Le Cane corso ou chien de cour italien est un molosse athlétique d’une musculature étonnante est d’une grande gentillesse et très affectueux.

C’est un bon chien de bétail, de défense et de garde, et les forces de l’Ordre l’utilisent comme chien de pistage. Courageux, il est même capable de chasser l’ours comme le gros gibier de type sanglier. Le Cane corso a la chance d’être doté d’un capital santé hors pair. Toutefois, il est prédisposé à deux pathologies sérieuses qui nécessitent une surveillance vétérinaire du début à la fin de sa vie et parfois des traitements lourds. Grâce à l’assurance maladie pour chien adapté aux besoins du Cane corso, le suivi de l’animal peut être effectué à moindre coût.

Prolapsus de la glande nictitante chez le Cane corso

Fréquemment observée en médecine vétérinaire, cette pathologie ophtalmologique est courante chez le Cane corso, et concerne dans les trois quarts des cas les jeunes chiens de moins d’un an. A contrario elle est rarement recensée chez les chiens âgés. Elle touche l’une des deux glandes lacrymales des canidés. La glande concernée est celle de la membrane nictitante appelée aussi troisième paupière. En l’état actuel des connaissances, l’origine exacte de cette pathologie reste inconnue. Sont toutefois soupçonnés les facteurs génétiques et la sécheresse oculaire c’est-à-dire la KCS (kératoconjonctivite sèche).

Au début, le prolapsus de la glande nictitante est le plus souvent unilatéral, c’est-à-dire qu’il ne touche qu’un œil. Mais au fil du temps, il devient très fréquemment bilatéral notamment chez le Cane corso. Ce risque est encore plus important en l’absence de traitement dès le début de la maladie. Afin d’éviter qu’il n’affecte les deux yeux du chien, le vétérinaire peut être amené à intervenir préventivement sur l’œil épargné. C’est ce que l’on appelle une intervention prophylactique. Avant qu’une opération chirurgicale soit tentée, le praticien peut intervenir manuellement afin de protéger la glande nictitante contre tout risque d’inflammation car celle-ci favorise gravement l’atrophie de la glande.

Dysplasie de la hanche

La dysplasie de la hanche est une autre maladie fréquemment rencontrée chez le chien de cour italien, comme c’est le cas d’ailleurs pour nombre de canidés de grande taille. Mais, comme l’ont confirmé plusieurs études à ce propos, le Carne corso est de loin le plus concerné par cette tare génétique. Cette pathologie invalidante à moyen terme est inscrite sur la liste des vices rédhibitoires, comme le prévoit la loi du 22 juin 1989. Elle désigne un défaut de développement de l’articulation. Ses principaux symptômes sont la douleur, une démarche dandinante voire une boiterie franche, une fatigabilité à l’effort assez marquée chez le chien. A plus ou moins long terme, on constate une amyotrophie musculaire au niveau du bassin et de la cuisse.

Pour confirmer son diagnostic, le vétérinaire a recours à l’imagerie, et plus précisément à la radiologie, après avoir anesthésié l’animal. En plus de permettre la visualisation de l’écart articulaire et de mettre en évidence la forme de la tête fémorale, la radiologie aide le vétérinaire à rechercher la présence d’une arthrose. Une fois le diagnostic posé, un traitement doit être prescrit. Il dépend de l’importance de la dysplasie qui peut être légère, moyenne ou sévère. Selon les signes cliniques, le vétérinaire peut opter pour une intervention chirurgicale permettant la pose d’une prothèse. Il s’agit d’une intervention extrêmement coûteuse. C’est pourquoi elle est surtout effectuée sur les Cane corso assurés auprès d’une mutuelle Santé animalière. En effet, en l’absence de prise en charge par une assurance chien, le propriétaire de l’animal peut hélas être obligé de renoncer à ce type d’intervention pour des raisons financières.

Assurer son Cane Corso le plus tôt possible

Le Cane corso est un chien robuste généralement peu concerné par la maladie… hormis ces deux pathologies que sont le prolapsus de la glande nictitante et la dysplasie de la hanche. Comme nous l’avons vu précédemment, elles nécessitent une prise en charge longue et coûteuse par un vétérinaire. Mais bien que vigoureux, le chien de cour italien peut tout de même tomber malade, être touché par des parasites externes ou internes, ou encore être victime d’un accident. Ce molosse n’est pas invincible. Il est donc utile de souscrire un contrat d’assurance chien Cane corso dès que possible, et en tout cas sans attendre que l’animal ait un problème de santé. La majorité des assureurs pour animaux imposent un délai de carence pendant lequel le chien n’est pas pris en charge.

Il faut aussi être vigilent, car les compagnies d’assurance refusent généralement d’assurer un chien âgé, quelle que soit sa race. Or, on sait que l’espérance de vie des canidés dépend justement de la race à laquelle ils appartiennent. Dans le cas du Cane corso, l’espérance de vie est d’une dizaine d’années et il entre dans la catégorie des chiens âgés dès l’âge de 6 ans. En souscrivant un contrat d’assurance santé canidé lorsque son chien de cour italien est tout jeune, c’est-à-dire entre 2 et 3 mois, le maître met tout en œuvre pour protéger son fidèle compagnon.

Quel contrat d’assurance chien choisir pour un Cane corso ?

Il existe de nombreuses compagnies d’assurance pour chien, et chacune d’entre elles proposent différentes formules. En règle générale, le propriétaire d’un Carne corso a le choix entre la formule mini, la formule confort et la formule haut de gamme. Si le coût d’adhésion diffère de l’une à l’autre, les garanties ne sont pas non plus les mêmes. La première solution couvre le minimum tandis que le contrat haut de gamme garantit une bien meilleure prise en charge du chien, en cas de maladie et d’accident. Les remboursements peuvent atteindre 100 % des dépenses engagées par le maître du chien dans la limite du plafond annuel pouvant atteindre 2 500 €. Cette formule très complète intègre souvent un pack prévention qui permet une prise en charge partielle d’actes non liés à la maladie ou à l’accident comme la vaccination, l’identification, la stérilisation, les lotions pour les yeux ou encore les vermifuges et bien d’autres.




toutoupourlechien.com

Par Vincent POLETTE

Co-fondateur de toutoupourlechien.com, webmaster & rédacteur d'actualités canines.