Les anti-inflammatoires pour chien

Les anti inflammatoires pour chien

Les anti-inflammatoires pour chien sont des médicaments qui soulagent les symptômes de l’inflammation ainsi que la douleur qui lui est associée. Quels types de médicaments sont disponibles pour les chiens ? Peut-on donner à un chien un anti-inflammatoire pour humain ? Existe-t-il des anti-inflammatoires naturels pour chien et disponibles sans ordonnance ? On vous dit tout dans notre dossier sur le sujet.

A quoi servent les anti-inflammatoires chez le chien ?

Comme leur nom l’indique, les anti-inflammatoires pour les chiens sont des médicaments à usage vétérinaire destinés à combattre une inflammation qu’elle soit due à une agression externe du corps (infection, traumatisme, allergique, brûlure…) ou interne (cancer, maladie auto-immune…).

En plus de réduire les symptômes liés à l’inflammation (rougeur, gonflement, sensation de chaleur…), les anti-inflammatoires ont aussi des effets analgésiques (contre la douleur) et antipyrétiques (ils font baisser la fièvre).


Comme en médecine humaine, il existe deux classes de médicaments anti-inflammatoires pour chien :

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés pour réduire l’inflammation et la douleur. Ils sont notamment utilisés pour en cas d’affections orthopédiques ou suite à une opération chirurgicale.
  • Les anti-inflammatoires stéroïdiens (AIS) sont des médicaments contenant des dérivés de cortisone. Ils servent à lutter contre l’inflammation, la douleur et contre les œdèmes (gonflement des tissus). On les prescrit également comme antiallergiques, immunosuppresseurs dans le cas de maladies auto-immunes et anticancéreux en complément d’autres traitements.

Ces médicaments peuvent être prescrits ponctuellement pour soulager une inflammation aiguë ou en traitement à plus long terme chez le chien âgé, pour soulager des douleurs articulaires notamment liées à l’arthrose.

Bien qu’utiles dans le traitement de nombreuses pathologies, les anti-inflammatoires comportent de nombreux effets secondaires. Ils favorisent notamment :

  • la survenue d’ulcères en provoquant une baisse de la sécrétion des substances assurant la protection de la paroi interne de l’estomac,
  • les hémorragies en gênant l’agrégation des plaquettes sanguines (cas des AIS),
  • la survenue de troubles rénaux ou d’insuffisance hépatique.

Pour ces raisons et pour éviter tout surdosage ou interaction avec d’autres médicaments qui seraient très dangereux pour le chien, ces médicaments ne doivent être administrés à un chien que sur prescription d’un vétérinaire pour une affection donnée. Il ne faut jamais les utiliser en automédication.

Peut-on donner de l’aspirine ou de l’ibuprofène à son chien ?

Non, il ne faut jamais donner d’aspirine ou d’ibuprofène à son chien.

L’aspirine et l’ibuprofène (vendu notamment sous les noms commerciaux suivants Advil® , Rhinadvil®, Nurofen®, Spedifen®,Voltarene® …) font partie des anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés en médecine humaine. S’ils sont vendus sans ordonnance et couramment utilisés en automédication chez l’être humain, ils ne doivent jamais être administrés à un chien en automédication. Ces médicaments sont extrêmement toxiques chez le chien en cas de surdosage.

Ni aspirine, ni ibuprofène, ni paracétamol chez le chien !

Bien qu’il ne fasse pas partie à proprement parlé des AINS, le paracétamol (vendus sous les marques Doliprane®, Actifed®, Dafalgan®, Fervex®, Efferalgan® etc.) ne doit jamais être donné à un chien. Il est aussi très dangereux pour le chien car son foie  n’est pas équipé « enzymatiquement » pour le métaboliser.

De façon plus générale, il ne faut jamais donner de médicament formulé pour les êtres humains à son chien sauf sur prescription de son vétérinaire.

Existe-t-il des anti-inflammatoires disponibles sans ordonnance pour mon chien ?

Oui, il existe de nombreux anti-inflammatoires naturels disponibles sans ordonnance pour votre chien.

Ils peuvent aider à soulager un épisode inflammatoire dans l’attente d’une consultation chez le vétérinaire ou à diminuer les doses et/ou la durée des traitements anti-inflammatoires conventionnels (sur l’avis de votre vétérinaire).

Des traitements naturels locaux

Il existe de nombreuses solutions naturelles pour soulager localement une inflammation. Parmi ces solutions, on peut citer :

  • Le froid

Le froid est un anti-inflammatoire naturel. Ainsi, en cas de piqûre d’abeille ou de guêpe, de contusion ou de traumatisme, il est conseillé d’appliquer une poche de glace à l’endroit douloureux. Elle permettra de limiter l’œdème.

  • Les huiles essentielles

Gaulthérie couchée, genévrier, eucalyptus citronné, pin sylvestre… toutes ces huiles essentielles de plantes possèdent des propriétés anti-inflammatoires. Elles peuvent être utilisées chez le chien en traitement local, en friction ou en massage, préalablement diluées dans une huile végétale (huile d’amande douce par exemple ou mieux encore :  l’huile d’arnica).

En raison de leur texture grasse, l’usage des huiles essentielles diluées convient davantage aux différentes races de chiens à poils ras.

  • Les teintures mères

Il est également possible d’utiliser des teintures mères de plantes anti-inflammatoires en massage comme la teinture mère d’arnica, indiquée en cas de traumatisme sans plaie. Ces solutions à base d’alcool ne doivent cependant pas être appliquées sur des zones sensibles ou irritées. Elles ne doivent pas non plus pouvoir être léchées par le chien.

  • Les hydrolats

En usage externe, les hydrolats ou eaux florales de genévrier, de pin sylvestre et/ou d’hélichryse italienne peuvent être utilisés sans risque sur la peau ou les muqueuses du chien.

Les traitements anti-inflammatoires naturels par voie orale

Pour calmer l’inflammation, de nombreuses plantes peuvent être utilisées chez le chien par voie orale. On peut les administrer à l’animal sous forme de tisanes, d’Extraits Standardisés, de gélules ou de macérats glycérinés concentrés (à ne pas confondre avec les macérats glycérinés D1 de la pharmacopée française, trop concentrés en alcool pour les animaux).

La scrofulaire et l’harpagophytum sont des plantes aux puissantes propriétés anti-inflammatoires utilisée surtout en rhumatologie en cas d’arthrite, d’arthrose ou de douleurs articulaires ou musculaires faisant suite à une piroplasmose ou une maladie de Lyme. Mais attention, elles sont contre-indiquées en cas d’ulcères gastriques, de calculs biliaires, de gestation et d’insuffisance cardiaque.

Le cassis est également une plante très utilisée pour soulager les douleurs de l’arthrose et de l’arthrite. Ses feuilles et surtout ses bourgeons diminuent l’inflammation, la douleur et les œdèmes des articulations. Son action s’apparente à celle des anti-inflammatoires stéroïdiens.

Le curcuma a une action anti-inflammatoire et antalgique. Elle est indiquée pour soulager toutes les inflammations chroniques et aiguës telles que les rhumatismes, l’arthrite, l’arthrose, l’hépatite, la gastrite

La Reine des Prés et la sauge sont les « plantes aspirine ». Utiles pour soulager les poussées inflammatoires et douloureuses de l’arthrose, les tendinites, les douleurs musculaires, les douleurs dentaires, elles permettent également de faire baisser la fièvre. Ces plantes sont en revanche formellement contre indiquées chez les chiens souffrants de néphrite, de gastrite, de fragilité vasculaire ou en cas de troubles de la coagulation suite à une intoxication aux anticoagulants ou à des traitements en raison de leur teneur en dérivés salicylés, précurseurs de molécules que l’on retrouve dans l’aspirine. Elles ne doivent pas non plus être données à un chien dans les jours qui précèdent une opération chirurgicale.

La Grande Ortie est également anti-inflammatoire. Ses feuilles, séchées ou en Extrait Phytostandard, peuvent être utilisées pour toutes les inflammations aiguës comme chroniques telles que la dermatite allergique, l’arthrose et l’arthrite.

La Belladona, sous forme de granules homéopathiques, à la dilution 5 CH,  est un remède utilisable lors de fièvre ou d’inflammations aiguës

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Parmi les plantes anti-inflammatoires, on trouve également l’arnica, la prêle, la griffe de chat (ou liane du Pérou) ainsi que la résine de boswellia très utilisée en médecine ayurvédique.

Attention !

Gardez toujours à l’esprit que l’automédication a ses limites ! Si votre chien est abattu, prostré, plaintif, ne s’alimente plus ou montre tout autre signe de douleur, une consultation chez un vétérinaire s’impose dans les plus brefs délais. De même, si votre chien est déjà sous traitement médicamenteux, évitez de lui administrer un traitement à base de plantes sans avoir demandé au préalable l’avis de votre vétérinaire. Si les effets secondaires sont rares, il peut néanmoins y avoir des interactions des plantes avec les médicaments.

8b6736c8ca08251726fe2848c8f524e4OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO