Conseils pour prolonger l’espérance de vie du chien

Pour que votre chien soit en bonne santé et qu’il vive le plus longtemps possible, voici quelques conseils pratiques et simples à mettre en œuvre.

Une visite annuelle chez le vétérinaire

Vous connaissez certainement l’adage selon lequel « il vaut mieux prévenir que guérir ». Cet adage s’applique également à nos toutous. Pour le mettre en application, il suffit de faire au moins une visite annuelle chez votre vétérinaire même en l’absence de maladie « visible » de votre chien. Cette visite va permettre de vérifier le bon état de santé de votre chien et de voir, de façon précoce, si votre chien ne souffre pas d’une éventuelle maladie. La plupart des maladies répondent en effet mieux au traitement si elles sont détectées tôt.

Cette visite annuelle chez le vétérinaire sera également l’occasion de mettre à jour les rappels de vaccination de votre chien. Rappelons que certaines maladies comme la maladie de Carré ou l’hépatite de Rubarth restent incurables à ce jour. Seule la vaccination permet donc de protéger votre chien efficacement. Chez les chiens, la plupart des vaccins ne sont efficaces qu’un an et nécessitent, pour rester efficaces, un rappel chaque année.

Gardez à l’esprit que votre vétérinaire est votre interlocuteur privilégié pour tout ce qui concerne la santé de votre chien. Profitez de cette visite pour poser à votre vétérinaire toutes les questions qui vous taraudent à propos de votre toutou. Vous repartirez à coup sûr avec de précieux conseils.

Une vermifugation adaptée

Le but premier de la vermifugation est de protéger votre chien de tout parasite interne comme les vers. L’action du vermifuge est de tuer ces parasites et par conséquent, de protéger votre chien de toutes les maladies qui pourraient être véhiculées par ces parasites internes. Il est donc important de vermifuger régulièrement votre animal à quatre pattes au minimum tous les 6 mois, voire tous les 2 à 3 mois si votre chien mange tout ce qui lui tombe sous la gueule ou s’il vous accompagne à la chasse. Gardez à l’esprit que les produits vermifuges ne sont pas rémanents, c’est-à-dire qu’ils ne protègent pas votre animal d’une infestation par des parasites externes entre deux administrations de vermifuge. Ils agissent seulement comme une « chasse d’eau » qui éliminerait l’ensemble des parasites après la prise du vermifuge. Seul le fait d’observer un rythme de vermifugation régulier de votre chien, basé sur son degré exposition aux dits parasites, permettra de le protéger efficacement.

Profitez de votre visite annuelle chez votre vétérinaire pour vérifier que le produit vermifuge que vous utilisez et que sa fréquence d’administration sont bien adaptés.

Un traitement contre les parasites externes

Si la vermifugation protège votre animal contre les parasites internes, elle ne le protège pas pour autant des parasites externes comme les puces, les tiques ou bien encore les petits moustiques. Ces parasites ne sont pas anodins pour la santé de votre chien. Ils peuvent être responsables d’allergies qui peuvent mettre à mal le bien-être de votre chien ou, pire encore, de maladies graves comme la piroplasmose ou la leishmaniose. Il est donc essentiel de protéger votre chien en le traitant contre les parasites externes. Ces traitements peuvent prendre la forme de colliers, de pipettes ou de comprimés antiparasitaires. Tous ces traitements ont une durée d’action limitée dans le temps et il faudra prendre soin de les renouveler pour maintenir une protection efficace de votre chien.

Stérilisez votre chien

Si vous ne souhaitez pas faire reproduire votre animal, la stérilisation chirurgicale peut être une opportunité supplémentaire d’augmenter les chances de prolonger son espérance de vie. Chez les femelles comme chez les mâles, cette opération peut les empêcher de fuguer pour chercher un partenaire sexuel pendant « la saison des amours ». Cela réduit donc le risque d’accidents qui pourraient survenir lors de ces fugues.  Chez les femelles, la stérilisation avant les premières chaleurs est conseillée pour réduire les risques de développer des tumeurs mammaires et en tout temps, pour annihiler le risque de développer un pyomètre, une grave infection de l’utérus. Chez les mâles, la castration diminue le risque de développer des tumeurs testiculaires et anales.

La stérilisation devra néanmoins être suivie de mesures hygiéno-diététiques pour éviter au chien de prendre trop de poids car la stérilisation modifie le métabolisme et favorise les kilos en trop ! Or, un chien en surpoids voire obèse ne bénéficierait plus des « avantages sur la santé » de sa stérilisation.

Surveillez le poids de votre chien

Le surpoids et l’obésité, chez nos compagnons à quatre pattes comme chez l’Homme, est un facteur de risque supplémentaire de développer de nombreuses maladies. Un excès de poids peut affecter la qualité de vie de votre chien et diminuer son espérance de vie jusqu’à 2 ans. Difficultés à se mouvoir, essoufflement, douleurs articulaires, diabète, maladies respiratoires et cardiaques, problèmes digestifs, faiblesse du système immunitaire, augmentation du risque de développer des tumeurs… sont autant de conséquences néfastes d’un excès de poids chez le chien.

Il est donc important de surveiller le poids de votre chien, soit en le pensant de façon régulière, soit en observant sa silhouette. Cette surveillance doit être accrue après une stérilisation.

Pour éviter que votre chien ne prenne trop de poids, il faut lui proposer une alimentation équilibrée, dans des quantités adaptées à ses besoins, et un exercice physique régulier.

Si votre chien est déjà en surpoids ou obèse, il sera nécessaire, avec l’appui de votre vétérinaire, de bien identifier la cause de sa prise de poids et de mettre en place un plan d’amaigrissement adapté.

Une alimentation de qualité

Ne dit-on pas que l’on creuse sa tombe avec sa fourchette ? Pour le chien, le dicton se vérifie également. L’alimentation joue un grand rôle dans son maintien en bonne santé. L’alimentation de votre chien doit lui offrir, sans excès, tous les nutriments dont il aura besoin et doit être adaptée, en quantité et en qualité, à son activité physique et à son état physiologique (chiot en croissance, chien âgé, chienne en gestation ou allaitante…).

Un exercice physique régulier

Votre chien a besoin de se dépenser et de sortir régulièrement pour être en bonne santé. Un exercice physique régulier va, en effet, lui être bénéfique à tous points de vue. Il permet d’améliorer la fonction cardio-vasculaire, de maintenir un bon tonus musculaire, d’éviter la prise de poids mais contribue aussi à assurer à votre chien un bon équilibre psychologique.

Une bonne éducation

Bien éduquer votre chien, de préférence avec l’appui d’éducateurs canins professionnels, permet de mieux contrôler votre chien. S’il vous obéit, vous pourrez par exemple éviter certains accidents, notamment les accidents de voiture en prévenant tout comportement indésirable de votre toutou.

De même, des règles de vie claires à la maison, une éducation positive et cohérente offrent un cadre rassurant à votre chien. C’est en ce sens qu’on peut dire qu’une éducation positive permet également de réduire le risque de développer des problèmes d’anxiété. Or, un chien qui n’est pas anxieux est un chien « bien dans sa tête » qui a moins de chances de développer des troubles du comportement ou des maladies physiques liées à l’anxiété.

dadaeb4e4cc799578d28424175b53c08ii