Les résultats d’une étude suédoise publiés dans la revue Nature montrent une corrélation entre le fait de posséder un chien et la diminution du risque de mourir prématurément chez les personnes seules.

« Les propriétaires vivant seuls avec leur chien présentent une réduction du risque de 33% du risque de décès et de 11% du risque de faire un infarctus du myocarde par rapport aux personnes vivant seules mais sans chien ».

Ce sont les conclusions de Mwenya Mubanga, principale auteur d’une étude d’ampleur menée sur une cohorte de 3,4 millions de suédois âgés de 40 à 80 ans suivis sur 12 ans et dont les résultats sont parus dans la très sérieuse revue scientifique Nature.

L’étude menée par les chercheurs de l’Université d’Uppsala en Suède est même allée plus loin. Elle a permis d’établir que les propriétaires de chiens de chasse, et plus particulièrement les maîtres de Beagle, Golden Retriever et chiens terriers, faisaient partie des personnes qui présentaient le moins de risque de développer une maladie cardio-vasculaire.

Des résultats à prendre néanmoins avec des pincettes. Corrélation ne veut pas dire lien de cause à effet.

Les résultats de l’étude pourraient néanmoins s’expliquer de façon tout à fait logique. Les chiens pourraient tout simplement aider leur maître à rester actifs en les obligeant à bouger, sortir, rencontrer davantage de monde…lors de leur promenade quotidienne. Autant de facteurs dont on sait qu’ils améliorent le bien-être et la santé en général.

Autre hypothèse avancée par les chercheurs : les chiens auraient un rôle bénéfique sur le microbiote de leur maître, comprenez la flore intestinale que l’on connait pour être impliquée notamment dans l’immunité.

toutoupourlechien.com

Par Vincent POLETTE

Co-fondateur de toutoupourlechien.com, webmaster & rédacteur d'actualités canines.