Etiquettes d’aliments pour chien : comment les décrypter ?

décrypter les étiquettes des croquettes

Il est difficile de choisir et de juger de la qualité des aliments industriels pour chien sans savoir a minima décrypter les étiquettes. Nous vous donnons ici quelques clés afin de faire de vous un acheteur averti !

Informations obligatoires vs informations facultatives

Sur les étiquettes des aliments industriels pour chien, on retrouve au minimum les informations suivantes :

  • la mention aliment complet ou complémentaire,
  • la liste des ingrédients,
  • les constituants analytiques.

Ces informations obligatoires peuvent être complétées par des mentions facultatives : les allégations nutritionnelles.

Un paquet type de croquettes

La mention « aliment complet » ou « aliment complémentaire »

La mention « aliment complet » ou « aliment complémentaire » doit figurer obligatoirement sur l’étiquette du produit. Ces mentions sont destinées à renseigner l’utilisateur de l’aliment sur le caractère complet ou complémentaire d’un aliment. Un aliment complet suffit à lui seul pour nourrir un animal à la différence des aliments complémentaires qui ont pour vocation de supplémenter un animal en nutriments ou en micro-nutriments.



La liste des ingrédients

Une liste plus ou moins précise

Dans la liste des ingrédients qui figurent sur l’étiquette d’un paquet d’aliments industriels pour chien,  les ingrédients mis en œuvre avant cuisson dans le produit sont listés par ordre d’importance.  Les premiers ingrédients cités sont donc généralement présents en plus grande quantité sauf si un intitulé est éclaté en plusieurs sous-rubriques et sauf si ce produit est riche en eau (qui s’évapore à la cuisson).

Prenons un exemple pour bien comprendre :
Des listes d'ingrédients différentes mais qui disent la même chose sur les paquets de croquettes

Sur le paquet A, l’intitulé « céréales » se retrouve en première position dans la liste des ingrédients : c’est donc l’ingrédient présent en plus grande quantité dans les croquettes.

Sur le paquet B, les céréales ont de grandes chances d’être aussi l’ingrédient N°1 des croquettes. En revanche, c’est beaucoup moins évident à la seule lecture de la liste des ingrédients car l’intitulé « céréales » est éclaté entre « mais », « riz » et « blé » et ne figure donc plus en tête de liste.  Pour en avoir le cœur net, il faudra donc croiser les informations de cette liste d’ingrédients avec celles des composants analytiques.

La règlementation n’impose pas de niveau de précision aux fabricants pour établir cette liste d’ingrédients. Certains choisissent donc de rester plutôt vagues dans la description des ingrédients quand d’autres se montrent beaucoup plus transparents en indiquant l’espèce des viandes utilisées, la nature des céréales/légumineuses ou légumes utilisés etc. Ainsi se côtoient sur le marché,  des aliments dont la liste des ingrédients est très détaillée et précise et d’autres pour lesquels les listes d’ingrédients sont relativement vagues et catégoriels.

Prenons un autre exemple pour bien comprendre :

Des listes d'ingrédients plus ou moins detaillées sur les paquets de croquettes

Sur le paquet de Croquetix, la liste des ingrédients est vague et catégorielle : viandes, sous-produits animaux, céréales, légumes…Lorsqu’on lit « céréales », on ne sait pas s’il s’agit de riz, de maïs, de blé. De même, lorsqu’on lit « viandes », on ne sait pas de quelle espèces ces viandes proviennent.

Sur le paquet de Carnicroc’, la liste des ingrédients est beaucoup plus précise et détaillée. La marque précise l’espèce des matières première carnées utilisées (poulet, porc, canard…), la nature des fruits et légumes (carottes, pommes, potiron…) et des sources d’amidon employées dans la recette (pois, pomme de terre…).

Des proportions d’ingrédients pas toujours indiquées

En observant la liste des ingrédients sur l’étiquettes des aliments industriels pour chien, vous remarquerez que le pourcentage des ingrédients de la recette n’est pas toujours précisé.

La mention de ce pourcentage n’est en effet obligatoire pour le fabricant que lorsqu’il souhaite mettre en relief cet ingrédient sur le packaging de l’aliment au moyen d’une illustration ou d’une allégation nutritionnelle.

Encore un exemple pour bien comprendre :

L'indication du pourcentage d'ingrédients sur les croquettes dépend souvent de la présence d'une allégation

Sur le paquet de Croquettor, la mention « au poulet » ainsi que la photo d’un poulet rôti oblige le fabricant à indiquer le pourcentage de viande poulet mise en œuvre dans la recette de ses croquettes.

Sur le paquet de Croquetix, le fabricant ne met pas en valeur d’ingrédients sur son paquet et par conséquent aucun pourcentage d’ingrédient n’est indiqué.

Les composants analytiques

Parmi les mentions obligatoires devant figurer sur l’étiquette des aliments pour animaux figurent « les composants analytiques » parfois rencontrés sous les autres intitulés :  « Analyse nutritionnelle » ou « Constituants analytiques »…

Pour tous les aliments complets pour animaux, ces composants analytiques doivent comprendre a minima :

  • le taux de protéines brutes,
  • le taux de lipides ou matières grasses brutes,
  • le taux de fibres brutes ou de cellulose brutes
  • le taux de cendres brutes ou de matières minérales.

L’affichage du taux d’humidité d’un aliment n’est obligatoire seulement s’il dépasse les 14%. Par conséquent, ce taux est rarement affiché sur les aliments secs tels que les croquettes, dont l’humidité ne dépasse pas généralement les 8 à 10%.

Le taux de glucides – qui alimente régulièrement les polémiques sur les croquettes – n’est pas obligatoire. Il n’est donc que très rarement affiché sur les étiquettes des aliments industriels pour chien. On peut cependant le déduire par le calcul suivant :

%glucides= 100-%protéines-%lipides-%fibres-%cendres*-%humidité*

* Pour calculer le pourcentage de glucides, on peut estimer l’humidité des croquettes à 10% si l’humidité n’est pas précisée sur l’étiquette.

D’autres nutriments ou micro-nutriments peuvent être indiqués, ainsi que leur teneur, mais ce n’est pas une obligation pour les fabricants sauf s’ils s’y engagent en apposant une allégation nutritionnelle sur les paquets d’aliments. Par exemple, si un paquet de croquette se vante d’être riche en « oméga 3 » alors le fabricant doit obligatoirement indiquer la teneur en oméga 3 de son aliment dans les composants analytiques.

Un exemple de composition analytique

Les allégations nutritionnelles

Les allégations nutritionnelles sont des promesses, des arguments de vente figurant sur l’emballage des aliments pour animaux ou dans les publicités des fabricants.

Ce sont des messages qui affirment, suggèrent ou impliquent qu’un aliment pour chien possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques particulière généralement par les nutriments qu’elle contient.

Les allégations nutritionnelles que l’on peut retrouver sur les aliments industriels pour chien sont par exemple les mentions « au bœuf » ou bien encore « riche en poulet ». Il s’agit de mentions facultatives ajoutées dans un but de promotion de l’aliment.

Si ces allégations sont strictement encadrées par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes « , elles ne garantissent pas pour autant que l’ingrédient mis en relief soit présent en grande quantité. Sachez que la loi autorise les industriels à mettre en avant un ingrédient par une illustration ou par une allégation « au X » dès lors que cet ingrédient représente au moins 4% du total des ingrédients. Quant à l’allégation « riche en X », les industriels ne peuvent normalement y avoir recours que si l’aliment contient au moins 15 % de l’ingrédient X en question.

929cad1e828b9fc335bef084e52b8bb2EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE