Le cancer des os chez le chien

Les cancer des os chez le chien

Chez le chien, le cancer des os prend le plus souvent la forme d’un ostéosarcome, une tumeur maligne qui touche surtout les os longs.

Il n’y a pas un cancer des os mais des cancers des os

En matière de cancer des os, on distingue deux types de tumeurs malignes chez le chien :

  • Les tumeurs osseuse primitives qui se prennent naissance directement sur l’os,
  • Les tumeurs osseuses secondaires qui sont des métastases qui proviennent de tumeurs qui se sont développées initialement sur d’autres organes.

Les tumeurs osseuses primitives du chien

Parmi ces tumeurs osseuses primitives du chien, on connaît :

  • Les ostéosarcomes, le cancer des os de loin le plus fréquent chez le chien car il représente à lui seul 70 à 80% des cas de cancer osseux,
  • Les chondrosarcomes dans 5 à 10 % des cas de tumeur de l’os,
  • Les hémangiosarcomes dans moins de 5% des tumeurs osseuses cancéreuses du chien,
  • Les fibrosarcomes dans moins de 5% des cas de cancers des os chez le chien.

Les tumeurs osseuses secondaires du chien

Les tumeurs osseuses secondaires sont susceptibles de provenir de toute tumeur cancéreuse capable de se disséminer par voie sanguine et de métastaser dans les os. Il s’agit essentiellement des tumeurs malignes de la prostate, de la vessie, de l’urètre et des mamelles.

A propos de l’ostéosarcome

L’ostéosarcome est une tumeur cancéreuse qui atteint surtout la médullaire (cavité cylindrique de l’os) des os longs entre la tête et le corps de l’os dans une partie des os appelée métaphyse.

Sructure d'un os long chez le chien

Les localisations les plus souvent rencontrées sont :

  • Les os de la patte avant : la partie basse du radius ou la partie haute de l’humérus,
  • Les os de la patte arrière : la partie haute du tibia ou la partie basse du fémur.

Les localisations de l'ostéosarcome du chien

Plus rarement, un ostéosarcome peut se développer sur d’autres organes que les os tels que le foie, la rate, le tissu mammaire ou bien encore les intestins.

Les grandes races de chien ainsi que les races géantes sont davantage touchées par cette forme de cancer des os que les petites races. Ainsi, le Dogue Allemand, le Lévrier Irlandais, le Rottweiler, ainsi que le Saint-Bernard y sont prédisposés.

Les chiens touchés par l’ostéosarcome sont souvent âgés de plus de 10 ans mais il arrive que certains chiens en soient atteints plus précocement dans leur vie.

Les symptômes du cancer des os chez le chien

Les chiens atteints d’un ostéosarcome peuvent présenter les symptômes suivants :

  • une boiterie d’évolution progressive et lente, qui a tendance à s’aggraver avec le temps et qui répond mal aux traitements antidouleurs. Cette boiterie peut parfois être provoquée par une fracture quasi-spontanée de l’os, fragilisé par la tumeur qui se développe en son sein.
  • parfois une tuméfaction de l’os ou des tissus voisins de la tumeur osseuse observable par un gonflement localisé au niveau du membre boiteux.

Ce cancer est très douloureux pour l’animal qui en est atteint.

Des signes généraux, communs à d’autres cancers, peuvent également apparaître dans un deuxième temps et plus tardivement tels que :

  • une perte de poids associée à une perte de l’appétit et une fonte musculaire,
  • une grande fatigue,
  • des troubles digestifs (diarrhée, vomissement),
  • des troubles respiratoires.

Le diagnostic du cancer des os chez le chien

Le diagnostic du cancer des os repose en premier lieu sur la réalisation d’une radiographie osseuse par le vétérinaire. L’observation de l’aspect des os sur les clichés radiographiques associés aux symptômes et aux caractéristiques (âge, race…) de l’animal peuvent permettre d’établir une forte suspicion d’ostéosarcome. Cette seule suspicion peut parfois suffire au vétérinaire dans sa décision de mettre en place un traitement.

Pour établir le diagnostic avec certitude, le vétérinaire peut pratiquer une biopsie osseuse avec ponction de moelle osseuse pour en analyser les cellules en laboratoire (analyse histologique).

Le vétérinaire pourra également pratiquer un bilan d’extension sous forme de radiographie ou de scanner thoracique afin de rechercher d’éventuelles métastases dans l’organisme du chien. Cela dit, ces métastases ne sont pas toujours visibles sur les clichés. Il est donc courant que le vétérinaire considère d’emblée que l’ostéosarcome a déjà métastasé au moment de son diagnostic, d’autant plus que c’est le cas pour 90% des animaux atteints d’ostéosarcome.



Cancer des os chez le chien: quels traitements pour quelles chances de survie ?

Le traitement des cancers des os est avant tout chirurgical. Il consiste:

  • en une amputation totale. On retire alors la totalité du membre sur lequel l’os est touché dans le but de supprimer la douleur et de limiter la dissémination des cellules cancéreuses dans l’organisme. L’amputation totale ne peut avoir lieu que chez les chiens qui pourront s’adapter facilement à un déplacement à trois pattes, ce qui exclut les chiens souffrant d’arthrose, en surpoids, très affaiblis ou déjà amputés d’un autre membre.
  • en une amputation partielle d’un membre si la tumeur est située très bas sur l’os,
  • au retrait de la portion d’os où s’est développée la tumeur suivi de son remplacement par une prothèse métallique chez les chiens qui ne peuvent pas subir une amputation totale ou partielle chez qui la tumeur est localisée au niveau de la partie basse du radius. Cette opération est lourde et souvent suivie de complications.

Le traitement chirurgical seul n’empêche pas le cancer, qui a déjà métastasé dans 90% des cas, mais permet d’améliorer la qualité de vie des chiens malades. En cas d’amputation seule, 50% des chiens décèdent dans les 5 mois qui suivent l’opération et seulement 10% sont encore vivants à 1 an. Sans traitement, 50% des chiens sont décédés 1 à 2 mois après le diagnostic de l’ostéosarcome.

Pour augmenter l’espérance de vie des chiens, on peut associer un traitement médical au traitement chirurgical. Il existe des protocoles de chimiothérapie qui, associés à une amputation, permettent un taux de survie de 50% des chiens malades à 1 an. Ces traitements sont cependant lourds, coûteux et peuvent entraîner des effets secondaires sur les reins. Les injections de produits doivent se faire en 2 à 6 séances nécessitant à chaque fois une hospitalisation au sein d’une clinique vétérinaire habilitée à réaliser des traitements chimiothérapiques.

D’autres traitements adjuvants peuvent être également mis en place en complément ou à la place d’une intervention chirurgicale. Il s’agit de :

  • la radiothérapie. Ce procédé d’irradiation des cellules cancéreuses peut être intéressant lors d’ostéosarcome qui ne peut pas être opéré, notamment lorsqu’il se développe au niveau des vertèbres. Il est cependant coûteux, ne se pratique que dans 2 centres en France (Maisons Alfort et à Villeneuve d’Asq) et n’est pas suivi de résultat sur l’allongement de l’espérance de vie chez tous les animaux. Il permet cependant de réduire l’inflammation et la douleur et donc d’améliorer la qualité de vie des animaux malades.
  • l’immunothérapie. Ce procédé consiste à injecter des médicaments qui vont activer et mobiliser les défenses immunitaires de l’organisme du chien pour que ce dernier puisse lutter contre les cellules cancéreuses. Si des études menées aux États-Unis font état de résultats encourageants, il ne s’agit pas encore d’un procédé très répandu en médecine vétérinaire.

Pour accompagner les thérapies classiques anticancéreuses ou en tant que traitement anti-cancéreux alternatif, la phytothérapie peut être d’un grand secours. Elle peut aussi aider à soulager naturellement la douleur de l’animal malade. Renseignez-vous auprès d’un vétérinaire spécialisé en la matière !

 

f09959ffaeedff411bd8c5eebf78c77a(((((((((((((((((((((((((((((((