La cardiomyopathie dilatée du chien

La cardiomyopathie dilatée, souvent abrégée CMD, est la maladie cardiaque la plus fréquente susceptible d’apparaitre au cours de la vie du chien après la Maladie Valvulaire Dégénérative Mitrale.

Définition, symptômes, diagnostic et traitement : retrouvez ici toutes les informations sur la CMD.

Qu’est-ce que la cardiomyopathie dilatée ?

La cardiomyopathie dilatée ou myocardiopathie dilatée est un syndrome qui se définit comme une perte de contractilité du muscle cardiaque, un amincissement des parois cardiaques et une augmentation du volume des cavités du cœur.

La mauvaise contraction du muscle cardiaque entraîne une difficulté du sang, expulsé du cœur à faible débit, à aller oxygéner correctement les différents organes et tissus de l’organisme. Par ailleurs, le sang, partiellement expulsé du cœur lors de sa contraction, stagne dans les cavités cardiaques et se mêle au flux de sang entrant dans le cœur. Il en résulte une augmentation de la quantité de sang contenue dans les cavités cardiaques, ce qui provoque, à terme, une distension de ces mêmes cavités. Le cœur apparaît alors « gros » sur les clichés d’une radiographie thoracique.



Les causes de la CMD

La cause de l’apparition d’une cardiomyopathie dilatée chez le chien est souvent incertaine ou inconnue. Le fait que certaines races de chien soient prédisposées au syndrome de la CMD oriente cependant vers la piste d’une prédisposition héréditaire à la maladie. Des déficiences en acides aminés, des affections inflammatoires, virales, hormonales, immunitaires ou des intoxications pourraient aussi jouer un rôle dans la survenue du syndrome.

Le syndrome touche surtout grandes races de chien telles que le Golden Retriever, le Dogue Allemand, le Lévrier Irlandais mais aussi des races moyennes comme le Cocker. Certaines races présentent des formes spécifiques du syndrome : c’est le cas du Boxer et du Doberman.

Les symptômes de la cardiomyopathie dilatée

Le syndrome de la CMD peut se manifester de différentes manières. Il peut passer inaperçu, notamment aux premiers stades de l’affection ou chez certaines races comme le Boxer ou le Doberman.

D’autres symptômes peu spécifiques peuvent également se déclarer comme :

  • une fatigabilité,
  • une dégradation de l’état général,
  • un amaigrissement,
  • des syncopes.

Dans le cas d’une CMD, ces symptômes sont liés à la difficulté du sang à irriguer correctement les organes et les tissus de l’organisme et témoignent d’une insuffisance cardiaque congestive liée à l’accumulation du sang dans les cavités cardiaques.

La dilatation cardiaque observée dans le syndrome de CMD peut également entraîner une perte d’étanchéité des valves cardiaques. Dans pareil cas, une partie du sang revient en arrière à chaque contraction du cœur, ce qui a pour conséquence de fatiguer encore plus l’organe et à le rendre de moins en moins efficace. Et, lorsque le cœur n´est plus capable d’assurer son rôle de pompe, les poumons se chargent de liquide. On parle alors d’œdème pulmonaire. Les premiers signes cliniques perceptibles en sont des difficultés respiratoires et de la toux.

On peut également observer d’autres symptômes tel qu’un gonflement abdominal due à une ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen). A l’auscultation, le vétérinaire pourra également noter la présence d’un pouls faible ou de troubles du rythme cardiaque appelés arythmie cardiaque.

Diagnostic et traitement de la CMD

Le diagnostic d’une CMD peut être posé à l’aide de divers examens comme :

  • les radiographies thoraciques permettent d’observer la silhouette cardiaque (le « gros cœur ») et de détecter d’éventuelles complications pulmonaires,
  • l’électrocardiogramme permet de mettre en évidence des arythmies cardiaques,
  • l’échocardiographie et le doppler permettent notamment de mesurer l’élargissement des cavités cardiaques et le débit de sang éjecté lors de chaque contraction cardiaque.

L’espérance de vie d’un chien atteint de cardiomyopathie dilatée est malheureusement réduite à quelques mois. Il existe cependant des traitements qui ne visent pas à guérir la maladie mais seulement à améliorer la qualité de vie du chien malade.

2ee6e6bdc84fed65fdde845956dec2ebrrrrrrrrrrrrrrrrrr