La Grande Bretagne va interdire la vente de chiots en animalerie

Vente de chiots interdite en animalerie en Grande Bretagne
© Bella Huang | Unsplash

Il ne sera bientôt plus possible d’acheter un chiot de moins de 6 mois dans les animaleries de Grande Bretagne.

Vers l'interdiction de la vente de chiots en animalerie

Après le projet d’interdiction de l’usage du collier électrique, la Grande Bretagne semble décidément assez concernée par le bien-être des animaux de compagnie avec la « Lucy’s Law ». Devant son intitulé à une chienne sauvée d’une « usine à chiots », la « Lucy’s Law » est une loi qui sera mise en place dès l’année prochaine en Grande Bretagne. Elle interdira la vente de chiots et de chatons de moins de 6 mois dans toutes les animaleries d'Outre-Manche.

Qui est Lucy ?

Lucy est une Cavalier King Charles dont le triste sort avait ému les utilisateurs des réseaux sociaux en 2013. La petite chienne avait été sauvée d’une « ferme à chiots » du Pays de Galles où elle avait passé toute sa vie, enfermée dans une cage où elle avait si peu de place pour bouger que les os de ses hanches avaient fini par fusionner.

Mieux encadrer le commerce des animaux de compagnie

Le département de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires Rurales (Defra) compte ainsi enrayer l’exploitation et les mauvais traitements infligés aux animaux de compagnie, en encadrant davantage le commerce qui en est fait.

Une fois la Lucy’s Law entrée en vigueur, les Britanniques qui souhaiteront adopter un chiot ou un chaton devront ainsi obligatoirement passer par un éleveur ou un refuge. La nouvelle règlementation prévoit également que les animaleries ne seront plus autorisées qu’à traiter avec des refuges ou des élevages respectueux du bien-être animal et disposant d’une licence.

Un projet de loi auquel 95% de la population britannique est favorable et dont l’ambition est de mettre fin aux terribles conditions d’élevages des chiots.

Au-delà d’assurer un bon départ dans la vie des animaux de compagnie britanniques, cette loi a également le mérite de restreindre la vente d’animaux en animalerie. Une très bonne chose compte tenu qu’aucun animal ne devrait être vendu comme une banale marchandise, exposé dans une vitrine et choisi comme on choisirait ses légumes au supermarché…la meilleure façon d’alimenter encore un peu plus des refuges déjà surchargés. A quand l’interdiction de la vente de chiots et de chatons dans les animaleries de France ?



6fd91afff563045a5a6e9c5af885d805UUUUUUU