Assurance chien pour labrador

assurance chien labrador

Si le Labrador – appelé aussi Labrador retriever – est si apprécié des petits comme des grands, c’est parce qu’il est facile à vivre.

Il accumule les qualités. Intelligent, fidèle, joueur, il est dynamique et on le dit même généreux. Patient avec les enfants, c’est le chien de famille idéal, d’autant qu’il est aussi câlin que docile. Parallèlement à tous ces atouts, et comme c’est le cas pour d’autres races de chien, le Labrador présente quelques fragilités en termes de santé. L’assurer auprès d’une mutuelle pour animaux de compagnie  permet de le maintenir en forme sans asphyxier le budget du ménage.

Dysplasie de la hanche, fréquente chez le Labrador

La dysplasie de la hanche est une maladie qui accélère la survenue de l’arthrose. Ce sont surtout les chiens de race moyenne et de grande race qui souffrent de cette affection articulaire. L’hérédité n’est pas le seul facteur favorisant son apparition. Un traumatisme articulaire, une alimentation totalement déséquilibrée, des exercices poussés à l’extrême pendant le développement du jeune Labrador peuvent entraîner la survenue d’une dysplasie de la hanche.

Il s’agit d’une malformation due au mauvais maintien, par le ligament, de la tête de fémur dans sa cavité. On constate alors que l’articulation de la hanche est hyperlaxe, c’est-à-dire qu’elle présente une souplesse peu habituelle. Sans attendre le nombre des années, la cavité de l’os du bassin se déforme de plus en plus jusqu’à entraîner des douleurs arthrosiques. La dysplasie de la hanche – qui fait partie des vices rédhibitoires du chien - peut être très invalidante pour l’animal. Le Labrador y étant particulièrement sujet, mieux vaut jouer la carte de la prévention en limitant les facteurs extérieurs capables de favoriser cette maladie. Il est vivement recommandé d’assurer son chien dès l’âge de 2 ou 3 mois, afin qu’il bénéficie d’un sérieux suivi vétérinaire. Lorsque le Labrador adulte présente un handicap dû à cette affection articulaire, il est nécessaire de le faire opérer. Le vétérinaire peut opter pour une ostéotomie, c’est-à-dire une découpe des os du bassin, une résection à savoir qu’il ôte le col et la tête de fémur, ou pour la pose d’une prothèse afin de créer une nouvelle articulation. Chacun de ces actes coûtent extrêmement cher. Heureusement, le propriétaire du Labrador malade peut être remboursé jusqu’à 100 % selon le contrat d’assurance santé chien qu’il a choisi.

Les oreilles, le point sensible du Labrador retriever

Comme c’est le cas pour toutes les races de chien aux oreilles tombantes, le Labrador ne déroge pas à la règle : ces fameuses oreilles tombantes sont un facteur favorisant l’apparition de l’otite car l’air circule peu dans le conduit auditif externe. Il s’agit d’ailleurs du deuxième facteur prédisposant à l’otite du chien (toutes races à oreilles tombantes confondues) après les allergies. Mais le Labrador cumule : il produit du cérumen en excès, multipliant encore les risques d’otites. C’est pourquoi ce chien a la réputation d’être doté d’oreilles fragiles.

Son maître peut bien entendu examiner très régulièrement les oreilles de son chien, les nettoyer, et parallèlement guetter tout comportement de l’animal pouvant faire suspecter la présence d’une otite. Les signes ne trompent pas l’œil averti d’un maître attentif. Le chien secoue la tête ou bien se gratte l’oreille en permanence, et donne parfois l’impression de ressentir une douleur. Étant donné qu’il existe plusieurs types d’otites, et que le traitement doit être adapté à la gravité de l’inflammation, il est nécessaire de consulter un vétérinaire sans attendre la moindre suspection. Une otite négligée, en plus de devenir extrêmement douloureuse, peut évoluer vers la surdité définitive.

Un animal qui n’est pas assuré n’est pas toujours conduit chez le spécialiste lorsque cela est nécessaire car les tarifs, appliqués librement par les vétérinaires, peuvent être rédhibitoires pour le maître. C’est la raison pour laquelle il est hautement préférable de ne pas attendre pour demander un devis auprès d’une assurance santé Labrador afin que l’animal puisse être médicalement suivi dès son plus jeune âge. Un chien bien assuré auprès d’une mutuelle santé est parfaitement assisté tout au long de son existence et donc épargné par certaines affections. De plus, son maître est remboursé des frais engagés.

Labrador, une prédisposition génétique à la dermatite atopique canine

La dermatite atopique du chien est un eczéma allergique. Bien que sans gravité si, très tôt, elle est prise en charge par un vétérinaire, cette dermatite est la cause de démangeaisons qui peuvent être très importantes. Elle apparaît en général avant les 3 ans du Labrador, et sous sa forme précoce dès l’âge de 6 mois. Elle concerne essentiellement l’extrémité des quatre pattes, le thorax, et - au niveau de la tête du chien -, on la retrouve sur les oreilles et la face. A défaut de traitement, des complications sont à craindre : le chien passe son temps à se gratter à cause des démangeaisons devenues chroniques et finit par surinfecter sa peau au niveau des zones atteintes par la dermatite atopique canine. Dans de rares cas, ce problème de santé est dû à une allergie alimentaire. Les causes sont majoritairement environnementales. Bien entendu, il est possible de limiter les manifestations de cet eczéma spécifique du Labrador, en l’exposant le moins possible aux allergènes environnementaux tels que les produits chimiques, les acariens, la poussière ou encore les pollens. Avec une formule complète souscrite auprès d’une mutuelle santé animalière, certains produits traitants peuvent être remboursés au moins partiellement dans le cadre de la garantie prévention. C’est très utile surtout pour cette race de chien qui adore gambader et jouer à l’extérieur de l’habitation.

L’assurance santé Labrador est fortement recommandée

Le propriétaire d’un Labrador a tout intérêt à conduire son fidèle compagnon chez le vétérinaire à l’occasion de la visite annuelle. C’est un minimum pour vérifier que son état de santé est stable et qu’aucune pathologie sous-jacente ne risque de venir perturber ce bel équilibre. L’espérance de vie du Labrador est estimée à une dizaine d’années, mais elle peut être écourtée si l’on néglige le suivi vétérinaire de cet animal. A contrario, si le chien bénéficie régulièrement d’une surveillance médicale, s’il est soigné dès qu’un problème de santé se déclare, il a toutes les chances de vivre bien plus longtemps en bonne santé.




735f4f8ab2a73072e193014281b0d627ttttttttt