L’Harpagophytum ou “griffe du diable” est une plante mondialement connue pour ses propriétés anti-inflammatoires efficaces sur les douleurs articulaires. Peut-on l’utiliser chez le chien ? Pourquoi lui préférer la scrofulaire noueuse ?

L’Harpagophytum, une plante aux propriétés inflammatoires

L’harpagophytum (Harpagophytum procumbens) est une plante rampante à fruits ligneux garnis de crochets acérés et recourbés se fixant sur les sabots des animaux pour se disséminer. C’est à cause de ces crochets qu’on la connaît aussi sous le nom de « griffe du diable ». Originaire de Namibie, on lui donne aussi parfois le nom de racine de Windhoek en référence à la capitale du pays.

La plante comporte des racines secondaires tubérisées de couleur brun-rouge. Ce sont précisément ces racines que l’on récolte et que l’on exploite car elles contiennent des principes actifs qui confèrent à la plante ses propriétés pharmacologiques.

Ainsi, les racines de l’Harpagophytum contiennent les principes actifs suivants :

  • des terpènes,
  • des flavonoïdes
  • et surtout des iridoïdes , et plus précisément des esters de l’harpagoside et de procumbide qui confèrent à la plante ses effets anti-inflammatoires.

Si les mécanismes d’action de ces derniers principes actifs ne sont pas encore tous élucidés, on sait néanmoins qu’ils inhibent la synthèse de prostaglandines, des substances fabriquées par l’organisme et qui interviennent dans la mise en place des réactions inflammatoires.

Quelles indications pour l’harpagophytum ?

Chez le chien comme chez l’Humain, l’harpagophytum peut être utilisé comme anti-inflammatoire non-stéroïdien pour soulager les douleurs articulaires de l’arthrose et de l’arthrite, les douleurs musculaires, les tendinites et les douleurs dorsales.

Comment administrer de l’harpagophytum à un chien ?

En France, on trouve l’harpagophytum sous 3 formes toutes administrables au chien : en comprimés, en gélules ou directement sous forme de racine séchée dont il faut extraire les principes actifs par décoction.

Cette décoction peut être appliquée localement à l’aide d’une compresse sur les zones douloureuses (sur une foulure, par exemple) ou être donnée à boire à l’animal. Cependant, elle est très amère si bien que le chien a de grande chance de ne pas la boire spontanément. Il faut donc lui administrer directement dans la gueule à l’aide d’une petite pipette ou seringue préalablement débarrassée de son aiguille.

Pour ces raisons, les formes galéniques de la plante les plus pratiques à administrer au chien sont les comprimés ou les gélules. Il faut cependant prendre la précaution de les donner lors des repas du chien, mélangées à sa nourriture, car la plante pourrait provoquer des troubles gastriques.

Concernant la posologie, demandez toujours conseil à votre vétérinaire.

Attention !

Les comprimés ou gelules d’harpagophytum ne sont pas des compléments alimentaires totalement anodins. Ce sont des médicaments de plantes qui, comme tous médicaments, possèdent des contre-indications. Ainsi, l’harpagophytum est déconseillé aux chiennes gestantes ou allaitantes. Il est même contre-indiqué chez les chiens qui souffrent de diabète, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale ou de troubles gastriques (ulcères, gastrites…). Avant de l’utiliser sur votre animal, demandez toujours conseil à votre vétérinaire. C’est d’autant plus vrai si votre chien reçoit déjà un traitement médicamenteux afin d’éviter toute interaction aux effets indésirables.

Quelle alternative à l’harpagophytum pour le chien ?

L’harpagophytum est une plante anti-inflammatoire très efficace mais elle est victime de son succès. Aujourd’hui, elle est en voie de disparition en raison de sa surexploitation dans le désert de Kalahari en Namibie où elle pousse exclusivement. Devenue rare et précieuse, le marché a été envahi de racines de moindre qualité et dont l’authenticité et l’origine sont douteuses. En conséquence, les plantes ou extraits de plantes d’origine certifiée sont donc relativement chers et leur utilisation est discutable, écologiquement parlant.

Heureusement, il existe une alternative à l’harpagophytum : la scrofulaire noueuse (Scrophularia nodosa). Cette plante de la famille des Scrofulariacées a le double avantage de pousser partout en France et d’avoir des propriétés pharmacologiques identiques à l’Harpagophytum.

On peut donc l’utiliser chez le chien pour toutes les douleurs en rhumatologie au même titre que l’harpagophytum par voie orale ou en compresse locale.

On la trouve sous forme d’extraits phytostandardisés (EPS) administrables au chien à raison de 2ml pour 10 kg de poids corporel et par jour (et avec un maximum de 5ml/j quelque soit le poids de l’animal) et sous forme de parties de plantes séchées à préparer en infusion (pour les sommités fleuries) ou en décoction (pour les racines).

Notez bien que les contre-indications sont les mêmes que pour l’harpagophytum. La plante ne doit pas être utilisée par voie orale chez les chiennes en gestation, les chiens souffrant d’ulcères gastriques et d’insuffisance cardiaque. Comme précédemment, l’avis d’un vétérinaire est toujours requis avant de l’utiliser sur votre animal.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation