Votre chien se lèche ou se mordille constamment la patte au point même parfois de se blesser ? Décrypter l’origine de ce comportement et découvrez comment y remédier.

Pourquoi mon chien se lèche-t-il la patte ?

Parce que sa patte le démange

Le léchage intempestif d’une patte peut tout simplement être dû à un prurit, comprenez : une sensation de démangeaison. Cette sensation peut être restreinte à la patte ou être étendue à d’autres régions du corps de votre animal. Il existe de nombreuses causes possibles à ce prurit parmi une dermatite allergique, une infection fongique ou bien encore une infestation par des parasites.

Parce qu’il a mal à la patte

Le léchage excessif et répétitif d’une patte peut aussi révéler une douleur ou un inconfort dû à :

  • une piqûre d’insecte,
  • une petite blessure,
  • la présence d’un corps étranger qui s’est glissé sous la peau comme un épillet par exemple,
  • une atteinte articulaire (arthropathie),
  • un problème d’ordre neuro-musculaire (neuropathie),
  • la présence d’une tumeur,
  • et plus généralement tout ce qui peut être à l’origine d’une pododermatite.

Parce qu’il est en souffrance psychique

Une fois écartées les causes « physiques » évoquées ci-dessus, il arrive que le léchage à répétition des pattes chez le chien s’explique par une trop grande anxiété de l’animal, provoquée et favorisée par un stress intense qu’il subit. En effet, le léchage à répétition d’une patte relève parfois du T.O.C (trouble obsessionnel compulsif) qui est la manifestation d’une souffrance psychique importante de l’animal.

Le désœuvrement, l’ennui, l’anxiété de séparation ou l’impossibilité de se reposer sans être dérangé sont autant de facteurs de stress à l’origine de cette souffrance psychique qui pousse le chien à se lécher de façon compulsive jusqu’à parfois s’automutiler. Pour le chien, le léchage est alors soit une activité de substitution qui permet « d’évacuer » une partie de son anxiété soit un « rituel » destiné à attirer l’attention de son maître. Souvent, c’est la patte avant gauche au niveau de l’articulation du poignet qui fait l’objet d’un léchage compulsif.

Mon chien se lèche les pattes : les conséquences

A force de se lécher et de se mordiller toujours au même endroit de façon prolongée et répétée, le chien peut provoquer une dermatite de léchage autrement connue sous le nom de granulome de léchage des extrémités. On observe alors, à l’endroit où le chien a l’habitude de se lécher, une plaque bien délimitée, alopécique c’est-à-dire dépourvue de poils et où la peau est à vif ou épaissie. Le risque est que la lésion créée se complique d’une infection secondaire.

Il peut évidemment il y avoir d’autres conséquences sur la santé du chien en fonction des affections qui constituent la cause primaire du léchage à répétition.

Si l’anxiété est à l’origine du léchage compulsif et que rien n’est fait pour y remédier, elle peut induire d’autres troubles du comportement voire une véritable dépression chez votre chien.

Comment y remédier ?

A l’exception de la présence d’une petite plaie ou d’une piqûre d’insecte, un chien qui se lèche la ou les pattes de façon compulsive souffre toujours d’un problème de santé qui justifie une consultation chez le vétérinaire.

Traiter la dermatite de léchage

Dans un premier temps, le vétérinaire s’attachera à traiter la dermatite, conséquence directe du léchage compulsif à l’aide de topiques antiprurigineux et anti-inflammatoires sous forme de gels, crème ou spray. Il pourra également prescrire des antibiotiques par voie orale si la lésion est surinfectée. Pour permettre la cicatrisation de la lésion et empêcher l’animal de l’aggraver, le vétérinaire mettra un bandage, une chaussette ou une collerette au chien. La collerette est de loin, la solution la plus efficace pour empêcher le chien de se mutiler encore plus mais elle peut générer un stress supplémentaire pour un chien déjà anxieux.

Éliminer la cause du léchage compulsif

Traiter les conséquences du léchage compulsif ne suffit pas pour y remédier durablement. Dans un deuxième temps, le vétérinaire s’attachera donc à identifier la cause de ce comportement pour mettre en place un traitement qui visera à supprimer cette cause, qu’elle soit « physique » ou « psychologique ».

Si le vétérinaire suspecte une origine psychologique au problème de léchage compulsif, il faudra déterminer l’origine du stress de votre animal afin de pouvoir effectuer les changements qui s’imposent. S’il est vrai qu’il existe des chiens au tempérament plus anxieux que d’autres, le problème réside le plus souvent dans un mode de vie, des habitudes, un « environnement » qui n’est pas favorable à l’animal.

Ainsi, le léchage compulsif est assez fréquent chez les chiens qui s’ennuient ou qui ne sont pas assez stimulés. Pour en venir à bout, il sera donc parfois suffisant de proposer des jeux d’occupation au chien et de le promener davantage en l’emmenant dans des endroits qu’il ne connaît pas encore pour qu’il découvre de nouvelles odeurs ou pour qu’il rencontre ses congénères. En un mot : pour qu’il puisse assouvir ses besoins de dépenses physique et mentale. Vous trouvez davantage de conseils à ce sujet dans les articles de notre éducatrice et comportementaliste :

Le léchage compulsif peut aussi trouver son origine dans une impossibilité pour le chien de se reposer dans un endroit calme. Cela peut être le cas dans les maisons où de jeunes enfants ne laissent que peu de répit à leur compagnon canin. Si tel est le cas :

  •  vérifiez que le couchage du chien est bien situé dans un endroit calme et peu passant de votre domicile,
  • enseignez à vos enfants les règles de vie à respecter avec un chien, et notamment celle de respecter le besoin de repos de votre chien quand il est dans son couchage ou quand il s’isole derrière un meuble, un rideau…pour avoir un peu de paix.

Enfin, si votre chien est anxieux parce qu’il stresse à l’idée d’être seul ou séparé d’une personne à laquelle il est hyper attaché, suivez les 13 conseils pour mener à bien une thérapie de détachement de notre éducatrice et comportementaliste canine.

Il est possible d’accompagner ces changements en donnant des élixirs floraux de Bach au chien. Le Marronnier blanc (White Chestnut N°35) peut notamment contribuer à réduire en douceur l’anxiété d’un animal atteint de troubles obsessionnels compulsifs à raison de 3 gouttes, 1 fois par jour pendant 15 jours.

Si le problème comportemental de votre chien s’avère plus complexe à résoudre, n’hésitez pas à faire appel à un éducateur canin comportementaliste ou à un vétérinaire comportementaliste pour une consultation personnalisée. Ces professionnels pourront vous aider à comprendre et à corriger vos erreurs en venant les constater à domicile. Dans les cas les plus extrêmes, il peut être nécessaire d’accompagner la thérapie comportementale par des anxiolytiques, prescrits par votre vétérinaire, pour en faciliter l’application.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation