Le chien primitif

Un chien primitif
© Pixabay

Zoom sur les races de chiens primitifs qui fascinent autant qu’elles intriguent…

 

La FCI (Fédération Cynologique Internationale) réunit au sein du Groupe 5 : chiens de type Spitz et de type primitif pas moins de 45 races distinctes, réparties elles-mêmes en plusieurs sections (7 au total). On y retrouve les chiens nordiques (de traîneau, de chasse et de garde), les Spitz (européens et asiatiques) ainsi que les fameux chiens de type primitif, notamment de chasse. Zoom sur ces races qui fascinent autant qu’elles intriguent.

Qu’est-ce qu’un chien primitif ?

Par définition, un chien primitif est un chien d’une race souvent très ancienne, qui n’a jamais (ou très peu) été modifiée par l’Homme et qui conserve donc ses caractéristiques, physiques ou comportementales originelles.

Le contre exemple parfait du chien primitif, c’est le Bouledogue Français qui, lui, a connu de nombreuses modifications génétiques pour devenir le chien que l’on connaît aujourd’hui.

Au regard du classement établi par la FCI, les chiens de type primitif (groupe 5 - sections 6 et 7) sont finalement peu nombreux. Il s'agit du Basenji, du Podenco ou bien encore du Chien nu du Pérou. Toutefois, sont communément considérés comme chiens primitifs tous les chiens appartenant au groupe 5, cela va du Husky Sibérien au Spitz Allemand, en passant par le Samoyède ou encore le Shiba et l’Akita.

Ainsi, au sein même de ce que l’on appelle les chiens primitifs, il existe de nombreuses différences, qu’elles soient comportementales (instincts différents) ou physiques (pelage, taille, etc.).

Quelles sont les particularités du chien primitif ?

Comme évoqué précédemment, au sein même de ce groupe, chaque race primitive aura ses propres particularités : le Berger Islandais n’a pas les mêmes instincts ou caractéristiques physiques que le Chien Thaïlandais à crête dorsale par exemple...

Toutefois, on peut les distinguer des autres races “non primitives” par quelques aspects :

Particularités physiques

Souvent originaires de régions où les conditions climatiques sont assez extrêmes (que les températures soient très froides ou très chaudes), ce sont des chiens qui sont généralement très résistants et robustes.

Mais, il existe tant de races primitives qu’il n’est clairement pas possible de lister toutes leurs particularités physiques, qui sont loin d’être toutes communes.

Particularités comportementales

C’est sur cet aspect que les chiens primitifs se distinguent généralement le plus des autres chiens. En effet, les chiens primitifs sont souvent considérés comme plus difficiles, plus têtus, plus “tout” en vérité.

Et bien ce n’est finalement pas très loin de la vérité car ces chiens, non concernés par les sélections et modifications génétiques, ont conservé leurs instincts de manière parfois très marquée.

De fait, ils sont plus indépendants, plus méfiants, plus prédateurs, plus gardiens, etc. Et bien qu’ils restent des chiens, leur comportement se rapproche souvent de celui des canidés sauvages tels que le loup ou même le renard par exemple.

Toutefois, rappelons que les caractéristiques comportementales d’un chien ne sont que très rarement innées, c’est davantage par le vécu et les expériences (bonnes ou mauvaises) que se façonne la personnalité d’un individu.

Comment éduquer un chien primitif ?

Ces chiens ne sont pas à mettre entre les mains de n’importe quel maître car, même s’ils restent des chiens, leur éducation demande beaucoup de patience, de rigueur et de cohérence pour obtenir des résultats.

On a coutume de dire que les chiens primitifs, notamment les nordiques, ne sont pas des rois d’obéissance. Et en effet, vous ne ferez jamais d’un tel chien un toutou de cirque.  En réalité, c’est surtout la qualité de la relation entre un chien et son maître qui détermine sa bonne éducation. En effet, pour ces chiens, la cohérence du maître, sa fiabilité et son assurance sont des aspects essentiels pour qu’ils coopèrent.

Les chiens primitifs doivent être éduqués avec "une main de fer dans un gant de velours". Fermeté, rigueur et justesse sont les maîtres mots. Le maître d’un primitif n’a pas le droit à l’erreur car sinon le chien perd confiance. Et puisqu’il est très indépendant, il peut sans problème s’accommoder d’une simple cohabitation avec son maître.

Alors bien entendu, je caricature un peu car il ne faut en aucun cas réduire les chiens primitifs à des chiens insensibles, n’ayant pas besoin de contacts humains pour s’épanouir : c’est faux. Lorsqu’ils sont en confiance, ce sont de très agréables compagnons et la complicité maître/chien s'en trouve enrichie.

En clair : il peut être long et fastidieux d’instaurer une relation de confiance avec un chien primitif, mais lorsque c’est chose faite : la complicité interspécifique est extraordinaire. Mieux vaut alors se montrer patient, sûr de soi, ferme et doux à la fois pour faire ressortir ce qu’il y a de meilleur chez ces chiens au caractère souvent bien trempé.

Plus concrètement, ce sont des chiens qui s’éduquent comme les autres dans le sens où les bases éducatives classiques doivent être intégrées dès leur plus jeune âge : marche en laisse, rappel, positions de statique, renoncement, etc. Ce sont des chiens qui comprennent rapidement ce que l’on attend d’eux si les méthodes employées sont respectueuses et cohérentes.

Adopter un chien de type primitif : les précautions

Je n’ai personnellement jamais eu de chiens primitifs, mais paraît-il qu’on les adore ou on les déteste… Leur tempérament n’est en effet pas compatible avec tout le monde.

Si vous envisagez donc d’en adopter un, renseignez-vous bien sur les caractéristiques de la race que vous choisissez et n’hésitez d’ailleurs pas à contacter les éleveurs : ils sauront vous dire si votre cadre de vie, votre quotidien et votre personnalité correspondent au chien qui vous intéresse.

Par ailleurs, la plus grande erreur à faire est de vouloir adopter un chien primitif simplement pour sa beauté. C’est en effet souvent le cas des chiens tels que le Malamute, le Husky, le Volpino ou bien encore le Shiba Inu, etc.

Bien qu'ils soient magnifiques, ce ne sont pas des peluches ni des trophées que l’on expose dans son salon : il est important de prendre en compte que ce sont des chiens qui devront être dépensés, éduqués et socialisés pour s’intégrer au mieux à votre foyer mais aussi au sein de la société de manière générale.

Par ailleurs, et pour finir, avant d’adopter un chien primitif, préparez-vous au fait que leurs instincts naturels sont souvent très marqués et développés. Par exemple, ce sont généralement de grands prédateurs qu’il n’est parfois pas possible de lâcher en totale liberté n’importe où. Il faut donc aussi vous questionner sur ce que vous attendez de votre futur chien. En revanche, si vous êtes sportifs : certains chiens primitifs seront absolument ravis de vous accompagner lors de vos sorties, notamment les chiens nordiques de traîneau.



e84e687616bef669c39e55e57b9b602c$$$$$