formatrice chez Nature de Chien
www.naturedechien.fr

d7372b5581b98e52f875832b9c03b32fkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk