Quand le foie du chien n’est plus capable d’assurer ses fonctions, on parle d’insuffisance hépatique. Quelles sont les affections à l’origine d’une insuffisance hépatique chez le chien ? Quels en sont les symptômes ? Comment la diagnostique-t-on et comment la traite-t-on ?

Qu’est-ce que l’insuffisance hépatique chez le chien ?

Le foie est un organe glandulaire qui remplit diverses fonctions et qui intervient notamment dans :

  • le métabolisme des macro-nutriments que sont les glucides, les protéines et les lipides,
  • la sécrétion de la bile, substance notamment impliquée dans le processus de digestion des graisses,
  • la production des facteurs de coagulation sanguine,
  • le stockage des vitamines liposolubles A, D, E et K,
  • la détoxification sanguine en métabolisant notamment les médicaments.

On parle d’insuffisance hépatique quand le foie se retrouve dans l’incapacité de remplir ses fonctions. Cette perte fonctionnelle est à l’origine de troubles métaboliques graves qui peuvent conduire au décès de l’animal. Elle peut être d’apparition brutale en cas d’insuffisance hépatique aiguë ou survenir à la suite de dommages à longs termes sur le foie en cas d’insuffisance hépatique chronique.

Quelles sont les causes de l’insuffisance hépatique du chien?

Chez le chien, une insuffisance hépatique peut être :

  • d’origine médicamenteuse,
  • liée à une intoxication chronique par des aflatoxines, une sorte de mycotoxine produite par des champignons microscopiques qui contaminent notamment les céréales,
  • due à une intoxication par des champignons toxiques comme les amanites,
  • due à une intoxication par des métaux lourds,
  • due à une hépatite de Rubarth (origine virale),
  • d’origine bactérienne en cas de leptospirose, d’abcès hépatique ou encore de septicémie,
  • dû au protozoaire responsable de la toxoplasmose,
  • d’origine métabolique en cas pancréatite aiguë ou d’anémie hémolytique aiguë,
  • liée à un coup de chaleur,
  • d’origine traumatique,
  • liée à un défaut d’oxygénation du foie par un apport sanguin insuffisant,
  • liée à un cancer.

Quelles sont les symptômes de l’insuffisance hépatique du chien?

Une insuffisance hépatique chez le chien peut se manifester par :

  • des vomissements et des diarrhées aigus,
  • un ictère, c’est-à-dire une jaunisse qui peut s’observer par une coloration jaune des muqueuses (gencives, intérieur de l’œil…)
  • des signes de déshydratation.

Une insuffisance hépatique peut se compliquer par :

  • une encéphalose hépatique. Le dysfonctionnement du foie entraîne alors une accumulation de toxines dans l’organisme du chien qui sont à l’origine de signes neurologiques tels que des crises convulsives.
  • des troubles de la coagulation sanguine susceptibles de se manifester par la présence de sang dans les selles (méléna et hématochézie) et/ou dans les urines (hématurie) et des vomissements contenant du sang (hématémèse).

Les symptômes de l’insuffisance hépatique apparaissent généralement quand la perte de fonction de l’organe atteint ou dépasse les 75%.

Diagnostic et traitement de l’insuffisance hépatique du chien

Diagnostic

Le diagnostic de certitude d’une insuffisance hépatique chez le chien repose sur une analyse histologique de biopsie hépatique. Pour ce faire, le vétérinaire prélève un petit morceau de tissu hépatique généralement au cours d’une biopsie échoguidée pour éviter une opération chirurgicale plus lourde qui consisterait à ouvrir le ventre de l’animal pour accéder à son foie. La biopsie échoguidée se fait cependant sous anesthésie générale de l’animal.

En plus de la biopsie hépatique, le vétérinaire a généralement recours a des examens complémentaires tels que :

  • des analyses sanguines,
  • une échographie abdominale.

Traitement

Le traitement d’une insuffisance hépatique s’appuie à la fois sur un traitement de l’affection qui est à l’origine de l’insuffisance hépatique et sur divers traitements visant à soulager les symptômes et les conséquences de l’insuffisance hépatique. Ils regroupent notamment :

  • des perfusions sanguines pour corriger la déshydratation induite par l’insuffisance hépatique,
  • l’administration de médicaments antiémétiques et antisécrétoires pour stopper les vomissements,
  • des inhibiteurs de radicaux libres comme la vitamine E, la vitamine C ou la N-acétylcystéine,
  • une transfusion de plasma ou de sang ainsi que l’administration de vitamine K1 en cas de troubles de la coagulation associée,
  • un traitement spécifique de l’encéphalose hépatique, le cas échéant.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation