Le fonctionnement de l’assurance animaux en cas de voyage à l’étranger

Voyager à l’étranger avec son animal implique des démarches incontournables.

Sur le plan sanitaire, les règles varient d’un pays à l’autre et diffèrent en fonction de l’animal. Mieux vaut donc se renseigner avant le départ afin de se conformer à la réglementation locale, y compris à celle du pays de transit. Une assurance spécifique peut être souscrite pour que l’animal soit parfaitement couvert lors d’un voyage à l’étranger.

Vérifier son contrat d’assurance animal avant le départ

Lorsque l’on souhaite se rendre à l’étranger avec son animal, il est indispensable de s’assurer qu’il sera parfaitement couvert dans le pays convoité. Le contrat doit couvrir l’animal en cas de maladie mais aussi en cas d’accident en dehors du territoire français. Afin de voyager en toute quiétude avec son fidèle compagnon, mieux vaut donc relire les clauses du contrat bien avant le départ ou prendre contact avec son assureur pour se faire confirmer que l’assurance souscrite est parfaitement adaptée à la situation.

Se renseigner sur les conditions d’admission

Il est aussi recommandé de s’adresser six mois avant de partir au vétérinaire traitant ou à la Direction Départementale de la Protection des Populations sur les conditions d’admission d’un animal dans le pays concerné. En s’y prenant trop tard, il y a de fortes chances que l’animal ne puisse passer la douane. Plus grave encore : dans certains pays du monde lorsque les clauses sanitaires ne sont pas respectées, l’animal peut être euthanasié en toute légalité.

A savoir si l’on voyage avec un animal :

  • Dans l’Union européenne: le chien est tenu par des règles particulières à Malte, au Royaume-Uni, en Irlande et en Finlande. Il doit être au moins âgé de 3 mois et son traitement contre les vers doit être certifié par le vétérinaire qui le lui a administré. La loi impose que le chien ait été traité contre l’Echinocoque 24 heures au moins avant son entrée dans le pays concerné et au plus dans les 120 heures qui précèdent. D’autre part, les animaux doivent être en parfaite santé et cela doit être attesté par le vétérinaire. C’est le cas des poissons, des rongeurs, des amphibiens et des reptiles.
  • Hors Union européenne: c’est un vétérinaire titulaire sanitaire qui doit établir les différents certificats de vaccination et de bonne santé. Ils doivent être validés par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP). Le maître qui prévoit de voyager hors UE a tout intérêt à prendre contact préalablement avec l’ambassade en France du pays de destination mais aussi du ou des pays de transit.

Chien, chat, furet, lapin, tortue, NAC : vérifiez quel animal de compagnie peut vous accompagner au cours de votre voyage à l’étranger, et sous quelles conditions.

Assurance Responsabilité Civile animaux à l’étranger

Il ne faut pas négliger l’assurance Responsabilité Civile (RC). Cette assurance est très importante car nul n’est à l’abri d’un aléa qui peut vraiment gâcher le séjour. L’animal peut mordre une personne ou un autre animal, culbuter un cycliste, il peut aussi provoquer un accident de la circulation ou occasionner des dégâts dans le lieu de résidence. Et ce ne sont là que quelques exemples.

Dans la grande majorité des cas, l’assurance RC est incluse dans l’assurance multirisque habitation. Mais là encore, il convient de le vérifier bien avant de partir. Il faut être certain que la couverture est effective hors de France. Enfin, il est indispensable d’aviser la compagnie d’assurance en lui communiquant les dates de séjour et la destination choisie.

Protéger son animal hors de France

Si le contrat en cours n’intègre aucune prise en charge lors d’un voyage à l’étranger, il faut opter pour une couverture élargie. Cela bien sûr ne dispense pas le propriétaire de l’animal de s’informer sur les conditions en vigueur au niveau local.

L’assurance santé animaux avec garanties élargies permet une prise en charge à l’étranger en cas de consultation d’un professionnel spécialisé en santé animale. Cela est valable que ce soit pour maladie ou suite à un accident. Le montant du remboursement dépend de la formule choisie. Le maître a tout intérêt à opter en plus pour un forfait prévention afin que les frais supplémentaires soient également pris en charge par l’assurance. En effet, certains pays imposent ce type de frais.

Voyager à l’étranger avec son animal : les obligations  

Pour pouvoir voyager au sein de l’Union européenne, le chien, le chat et le furet doivent posséder un passeport européen nouvelle génération, c’est-à-dire infalsifiable, s’il a été délivré à partir du 29/12/2014. Les passeports délivrés antérieurement à cette date restent toutefois valables mais il est obligatoire d’y joindre un certificat de vaccination à jour. Il est en effet indispensable de pouvoir attester la validité de la vaccination antirabique. Chiens, chats et furets doivent être vaccinés contre la rage dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 12 semaines. Attention de bien prendre en compte le délai de 21 jours lors d’une primo-vaccination.

Les innombrables cas particuliers

Certains pays méditerranéens comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne exigent que les chiens soient vaccinés contre la leishmaniose canine avant l’entrée sur leur territoire. Quelques états de l’UE tels que le Royaume-Uni ou encore la Finlande imposent le titrage antirabique. Le chien doit subir un prélèvement sanguin bien avant son entrée sur le territoire concerné.

Pour voyager hors UE avec son animal de compagnie, il est indispensable de se renseigner sur les obligations sanitaires exigées par le pays de destination. Mise en quarantaine, interdiction de séjour pour les rongeurs sont parmi les règles imposées dans certains pays. Il convient de prendre tous les renseignements utiles auprès du Consulat.

Identification de l’animal qui voyage à l’étranger

Les animaux doivent être identifiés soit par tatouage (celui-ci doit absolument être parfaitement lisible), soit par transpondeur, c’est-à-dire par puce électronique. Pour voyager dans l’UE, l’identification de l’animal doit être « conforme à la norme ISO 11784 ou à l’annexe A de la norme ISO 11785 ».

Pour ne rien oublier avant de partir en voyage avec son fidèle compagnon

Afin de profiter au mieux de son séjour à l’étranger avec son animal, mieux vaut donc :

  • Se renseigner quelques mois avant de partir sur la législation du pays de destination, qu’il s’agisse d’un pays de l’Union européenne ou hors UE,
  • Avoir effectué toutes les démarches obligatoires suffisamment à l’avance,
  • Relire son contrat d’assurance afin de vérifier que l’animal est couvert à l’étranger,
  • S’assurer que l’animal est en excellente santé. En général, cela doit être attesté par un certificat international de bonne santé établi depuis moins de 8 jours avant le départ.

Ces quelques précautions sont vraiment indispensables.

Comment être remboursé des soins animaliers à l’étranger ?

On l’aura compris, voyager à l’étranger avec son animal de compagnie nécessite une préparation plusieurs mois à l’avance. Pour protéger le mieux possible son fidèle compagnon pendant le séjour, il est fondamental de vérifier que l’assurance santé animaux inclue le rapatriement. Avec une bonne mutuelle animalière, si l’animal tombe gravement malade ou s’il est accidentellement blessé, son retour en France peut être pris en charge. Certaines compagnies proposent une garantie assistance animaux qui couvre, en plus des frais de consultation vétérinaire, la garde de l’animal si son maître est hospitalisé, les démarches liées à la recherche de l’animal s’il s’égare dans le pays étranger, voire l’hébergement du maître en cas d’hospitalisation de son animal.

Pour être remboursé des dépenses santé destinées à un animal de compagnie au cours d’un séjour à l’étranger, le maître doit conserver tous les justificatifs possibles. Il lui appartient à son retour de les produire à la mutuelle animalière auprès de laquelle il a souscrit le contrat.

0a38748c4cb9eb73045f273b9913d7cbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb