Bassin de la Loire : attention aux algues tueuses de chiens

le

Depuis le début du mois d’août 2017, 13 chiens sont morts après s’être baignés dans les eaux du Bassin de la Loire. Les « algues bleues » ou cyanobactéries qui y prolifèrent figurent sur le banc des accusés

attention aux chiens qui se baignent dans les eaux du bassin de la Loire

© Crédit photo: image d'illustration Pixabay

Depuis le 9 août 2017, on déplore le décès de 13 chiens après qu’ils se sont baignés dans les eaux douces du Cher et de la Loire. Avant de mourir brutalement, les animaux avaient été pris de vomissements et de convulsions.

Après analyse des eaux, les Autorités y ont mis en évidence la présence de nombreuses cyanobactéries. A l’œil nu, on peut repérer ces algues assez facilement en observant la surface des eaux sur lesquelles elles forment une couche bleu-vert, ce qui leur vaut également le nom « d’algues bleues ». Ces bactéries qui prolifèrent à la faveur des chaleurs et du faible niveau de l’eau en été sont responsables de la production de deux toxines délétères pour le système nerveux central et pour le foie. Les chiens victimes de ces cyanobactéries seraient morts par étouffement après un arrêt respiratoire provoqué par le blocage de la transmission nerveuse par les neurotoxines.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, ces toxines sont également très dangereuses – bien que rarement mortelles – pour les êtres humains chez qui elles peuvent provoquer « irritation cutanée, crampes d’estomac, vomissements, nausée, diarrhée, fièvre, angine, céphalées, douleurs musculaires et articulaires, vésicules autour de la bouche et atteinte hépatique ».

Dans tout le bassin de la Loire, il est donc désormais recommandé d’éviter tout contact avec l’eau contaminée et de ne pas laisser les chiens se baigner et de les tenir en laisse aux abords des cours d’eau afin qu’ils ne puissent pas en boire l’eau. Les flaques d’eau stagnantes qui peuvent être présentes sur les rives présentent aussi un fort risque de contamination. Les poissons de ces rivières pourraient également être contaminés et ne doivent pas être consommés jusqu’à la fin de la contamination.

Malheureusement, le phénomène n’est pas nouveau : les cyanobactéries font régulièrement des ravages depuis une dizaine d’années en France, dans les eaux du Tarn et dans le monde entier. Les cyanobactéries devraient même encore faire parler davantage d’elles dans les années à venir. Bien qu’en quantité raisonnable, ces cyanobactéries ne soient pas nuisibles, c’est leur prolifération et leur concentration importante dans les eaux des rivières qui alarment aujourd’hui les spécialistes. Cette prolifération serait due au phénomène de réchauffement climatique combiné à la pollution des eaux par les phosphates et les nitrates, des nutriments utilisés par les cyanobactéries pour se développer. Deux problèmes environnementaux majeurs qui ne sont hélas pas en phase d’être résolus…

Par Vincent POLETTE

ce01e3dfc0472d444e836339bca15698~~~~~~~~~~~