Le lupus est une maladie auto-immune qui peut toucher le chien. Qu’appelle-t-on un lupus ? Quelles sont les différentes formes de lupus ? Comment se soigne-t-il ?

Qu’est-ce que le lupus ?

Le lupus est ce qu’on appelle une maladie auto-immune. En d’autres termes, il s’agit d’une maladie qui résulte d’un dysfonctionnement du système immunitaire qui « s’attaque » anormalement aux tissus ou aux constituants de son propre organisme.

Chez le chien, on distingue plusieurs formes de lupus selon qu’il touche seulement la peau de l’animal (lupus cutané) ou également plusieurs de ses organes internes (lupus systémique).

Le lupus érythémateux systémique : causes, symptômes et traitement

Les causes du lupus érythémateux systémique

Le lupus érythémateux systémique est une maladie heureusement rare chez le chien qui est causée par la production d’anticorps dirigés contre certaines protéines présentes dans le noyau de ses propres cellules. Ces anticorps peuvent provoquer des lésions sur divers organes internes ainsi que sur la peau du chien.

On ne sait pas précisément ce qui « pousse » les anticorps à se diriger par erreur contre les propres constituants de l’organisme du chien mais, à l’heure actuelle, on soupçonne néanmoins plusieurs facteurs favorisants tels que des facteurs environnementaux (dont les ultraviolets), hormonaux, infectieux et médicamenteux. Des prédispositions génétiques sont également évoquées si bien que certaines races de chien comme le Colley, le Shetland, le Caniche ou le Beagle semblent être davantage atteints par l’affection.

Comment se manifeste le lupus érythémateux systémique ?

Les symptômes sont d’ordre généraux et sont associés à des atteintes de la peau dans 50 à 60% des cas. Très variables d’un chien à l’autre et en fonction des organes atteints, les signes d’un lupus érythémateux systémique peuvent comprendre :

  • de la fièvre,
  • une anorexie et un fort abattement,
  • une atteinte rénale qui peut notamment se manifester par un besoin de boire et d’uriner davantage,
  • une polyarthrite qui se manifeste par des douleurs articulaires,
  • de la faiblesse musculaire,
  • des troubles neurologiques,
  • des troubles cardio-vasculaires,
  • des anomalies hématologiques (chute du nombre de plaquettes sanguines, anémie…),
  • une splénomégalie (augmentation du volume de la rate) ou une lymphadénopathie (augmentation de la taille des ganglions lymphatiques),
  • des lésions dermatologiques souvent ulcérées et crouteuses. Elles peuvent être généralisées ou localisées, le plus souvent au niveau des zones corporelles exposées au rayonnement solaire. On peut également observer une alopécie, c’est-à-dire une perte anormale des poils dans les régions cutanéo-muqueuses (babines, dessus de la truffe…).

Les symptômes du lupus érythémateux systémique peuvent apparaître de façon brutale ou de façon plus progressive par « poussées ». Le plus souvent, ils apparaissent chez les chiens d’âge moyen.

Diagnostic du lupus érythémateux systémique ?

A l’heure actuelle, il n’existe aucun examen qui ne permette de diagnostiquer avec certitude un lupus érythémateux systémique. Cependant, le vétérinaire parvient généralement à poser son diagnostic sur la base des informations fournies par le maître, sur l’examen clinique du chien et sur le résultat de plusieurs examens complémentaires dont un examen sérologique qui met en évidence la présence d’anticorps nucléaires en nombre élevé.

Quel traitement pour le lupus érythémateux systémique ?

Le traitement d’un lupus érythémateux systémique repose essentiellement sur l’administration de médicaments corticoïdes à des doses immunosuppressives. Ce traitement peut éventuellement être complété par l’administration d’autres molécules immunosuppressives.

En cas de douleurs articulaires, le vétérinaire peut également ajouter un traitement symptomatique pour apaiser les douleurs.

Le pronostic de cette affection est souvent réservé en raison de l’atteinte de divers organes et des effets secondaires liés à la corticothérapie pour laquelle la plus faible dose efficace sera recherchée par le vétérinaire afin d’en minimiser ces effets secondaires.

Le lupus érythémateux discoïde du chien  : causes, symptômes et traitement

Les causes du lupus érythémateux discoïde

Le lupus érythémateux discoïde chez le chien est une forme particulière de lupus qui touche uniquement la peau du chien.

Ses causes ne sont pas encore clairement élucidées mais on sait néanmoins que le Berger Allemand, le Colley, le Husky, le Pointer et l’Épagneul Breton  y seraient prédisposés.

Comment se manifeste le lupus érythémateux discoïde ?

Le lupus érythémateux discoïde se manifeste par une perte de poils (alopécie), des rougeurs (érythème) et des croûtes sur le chanfrein (zone située au-dessus de la truffe), sur les lèvres, autour des yeux et sur le pavillon des oreilles.

Les lésions se situent le plus souvent sur la truffe qui peut alors présenter des érosions, une décoloration, un épaississement de sa surface et une perte de ses petits sillons qu’on aperçoit habituellement à sa surface. D’autres zones corporelles peuvent cependant présenter des lésions.

Diagnostic du lupus érythémateux discoïde

Le diagnostic du lupus érythémateux est assez délicat. Il repose sur un examen clinique, sur un examen histopathologique et éventuellement sur une épreuve thérapeutique à l’aide d’antibiotiques.

Le traitement du lupus érythémateux discoïde

Le traitement médical du lupus érythémateux discoïde peut reposer sur :

  • l’application de pommades à base de corticoïdes,
  • l’administration d’antibiotiques et/ou de médicaments corticoïdes par voie générale pour une courte durée,
  • une complémentation alimentaire en vitamine E et en acides gras essentiels.

Quelque soit le traitement, une éviction solaire est toujours de mise car les rayons du soleil peuvent faire être à l’origine des lésions.

Les autres formes de lupus

Le lupus cutané exfoliatif

Le lupus cutané exfoliatif est une forme particulière de lupus qui touche le Braque Allemand. On l’appelait autrefois la dermatose lupoïde du Braque Allemand.

L’affection se déclare chez les animaux entre l’âge de 6 mois et 3 ans et se manifeste par l’apparition d’un état kérato-séborrhéique (production de kératine ou de sébum anormale et pouvant se traduire par des pellicules, une peau grasse…) et de lésions croûteuses d’abord sur la face et les oreilles qui se généralisent ensuite.

Le lupus cutané vésiculeux

Autrefois appelé dermatose ulcérative du Colley et du Shetland, le lupus cutané vésiculeux est une affection qui touche spécifiquement ces races. Elle se caractérise par l’apparition de lésions érodées et ulcérées sui se développent de façon irrégulière et sinueuse, d’abord sur le ventre et sous les aisselles. Les lésions peuvent ensuite gagner le chanfrein, les lèvres, le pourtour des yeux, les oreilles, l’intérieur de la gueule et les coussinets.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation