L’intelligence du chien

Le chien intelligent
© Pixabay

Et s’il existait plusieurs formes d’intelligence chez le chien ? Découvrez lesquelles…

Le chien est-il intelligent ?

On ne vous apprendra rien si l’on vous dit qu’un chien est bien incapable de résoudre une équation différentielle…mais cela fait-il de lui pour autant un être dépourvu d’intelligence ?

La réponse est non, bien évidemment ! Tout d’abord parce que, même chez l’être humain, obtenir le résultat d’une telle équation ne serait pas le reflet de l'intelligence globale d'une personne ! L’intelligence ne se résume pas à avoir « la bosse des maths » et c’est encore la définition du Petit Larousse qui en témoigne le mieux :

 L’intelligence est l’aptitude d'un être humain à s'adapter à une situation, à choisir des moyens d'action en fonction des circonstances

S’adapter à des situations changeantes et/ou nouvelles, trouver une solution aux problèmes rencontrés : voilà ce qu’un être intelligent est capable d’accomplir ! Des aptitudes qui ne sont pas d’ailleurs pas réservées qu’aux êtres humains. Les animaux, et en particulier les chiens, en sont bel et bien capables eux aussi, ce qui fait d’eux des êtres doués d’intelligence.

Pour aller plus loin, si l’on reprend la théorie des intelligences multiples développée par le psychologue américain Howard Gardner pour le compte du chien (cette théorie ayant été initialement développée pour l’enfant), ce dernier disposerait de plusieurs types d’intelligence. Voyons lesquelles…

Les formes d’intelligence du chien

L’intelligence logico-mathématique

Chez l’être humain, l’intelligence mathématique est la capacité de manipuler les nombres et de résoudre des problèmes logiques. C’est justement l’intelligence à laquelle on fait appel pour résoudre une équation différentielle…ou même des calculs mathématiques plus élémentaires comme une addition ou une soustraction.

A sa façon, le chien possède une forme d’intelligence logico-mathématique. S’il n’est pas capable d’effectuer des calculs mathématiques complexes, il semblerait tout de même qu’il soit capable d’évaluer un nombre et de percevoir des différences entre ces nombres. Cela signifie que le chien sait que 3, c’est plus que 2 ou que 1, c’est moins que 2.

Par exemple, une chienne « sait » combien elle a de chiots dans son nid et ne trouve pas le repos tant que sa portée ne sera pas au complet.

Un chien se rendra compte également qu’il manque une friandise si on lui en présente 2 puis qu’on en enlève 1 hors de sa vue. Faites-en l’expérience et observez l’expression de votre animal !

L’intelligence corporelle-kinesthésique

L’intelligence corporelle kinesthésique est liée aux habiletés physiques ou à utiliser son corps. Elle touche à la perception consciente de la position du corps et des mouvements.

Le chien en est donc tout à fait pourvu de ce type d’intelligence, au même titre que la plupart -si ce n’est tous- des êtres vivants. Elle lui permet donc de se rendre compte de la position de son corps et de l’espace qu’il occupe. Ce type d’intelligence peut être développée par la pratique de sports canins tels que l’agility, l’obé-rythmée ou le dog-dancing.

L’intelligence spatiale

L’intelligence spatiale est la capacité à se représenter mentalement l’espace et de se repérer au sein de cet espace.

S’il existe une preuve que le chien est doué d’une intelligence spatiale, c’est qu’il est capable de lui-même d’aller d’un point A à un point B en utilisant des chemins différents.

L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est un concept qui a été théorisé bien avant la théorie de Garner. Elle correspond à la capacité de reconnaître, de comprendre et de maîtriser ses propres émotions et à adapter son comportement en fonction des émotions des autres.

Les chiens ressentent bien évidemment des émotions mais il semble peu probable qu’ils en soient vraiment conscients, c’est-à-dire qu’ils soient en mesure d’identifier la nature de leurs émotions.

Quant à la maîtrise de ces émotions, elle dépend bien évidemment des individus !

En revanche, les chiens sont bel et bien capables de reconnaître les émotions et les attitudes d’autrui envers lui, qu’il s’agisse des émotions de leurs congénères, d’animaux d’autres espèces ou d’êtres humains qui leur sont familiers. On parle aussi dans ce cas d’intelligence sociale.

L’intelligence linguistique

L'intelligence linguistique se définie comme la capacité à utiliser et à comprendre les mots et les nuances de sens.

Si le chien n’est pas doté de la parole, ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas capable de comprendre certains mots, même lorsqu’ils sont placés dans une phrase, au même titre que d’autres formes de communication comme :

  • des sons. Un chien comprendra ainsi que le bruit de sa laisse est annonciateur de l’imminence de sa promenade tout le comme le bruit d’un emballage qu’on déchire présage peut-être le don d’une friandise,
  • les intonations de son maître. Un chien saura par exemple que son maître est en colère et percevra l’émotion de son maître rien que par ce biais.

Le chien est aussi capable de décoder la signification des gestes d’un être humain ou de la posture d’un de ses congénères voire d’un animal d’une tout autre espèce que la sienne s’il y a été familiarisé. Le chien est en effet très doué pour comprendre tout ce qui a trait à la communication visuelle ou à la communication para-verbale.

L’intelligence pratique

L'intelligence pratique permet à l'individu de résoudre des problèmes concrets par l’action.

Par exemple, c’est cette forme d’intelligence qui permet au chien de réussir à manger la croquette qu’on aura dissimulé dans la petite trappe d’un jeu de stratégie canin, en faisant coulisser le loquet à l’aide de sa truffe ou de sa patte.



f1ec650766b333d7f976d620e90e15aa;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;