Chien à donner : les précautions à prendre

Donner son chien
© Pixabay

Comment s’y prendre pour donner son chien ? Quelles sont les précautions à prendre, quelles sont les solutions possibles et les démarches à faire ? Toutes les réponses à vos questions juste ici …

Quand donner son chien devient inévitable...

Il arrive parfois que l’on ne soit plus en mesure de s’occuper de son chien, que ce soit parce que l’on se fait hospitaliser, parce que l’on déménage dans un petit logement, parce que l’on change de travail et que l’on n’a plus suffisamment de temps à lui consacrer ou encore parce que, physiquement, il nous n’est plus possible de subvenir à ses besoins.

En aucun cas, il ne faut culpabiliser de devoir se séparer de son chien. C’est suffisamment difficile émotionnellement pour s’alourdir de ce grand fardeau qu’est la culpabilité. Si la raison de ce don est légitime, réfléchie et parfois inévitable, ne vous encombrez pas de ce sentiment. Selon moi, il est toujours bien plus courageux de se rendre compte de son incapacité à subvenir aux besoins de son chien, et donc d’agir en conséquence, plutôt que de s’entêter et s’acharner égoïstement pour finalement rendre son chien malheureux.

Mais alors, concrètement, comment faire pour donner son chien ? Quelles sont les précautions à prendre, quelles sont les solutions possibles et les démarches à faire ? Toutes les réponses à vos questions juste ici ...

Donner son chien à un particulier

La première option qui s’offre à vous si vous souhaitez donner votre chien contre bons soins, c’est le don à un particulier. Cela se fait dans la majorité des cas par annonce ou bouche à oreille.

Dans ce cas, plusieurs précautions sont à prendre :

  • Vérifiez toujours les futures conditions de vie de votre chien : ne soyez pas trop pressé et assurez-vous que votre chien tombera dans une famille aimante, rassurante et adaptée pour lui.
  • N’ayez ni honte ni peur de demander à visiter le futur logement de votre chien. Si les éventuels futurs maîtres refusent, c’est qu’ils ont quelque chose à cacher !
  • N’hésitez pas non plus à vous renseigner sur les motivations des éventuels futurs adoptants. S’ils vous disent que c’est simplement pour garder la maison ou pour faire plaisir aux enfants… alors, mieux vaut trouver d’autres acquéreurs.
  • Privilégiez, à mon sens, des personnes de votre entourage, des connaissances ou des amis d’amis par exemple. Ainsi, vous pourrez toujours avoir un œil ou une oreille attentive sur la nouvelle vie de votre chien.
  • En tant qu’adoptant, exigez d’avoir les papiers du chien (carte d’identification) pour être certain que ce ne soit pas un chien volé par exemple ainsi que son carnet de santé afin de pouvoir donner un maximum d’informations à votre vétérinaire et aussi bien évidemment pour savoir s’il est à jour de ses vaccins.
  • Enfin, même de particulier à particulier, je conseille tout de même d’établir un contrat de cession. Cela peut être un simple document qui désigne le nom de l’ancien propriétaire, le nom du futur propriétaire, l’identification du chien (son numéro d’identification, son sexe, sa date de naissance, etc.) ainsi qu’une mention qui prouve l’acte gratuit.

Bon à savoir

Un particulier n'a le droit de vendre son chien que s'il dispose d'un numéro de SIREN et que s'il s'est déclaré en tant qu’éleveur auprès de la chambre d’agriculture de son département et cela, même s'il ne fait que vendre son chien de compagnie. Sans ces formalités, le propriétaire du chien n’a légalement pas le droit de le vendre et ne peut - théoriquement - que le céder à titre gratuit, autrement dit le donner contre bons soins.

Le don de son chien à une association

La seconde option qui s’offre à vous est celle du placement de votre chien en famille d’accueil par le biais d’une association qui s’occupera de trouver une nouvelle famille adoptive à votre chien tout en lui proposant un foyer « normal » (à la différence des refuges), en attendant.

Cette solution est à privilégier si par exemple :

  • vous n’êtes pas sûr de trouver la bonne famille pour votre chien,
  • vous êtes dans une situation d’urgence (hospitalisation par exemple) et que vous n’avez pas le temps de chercher une nouvelle famille.

Attention tout de même, lorsque vous cédez votre chien à une association, il est très rare que cela soit gratuit ! Vous devrez verser une participation aux frais que l’association devra verser jusqu’à l’adoption définitive de votre chien dans une nouvelle famille. Par ailleurs, les frais à verser seront plus conséquents si vous n’êtes pas en mesure de prouver l’identification de votre chien ou encore la mise à jour de ses vaccins car l’association devra s’occuper de remettre à jour ses papiers et vaccins avant de le placer définitivement.

De plus, de même que pour la cession de votre chien à un particulier, la cession d’un chien à une association devrait toujours être tracée par le biais d’un contrat de cession.

Là encore, pour le don à une association, plusieurs précautions sont à prendre :

  • Que ce soit en tant que donneur ou adoptant, choisissez une association avec laquelle vous avez un bon feeling, si vous ne le sentez pas, changez !
  • Préférez également des associations locales pour que les échanges soient plus simples et rapides,
  • Personnellement, si je devais donner mon chien, je le donnerais à une association spécifique de la race de mon chien. Tout simplement parce qu’en général, les personnes qui souhaitent adopter un chien et qui se tournent vers des associations spécifiques sont souvent des personnes qui connaissent bien la race et qui veulent réellement adopter un chien de telle race.
  • En tant qu’acquéreur, si vous passez par le biais d’une association, il est toujours bien plus rassurant d’avoir un maximum d’informations sur le chien qui vous intéresse (son passé, comment ça se passe dans sa famille d’accueil, etc.). Si vous voyez que l’association ne vous donne que très peu d’informations, passez votre chemin. En général, les chiens qui sont placés dans des associations sont des chiens dont on connait le passé justement, à la différence des refuges, ou des chiens que l’on a appris à connaitre à travers les familles d’accueil. Ainsi, si l’association choisie n’est pas très bavarde, changez !
  • En tant qu’adoptant toujours, n’hésitez pas à demander à venir voir le chien dans sa famille d’accueil. Ne choisissez pas un chien sur photo ou sur les bons dires des personnes de l’association, venez vérifier par vous même !

Chien à donner : les obligations légales

Pour donner un chien, il doit obligatoirement être identifié par une puce électronique ou un tatouage.

Lors de la cession, un contrat de cession doit être fait avec les coordonnées de l’ancien et du futur propriétaire ainsi que toutes les données permettant d’identifier le chien à donner

L’acquéreur doit adopter le chien avec son carnet de santé et le document attestant son identification

Et pourquoi ne pas donner son chien à un refuge ?

Vous l’aurez remarqué, à aucun moment je ne donne de conseils pour confier son chien à un refuge.

En effet, dans leur grande majorité, les refuges sont aujourd'hui surchargés et ne peuvent plus, pour nombre d’entre eux, accueillir d’animaux. Certains pratiquent même malheureusement des euthanasies pour libérer les boxes !

De plus, pour votre chien, ce serait un grand traumatisme ! Mieux vaut lui trouver une famille directement ou faire appel à une association pour que la transition dans une famille d’accueil soit plus saine, sécurisante et bienveillante pour votre chien.



778c595790f4181f7db129592642c254lllllllllllllllllllllll