Le caractère du chien

le caractère du chien

Voilà un vaste sujet que nous allons tenter d’aborder aujourd’hui : Mon chien aura-t-il bon ou mauvais caractère, sera-t-il gentil ou méchant ?

Tant de questions auxquelles de nombreux maîtres souhaitent avoir rapidement des réponses lorsqu’ils adoptent un chiot ou un chien adulte.

De nombreux tests existent pour évaluer le caractère du chien, le plus connu d’entre eux est celui de Campbell. A titre personnel et professionnel, je ne l’utilise pas/plus car pour moi il n’est pas forcément très représentatif et nécessite l’utilisation d’exercices et techniques plutôt obsolètes à mon sens.

Les tests de comportement qui permettent de dessiner le caractère futur du chien sont souvent faits dans un endroit neutre, que le chien ne connait pas… Je préfère davantage me fier à différents critères que je peux évaluer au fil du temps, selon les situations et en fonction de l’environnement proposé au chien. Cela me donne des données bien plus objectives, riches et variées.

De fait, pour évaluer approximativement le caractère d’un chien, j’observerai davantage :

  • La trempe du chien : comment réagit-il lorsqu’il est face à quelque chose de plutôt désagréable.
  • La réactivité du chien : comment réagit-il lorsqu’il est face à de nouveaux stimuli, notamment environnementaux.
  • La manière dont le chien a de jouer : préfère-t-il « se battre » ou « poursuivre » ou « se faire poursuivre ».
  • La curiosité/la vigilance du chien : comment réagit-il face à des situations nouvelles, une nouvelle personne, un nouveau congénère, un nouvel objet, etc.
  • La possessivité du chien : réussit-il à partager ses ressources, à savoir la nourriture, les jouets, l’espace, son maître, etc.

Toutes ces observations pourront déjà nous donner un aperçu du caractère du chien. Néanmoins, il ne faut pas oublier que le caractère du chien n’est pas quelque chose de figé. Il est modifiable et malléable.

Le caractère du chien est formé par plusieurs facteurs

  • La race du chien ainsi que les gènes de ses parents.
  • Les instincts naturels du chien.
  • Le bon ou mauvais déroulement de la période de gestation de la mère.
  • Le comportement de la mère lors du développement (est-elle rassurante pour ses chiots, etc.).
  • Le comportement de l’Homme lors des premières semaines du chiot.
  • Le comportement de l’Homme lors des premiers mois du chiot.
  • La variété des environnements et expériences proposés au chiot pendant son développement.

On entend souvent : « telle ou telle race est plus facile qu’une autre ». Et ce n’est d’ailleurs pas tout à fait faux. En effet, certaines races auront des instincts naturels plus prononcés que d’autres, je pense notamment aux chiens plus « primitifs » (Husky, Chien-Loup Tchécoslovaques, etc.), n’ayant pas connu de réelles modifications par l’Homme. Ces chiens là auront donc davantage de caractère puisque plus indépendants.

Par ailleurs, même au sein d’une race commune, les chiens peuvent avoir des comportements complètement opposés, cela dépend beaucoup des expériences vécues et de l’intervention de l’Homme.

En effet, le caractère d’un chien, comme je l’indiquais, peut être modifié. Bien entendu les instincts ne pourront pas être supprimés, mais néanmoins ils pourront être limités et contrôlés par l’Homme.

Par exemple, j’ai un chien qui est très attaché à moi, il m’écoute presque au doigt et à l’œil et a toujours envie de « me faire plaisir » en adoptant les comportements que je souhaite qu’il adopte. Néanmoins, avec d’autres, il se montrera complètement différent car il n’aura pas forcément de relation particulière avec eux et n’acceptera pas facilement de coopérer. De fait, pour moi, il a un très bon caractère, pour d’autres, il a un caractère très fort.

Avoir bon ou mauvais caractère ?

Cela reste tout à fait subjectif, tout comme pour les Humains d’ailleurs. Un chien pourra être très docile pour telle personne, et très têtu pour une autre. Déjà parce que le chien n’adoptera pas nécessairement le même comportement avec tout le monde, car il se fiera à l’attitude de l’humain qu’il a en face de lui, mais aussi parce que nous n’avons pas tous les mêmes exigences ni le même seuil de tolérance face à tel ou tel comportement.

On dira d’un chien qui a bon caractère qu’il est sympa, docile et plutôt disponible pour adopter les comportements souhaités. A contrario, on dira qu’un chien a mauvais caractère s’il ne cède pas rapidement et qu’il a tendance à tester davantage que coopérer.

Cependant, pour moi un chien qui teste et qui n’écoute pas forcément ce qu’on lui demande de faire n’est pas nécessairement un chien qui a mauvais caractère. C’est simplement un chien qui a compris qu’il pouvait tester et qui y trouve une certaine satisfaction.

L’instant anecdote

A titre personnel, et pour vous donner un exemple précis de la subjectivité de la notion de caractère : j’ai adopté il y a quelques temps une chienne âgée de 6 ans, qui a été récupérée par une association suite à des mauvais traitements reçus dans sa famille d’adoption initiale. Elle m’a été décrite comme une chienne super, qui a du caractère mais qui est néanmoins facile à vivre. C’était donc l’avis des personnes qui avaient croisé son chemin à un instant T de la vie de cette chienne.

Après plusieurs jours/semaines à ses côtés, j’ai remarqué des comportements plutôt gênants, pour moi en tout cas, de mon point de vue, et j’en ai parlé aux personnes de l’association qui m’ont dit : c’est son caractère, elle est comme ça.

Mais je ne pense pas que les comportements adoptés par les chiens de manière générale découlent nécessairement de leur caractère, en tout cas, pas uniquement ! Il ne faut pas, à mon sens, voir cela comme une généralité mais plutôt comme une attitude adoptée à un moment M suite à une situation précise et un vécu particulier. Et ce comportement peut donc de ce fait être modifié si l’on prend en compte tous ces aspects (le contexte, le vécu, etc.).

Je pense notamment aux personnes qui décrivent leur chien comme dominant. « Mon chien est dominant, c’est comme ça »… Euh ! NON ! Un chien peut se montrer dominant envers tel ou tel chien et tout à fait soumis envers un autre. Ce n’est absolument pas un trait de leur personnalité à graver dans le marbre.

Tout comme nous, par exemple moi je peux me montrer très ferme lorsqu’il s’agit de reprendre mes chiens, et très douce lorsqu’il s’agit de les récompenser. Ce n’est pas parce qu’une fois j’ai été ferme que je le saurais toujours, dans toutes les situations et avec tous les chiens.

Ce qu’il faut retenir

  • Les chiens ont deux types de caractère : celui qui est « inné », qui correspond à ses instincts et celui qui est « acquis », qui correspond quant à lui à toutes les expériences vécues, l’attitude du maître et les modifications apportés par l’Homme de manière plus générale.
  • Le « mauvais » caractère d’un chien (sous entendu un chien difficile, voire agressif) est souvent influencé par l’Homme car le chien ne nait pas méchant, il le devient.
  • Avoir du caractère n’est pas forcément une mauvaise chose, il faut simplement savoir analyser et contrôler si besoin les comportements associés à ce caractère.




17585312f9caf95c6c55a8bc51399af8EEEEEEE