Le Cavalier King Charles est un chien de petite taille d’origine anglaise, doté d’une énergie étonnante.

Cette petite boule pleine de vie, mais aussi pleine d’amour, est réputée pour sa gentillesse. Le Cavalier King Charles est le compagnon de jeux et le confident idéal pour les enfants avec lesquels il s’entend très bien. Extrêmement sociable, ce petit chien aime être entouré. Il trouve autant son bonheur auprès des humains qu’en compagnie d’animaux en tout genre qu’ils soient grands (chevaux) ou petits (lapins). Facile à vivre, il s’adapte aussi bien à la vie sédentaire qu’à un mode de vie actif. Côté santé, mieux vaut l’assurer dès son plus jeune âge, le Cavalier King Charles étant prédisposé à certaines maladies dont la prise en charge est coûteuse.

Otites à répétition

Le Cavalier King Charles est un chien sujet à l’OMPS, c’est-à-dire l’Otite Moyenne Primaire Sécrétante, unilatérale ou bilatérale. Dans bien des cas, elle fait suite à une otite externe chronique. Elle est due à une accumulation anormale de mucus du fait d’un drainage insuffisant, la trompe d’Eustache ne fonctionnant pas de façon satisfaisante. Le premier signe faisant suspecter cette maladie est la cervicalgie, avec des douleurs cervicales plus ou moins importantes. Certains chiens présentent une altération de l’audition et peuvent être atteints de troubles nerveux, comme des convulsions, une paralysie faciale. Dans d’autres cas, ce type d’otite n’a pas de signe précurseur. C’est parfois lors d’un examen effectué pour rechercher une autre pathologie que l’OMPS est décelée de façon tout à fait fortuite. A l’imagerie, le vétérinaire constate une dilatation notable d’une partie de la membrane du tympan, la pars flaccida. Cette particularité n’est toutefois pas toujours visible. Aussi, lorsqu’une OMPS est suspectée, un examen tomodensitométrique est souhaité.

Le traitement de l’OMPS repose sur des corticoïdes, des antibiotiques systémiques, voire un drainage de la bulle. Cette pathologie ayant de fortes chances de récidiver, elle implique alors des drainages réguliers, ce qui augmente le coût de sa prise en charge. Les dépenses vétérinaires liées à l’OMPS peuvent être remboursées par l’assurance santé Cavalier King Charles.

Endocardiose mitrale, une maladie rémanente

Très courante chez les canidés, et plus encore chez le Cavalier King Charles, l’endocardiose mitrale (ou maladie valvulaire dégénérative) est une pathologie chronique évolutive. La valve mitrale s’épaissit, sa forme se modifie. Elle ne se ferme plus suffisamment. Il en résulte une remontée du sang vers le cœur. Asymptomatique à ses début, l’endocardiose mitrale entraîne au fil du temps un souffle cardiaque perceptible à l’auscultation. Il est dû au reflux anormal du sang vers le muscle cardiaque. Le dysfonctionnement de la valve mitrale est responsable d’une contraction excessive du muscle cardiaque qui finit par se fatiguer. C’est l’insuffisance cardiaque. Aucun traitement ne permet à ce jour de guérir cette pathologie, mais il est toutefois possible de ralentir son évolution. Par voie de conséquence, cela permet de prolonger la vie du chien. Toutefois, dès lors que le vétérinaire a détecté un souffle cardiaque fort prononcé, l’espérance de vie de l’animal est au maximum de deux ans.

Il est important que le Cavalier King Charles puisse bénéficier dès son plus jeune âge d’un suivi vétérinaire régulier afin que cette pathologie cardiaque soit détectée de façon précoce. Cela permet au maître d’économiser sur les frais de santé et de limiter, chez l’animal, les problèmes inhérents.

Stomatite ulcéreuse

La stomatite ulcéreuse désigne l’inflammation des tissus mous de la bouche (langue, gencives). Les tissus sont irrités, et en l’absence d’un traitement rapide, les bactéries sont véhiculées par le sang vers différents organes. Les principaux symptômes de la stomatite ulcéreuse sont :

  • La mauvaise haleine,
  • La production excessive de salive,
  • L’apparition d’une plaque dentaire conséquente,
  • La douleur.

Après un examen clinique, analyse de sang et examens complémentaires peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic. Un traitement à base d’antibiotiques est indispensable, et une intervention chirurgicale est parfois incontournable pour arracher certaines dents.

La prise en charge d’une stomatite ulcéreuse entraîne des dépenses conséquentes pour le maître du chien. Assurer son Cavalier King Charles permet de se faire rembourser entre 50 et 100 % des actes vétérinaires.

Pourquoi assurer son Cavalier King Charles ?

Nous l’avons vu, le chien de race Cavalier King Charles est prédisposé à des pathologies sérieuses qui impliquent :

  • Plusieurs consultations vétérinaires,
  • Des examens complémentaires pour diagnostiquer avec certitude la pathologie suspectée,
  • Des traitements, parfois longs et coûteux,
  • Une intervention chirurgicale dans bien des cas.

En assurant son chien auprès d’une mutuelle santé pour animaux de compagnie, la surveillance et les soins ne risquent plus d’asphyxier le budget de la famille. Selon la formule choisie, le maître est en effet remboursé, au moins partiellement, des dépenses engagées pour les consultations, les soins, les médicaments, l’hospitalisation, la chirurgie. Certaines mutuelles Santé chien remboursent les frais d’euthanasie.

La prévention est tout aussi importante lorsque l’on possède un chien sensible à certaines maladies pouvant mettre sa vie en danger. Un bilan de santé annuel, des examens de radiologie, des analyses de sang et d’urine sont indispensables pour rechercher un éventuel problème de santé. Tous ces actes coûtent cher, et nombre de propriétaires de Cavalier King Charles ne peuvent s’autoriser de telles dépenses. Notons qu’un contrat d’assurance chien qui inclut les actes de prévention permet d’être remboursé même pour l’achat de lotions, de vermifuges, d’aliments spécifiques.

Assurer son chien est un acte responsable car cela permet à l’animal de vivre le plus longtemps possible en bonne santé. Lorsque l’on sait que son chien est prédisposé à des pathologies bien définies, il est utile de prendre les devants plutôt qu’attendre que la maladie s’installe. Cela évite les souffrances et permet du même coup au maître de dépenser moins d’argent pour soigner son fidèle compagnon. Prévenir vaut mieux que guérir ! D’où l’utilité de comparer les formules proposées par les mutuelles pour chiens en utilisant un comparateur d’assurances chien. Le maître de l’animal peut demander plusieurs devis, gratuits et sans engagement. Il lui reste ensuite à étudier tranquillement les tarifs, l’étendue des garanties en fonction du contrat.




toutoupourlechien.com

Par Vincent POLETTE

Co-fondateur de toutoupourlechien.com, webmaster & rédacteur d'actualités canines.