Comment empêcher un chien d’aboyer ?

Empecher un chien d'aboyer
© Pixabay

Si vous voulez comprendre pourquoi votre chien aboie sans cesse et apprendre comment y remédier, voici les vraies solutions à votre problème !

 

Avant toute chose, vous devez bien comprendre que vous ne pourrez jamais empêcher totalement un chien d’aboyer, à part si vous lui infligez le stress et la douleur d'un collier anti-aboiements, lequel règlera rapidement (mais à quel prix ?) votre problème. En revanche, si vous voulez comprendre pourquoi votre chien aboie sans cesse et réussir à limiter ses aboiements par des méthodes douces et respectueuses de votre chien, voici les vraies solutions à votre problème...

Comprendre pourquoi mon chien aboie

Avant d’empêcher un chien d’aboyer, faut-il encore comprendre pourquoi il agit ainsi et identifier ce qui le pousse à adopter ce comportement qui peut, je vous l’accorde, être un brin agaçant.

Pour comprendre, il faut se poser trois questions simples :

  • Est-ce ponctuel ou intempestif ?
  • Est-ce que mon chien est suffisamment dépensé ?
  • Quels sont les éléments déclencheurs ?

A l'issue de ce questionnement, le résultat est clair :

  • soit votre chien aboie de temps en temps et c’est tout à fait normal puisque c’est un moyen de communication (parmi d’autres) pour lui,
  • soit c’est de manière excessive auquel cas, cela cache un mal-être (anxiété, frustration, demande d’attention, etc.),
  • soit votre chien s’ennuie, n’est pas suffisamment stimulé et utilise alors l’aboiement pour extérioriser et défouler son trop plein d’énergie,
  • soit votre chien a un instinct de garde très (trop) marqué et/ou une réactivité très forte (notamment due à un défaut de socialisation) et aboie au moindre bruit qu’il considère suspect.

Trouver des solutions adaptées

A chaque problème sa solution, il faut donc bien cibler le cœur du problème pour trouver la meilleure solution possible. Pour ce faire, il est parfois nécessaire de faire appel à un éducateur canin comportementaliste pour qu’il vous accompagne dans la résolution de votre souci.

Mais dans tous les cas, voici quelques pistes dans lesquelles vous trouverez forcément des réponses et surtout des solutions pour améliorer le quotidien de votre chien :

Identifier et positiver les éléments déclencheurs

Si votre chien aboie pour vous prévenir d’un danger, c’est plutôt une bonne chose, mais s’il aboie à la moindre feuille morte qui vole devant votre fenêtre, c’est bien moins utile.

Vous devez identifier le ou les éléments qui déclenchent les aboiements de votre chien pour ensuite les positiver un maximum à l’aide d’activités que votre chien adore pour qu’il assimile la situation qui le déclenche, à une situation qu’il apprécie et dans laquelle il se sent bien

Je m’explique : les chiens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas. La peur s’extériorise différemment chez chaque chien mais souvent, l’aboiement est le premier bouclier qu’ils sortent pour se protéger. Ainsi, si votre chiot n’a pas, jusqu’à ses 3 mois environ, vécu un maximum d’expériences positives, entendu plein de bruits différents, rencontré une multitude d’individus, etc. il n’aura pas suffisamment de ressources, de bagages et de recul nécessaire pour juger de la dangerosité ou au contraire de la banalité d’une situation.

Dans tous les cas, pour les processus de désensibilisation et d’habituation positive, il est recommandé de se faire aider d’un professionnel. Tout simplement pour éviter d’aggraver le problème. La moindre erreur peut effectivement amener votre chien à se montrer encore plus réactif.

Dépenser son chien

La base, pour éviter les comportements excessifs d’un chien, c’est de répondre à ses besoins. Un chien qui est suffisamment dépensé n’a pas besoin d’exprimer de manière insistante et souvent dérangeante son trop plein d’énergie.

Ainsi, occupez votre chien, dépensez-le, proposez-lui des activités stimulantes comme :

Lui apprendre l’indication “tais-toi”

Enfin, vous pouvez également apprendre à votre chien à se taire. Mais attention, cela ne peut fonctionner que si les deux conseils précédents ont également été suivis et appliqués.

En effet, demander à un chien de se taire alors que l’aboiement semble être pour lui la seule issue possible à son inconfort, c’est un peu limite...vous en conviendrez !

Pour apprendre à un chien à se taire, la meilleure solution est de lui apprendre à aboyer. Si si, je vous assure, c’est une technique à part entière. En clair : lorsque votre chien aboie, dites lui “aboie” (vous pouvez même rajouter un geste avec votre main) et donnez-lui une friandise. Répétez ceci plusieurs fois. Lorsqu’il s’arrête, dites “stop” ou “tais-toi” (qu’importe le mot tant que c’est toujours le même) et donnez-lui une friandise.

C’est en clair un peu comme un jeu d’auto-contrôle où on allume et éteint le bouton qui, ici, correspond à l’aboiement de votre chien.

Ici, le plus important est de jouer sur les intonations afin que votre chien comprenne réellement le message que vous voulez lui faire passer : “aboie” d’un ton aigu et “tais-toi” d’un ton ferme et grave. N’hésitez pas à exagérer votre posture ainsi que votre intonation pour que la nuance soit réelle.

Ne pas répondre à toutes ses demandes d’attention

Enfin, il peut arriver qu’un chien comprenne que l’aboiement est une très bonne manière d’attirer l’attention de son maître. Il use et abuse alors de cette technique pour obtenir toutes les faveurs de son humain. Dans ce cas, il est important que vous soyez patient et déterminé, en ignorant totalement votre chien. Ignorer un chien c’est, je le rappelle, ne pas le regarder, ne pas le toucher ni lui parler.

Attention, cette approche ne fonctionne que si, parallèlement à cela, vous initiez les contacts et dépensez correctement votre chien (comme vu précédemment).

Si au bout de quelques jours en ayant maintenu cette attitude votre chien cesse petit à petit d’aboyer, c’est que son aboiement était simplement une façon de capter votre attention.

Pour conclure

Voici un récapitulatif des bonnes et au contraire mauvaises choses à faire dans le but d’empêcher son chien d’aboyer :

Ce qu’il ne faut pas faire :

  • Crier plus fort que lui pour le faire taire,
  • Lui infliger un collier anti-aboiement,
  • Le gronder lorsqu’il exprime son inconfort,
  • Répondre systématiquement à ses demandes d’attention.

Ce qu’il faut faire :

  • Comprendre pourquoi il aboie,
  • Renforcer les bons comportements,
  • Le dépenser physiquement, mentalement, socialement et de manière olfactive,
  • Le détourner vers une activité qu’il apprécie,
  • Faire appel à un professionnel si besoin.


fd0ff325729930d06b9086a15bda87a9""""""""""""""""""""""""