Lutter contre les puces du chien

Les puces sont un des parasites externes les plus courants du chien. Comment les détecter? Et comment s’en débarrasser? Bienvenue sur notre article consacré à la lutte contre les puces du chien.

A propos des puces

La puce, un insecte hématophage

Hématophage signifie « qui se nourrit de sang ». C’est en effet le cas de la puce qui, grâce à ses pièces buccales formant un appareil piqueur-suceur, se nourrit du sang de l’animal qu’elle infeste. Pour ce faire, elle injecte un peu de salive anticoagulante préalablement à son repas sanguin en perçant la peau de son hôte. C’est cette salive qui est en fait responsable de démangeaisons et de potentielles allergies.

On connaît actuellement près de 2500 espèces de puces à travers le monde. Mais, en Europe, ce sont les puces de chat appartenant à l’espèce Ctenocephalides felis qui infestent les chiens dans 95% des cas. Cette espèce est dite ubiquiste car elle est capable de se nourrir sur différents types d’hôtes comme le chat, le chien, les petits mammifères domestiques comme le cochon d’Inde mais aussi sur l’Homme.

Dans les autres cas d’infestation des chiens par les puces, on rencontre Cténocephalides canis (les véritables puces canines), Pulex irritans (la puce de l’Homme) ou d’autres espèces de puces parasitant de petits mammifères…



Comprendre le cycle de vie de la puce

Pour lutter efficacement contre les puces, il faut avant tout comprendre son cycle de vie.

La puce est un ectoparasite permanent du chien. Au stade adulte, elle vit, mange et se reproduit sur l’animal qu’elle parasite sans lequel elle n’est pas capable de vivre très longtemps. En revanche, l’intégralité de son développement, de l’œuf à la nymphe, se passe dans l’environnement et non pas sur le chien.

Vingt-quatre à quarante-huit heures après un repas sanguin sur un chien, une puce adulte se met à pondre entre 20 à 50 œufs par jour pendant toute sa vie qui dure de 1 à 3 mois. Les œufs n’adhèrent pas aux poils du chien et tombent dans l’environnement où ils vont mettre 1 à 6 jours à éclore, en fonction des conditions de température et d’humidité.

De ces œufs sortent des larves de puces qui, parce qu’elles craignent la lumière, vont aller se réfugier dans des endroits plutôt sombres tels que les rainures d’un parquet, les fibres d’un tapis ou d’une moquette, l’arrière d’une plinthe, le fond d’une niche à l’extérieur etc…Là, les larves de puces peuvent se développer en s’y nourrissant principalement des déjections produites par les puces adultes qui tombent du pelage des chiens. La vie larvaire dure entre 10 et 20 jours et comprend 3 stades.

Les larves de 3ème stade vont ensuite tisser un cocon à l’aide de leurs glandes salivaires pour s’y transformer en nymphe. La durée de ce stade varie de six à sept jours mais peut persister jusqu’à six mois, en cas de conditions de température et d’humidité défavorables. Dans son cocon, la puce est comme en « hibernation ». Elle y est protégée de l’action des insecticides et elle peut y attendre très longtemps, à l’abri, le passage d’un hôte ou le retour de conditions favorables à sa survie. Les stimuli qui peuvent « réveiller » une puce quiescente dans son cocon est la chaleur corporelle de l’hôte, ses mouvements ou l’émission de dioxyde de carbone. A son réveil, son seul objectif sera de sauter sur un hôte pour s’y gorger de sang et s’y reproduire.

La durée du cycle des puces dépend de la température et des conditions d’humidité. Il est d’autant plus rapide que la température est élevée. Comptez sept à douze semaines pour passer de l’œuf à la puce adulte à 18°C et trois semaines seulement à 30°C. La période de risque maximal se situe donc au printemps et en été mais dans une maison chauffée l’hiver, les conditions d’éclosion sont bonnes toute l’année.  

Le cycle biologique des puces du chien

Ce cycle de vie explique que seulement 5% des individus adultes d’une population de puces vivent sur l’animal. Les autres 95% de la population de puces se développent «en dehors du chien», dans son environnement, sous forme d’œufs, de larves ou de cocons.

Comment mon chien attrape-t-il des puces ?

La contamination d’un chien par les puces se fait principalement par son environnement où des puces tapies dans leurs cocons n’attendent que le passage du chien pour lui sauter dessus.

L’infestation peut se faire lors d’un séjour dans une maison de vacances infestée, lors du passage à proximité d’une zone où des puces ont été déposées par d’autres animaux infestés à l’extérieur  dans le jardin, près de la vieille niche, en promenade…

Une source d’infestation fréquente pour un chien est la présence d’un chat qui sort et qui va ramener des puces dans le domicile. Les puces vont alors infester les tapis, les moquettes, le canapé, le parquet…avant d’aller infester le chien.

Contrairement à une idée reçue, les chiens n’attrapent que très rarement des puces au contact direct d’un autre animal infesté. Les puces ne sautent pas si facilement que cela d’un animal à un autre. Il faut pour cela un contact prolongé entre les deux animaux et une étroite promiscuité.

Il arrive également que les propriétaires eux-mêmes rapportent des puces à leur chien d’une promenade séjour à l’extérieur de la maison.

Comment savoir si mon chien a des puces ?

Le plus souvent, l’infestation par les puces, appelée également pulicose, a pour symptôme la présence de boutons sur la peau (papules) à l’origine de démangeaisons dont l’importance dépend du degré d’infestation de l’animal. Pour soulager ces démangeaisons, le chien va donc se gratter et provoquer des lésions cutanées telles des petites excoriations (écorchures), croûtes, des squames ou des pertes de poils. Ces lésions sont localisées dans la zone dorsale lombo-sacrée du chien où les puces se plaisent à vivre, comprenez : en bas de son dos comme indiqué sur le schéma suivant.

Région lombo sacrée région de prédilection des puces sur le chien

Mais attention, ce n’est pas parce qu’un chien se gratte qu’il a forcément des puces et inversement, un chien qui ne se gratte pas peut aussi avoir des puces.

Pour en avoir le cœur net, le mieux est de mettre en évidence la présence de puces ou de leurs déjections sur la peau du chien. Inspectez la zone lombo-sacrée du chien à l’aide d’un peigne à puces ou en écartant les poils de cette zone à l’aide de vos doigts ou sur l’abdomen du chien. C’est en effet dans ces zones qu’on peut y voir courir les insectes eux-mêmes (petits insectes de couleur brun-orangé foncé de 2 à 6mm de long) sur la peau du chien ou y observer leurs excréments sous forme de particules marron. Les excréments de puces sont d’ailleurs plus facilement observables que les puces elles-mêmes sur les chiens aux poils sombres. Pour ce faire, passez un coton humidifié sur l’abdomen ou le bas du dos du chien. Si le coton humide rougit, c’est qu’il s’agit très certainement d’excréments de puces.

Les puces peuvent être difficiles à observer -voire absentes du chien – en début d’infestation pour plusieurs raisons :

  • seules les puces adultes vivent sur le chien et elles ne représentent que 5% de la population totale des puces (voir § Comprendre le cycle de vie de la puce)
  • elles se faufilent rapidement entre les poils de l’animal,
  • elles peuvent être avalées et/ou éliminées par le chien quand il mordille/lèche son pelage pour se gratter.

Des complications possibles liées à la présence de puces

L’infestation d’un chien par des puces peut être à l’origine de complications telles que :

  • une dermatite par allergie aux piqûres de puce,
  • des infections secondaires bactériennes pouvant aboutir une pyodermite bactérienne ou un hot-spot,
  • une infestation par Dipylidium caninum, un ver qui parasite l’intestin grêle du chien suite par l’ingestion de puces porteuses de ce parasite par le chien. Il est à l’origine d’une maladie appelée la dipylidiose.
  • d’une spoliation sanguine en cas d’infestation massive du chien par des puces. En consommant une trop grande quantité de sang, elles peuvent provoquer une anémie ferriprive chez le chien potentiellement fatale chez des chiens fragiles ou de très petite taille.

Lutter efficacement contre les puces

Lutter efficacement contre les puces passe obligatoirement par une bonne compréhension du cycle de vie de la puce et repose à la fois sur le traitement du chien et de son environnement. Et, parce que se débarrasser de puces s’avère difficile et long, il est vivement conseillé de miser sur la prévention en traitant son chien contre les puces avant même qu’il n’en attrape.

Pour traiter le chien, de nombreux produits anti-puces disponibles

Les produits disponibles pour le traitement ou la prévention de l’infestation des chiens par les puces sont disponibles sous plusieurs formes : sprays, pipettes, colliers, comprimés, shampooings

Le saviez-vous?

Certaines mutuelles pour animaux peuvent prendre en charge une partie des frais d’achat de produits antiparasitaires. Renseignez-vous ici !

Leurs caractéristiques sont différentes en termes d’efficacité, de durée d’action et de temps de latence entre l’administration ou application et d’efficacité maximale.

Ce n’est pas la forme du produit qui définit son efficacité mais son principe actif (les molécules actives).

On distingue sur le marché deux types de produits :

  • les médicaments antiparasitaires qui répondent à la législation du médicament vétérinaire et dont l’efficacité a été prouvée,
  • les autres produits antiparasitaires qui ne relèvent pas de la législation vétérinaire et dont l’efficacité n’a pas été documentée.

Les médicaments anti-puces : quels produits ? comment les utiliser ?

Seuls sont présentés dans ce paragraphe, les médicaments vétérinaires antiparasitaires efficaces contre les puces et disponibles sur le marché français.

On distingue :

  • les médicaments anti-puces à usage externe à mettre sur la peau du chien : colliers, shampooings, pipettes et sprays en font partie,
  • les médicaments anti-puces systémiques à faire avaler au chien. On les trouve sous forme de comprimés ou de solutions buvables.

Comme tout médicament, ils possèdent des contre-indications et des effets secondaires potentiels. Même si la plupart de ces médicaments sont en vente libre en animalerie, en grande surface ou en pharmacie, le mieux est de demander conseil à votre vétérinaire avant de les utiliser pour la première fois sur votre chien et de bien lire la notice fournie avec le produit.

Les médicaments anti-puces à usage externe

Les médicaments non systémiques ne passent pas dans le sang du chien pour exercer leur action. Ils tuent les puces par contact en diffusant et en imprégnant à la surface de la peau sur toute la surface du corps du chien à partir du point d’application.

Généralement, ces médicaments anti-puces ont un effet à la fois répulsif (ils « repoussent » les puces) et insecticide (ils tuent les puces).

Ils ont une action à la fois sur les puces adultes en les tuant et sur les larves de l’environnement en empêchant leur développement.  Ils permettent ainsi de prévenir l’apparition de nouvelles puces dans l’habitat.

Notez bien!

Certains de ces médicaments utilisent des molécules que l’on peut retrouver dans des produits phytosanitaires utilisés en agriculture ou dans des insecticides utilisés pour assainir les habitats ou le jardin. C’est par exemple le cas du Fipronil que l’on retrouve dans le Regent , un insecticide utilisé pour traiter les semences et accusé de tuer les abeilles ou bien encore de la perméthrine, un des ingrédients de produits utilisés pour se débarrasser des nids de guêpes, des fourmis et d’autres insectes. Bien qu’efficaces, les produits applicables sur la peau de l’animal présentent une certaine toxicité pour l’Homme, l’animal et l’environnement. Pour ces raisons, il existe des précautions d’usage à leur utilisation telle que :

  • l’obligation de se laver les mains à l’eau froide et au savon après son application sur l’animal.
  • l’interdiction de dormir avec le chien après son traitement,
  • l’interdiction de toucher l’animal pendant au moins 24 heures après le traitement,
  • l’interdiction de baignade du chien (baignoire ou ruisseau) afin de ne pas polluer les eaux avec l’insecticide dans les 24 à 48 heures qui suivent l’application du produit antiparasitaire.

Ces précautions d’usage ne sont pas exhaustives et dépendent du produit utilisé. Lisez attentivement sa notice avant toute utilisation.

Les colliers anti-puces
  • Quels produits ?
Nom commercial (laboratoire) Molécules actives Efficace contre les… Efficace pendant… Ne pas utiliser chez les…
Seresto® (Bayer) Imidaclopride
Fluméthrine
Puces
Tiques
7 à 8 mois Chiots de moins de 7 semaines
Chiennes en gestation ou allaitantes (pas recommandé)
  • Comment les utiliser ?

Les colliers antiparasitaires contiennent une molécule active qui diffuse sur la peau de l’animal. Pour être efficace, il doit se trouver au contact de la peau du chien et non pas sur ses poils. L’efficacité maximale est atteinte généralement au bout d’une semaine. Un collier nécessite d’être porté sans interruption pendant la période de protection garantie par le produit. Son efficacité peut être réduite par des shampooings répétés (plus d’un par mois) ou des immersions prolongées dans l’eau.

pipette anti pucesLes pipettes efficaces contre les puces
  • Quels produits ?
Nom commercial (laboratoire) Molécules actives Efficace contre les… Efficace pendant… Ne pas utiliser chez les…
Advantix® (Bayer) Imidaclopride
Perméthrine
Puces
Tiques
Phlébotomes
Moustiques
Poux
Trombicula
3 à 4 semaines (2 semaines pour les phlébotomes) Chats (mortel)
Chiots de moins de 7 semaines et de moins de 1,5kg
Advocate®* (Bayer) Imidaclopride
Moxidectine
Puces
Otodectes
Sarcoptes
Demodex
Nématodes
Dirofilaires
Cheyletiella
1 mois Chiots de moins de 7 semaines.
Colley et apparentés (troubles neurologiques en cas d’ingestion)
Frontline Combo® (Merial) Fipronil
Méthoprène
Puces
Tiques
Poux
Cheyletiella
Trombicula
2 mois (puces)
1 mois (tiques)
Lapins (mortel)
Chiots de moins de 8 semaines
Prac-Tic® (Novartis) Pyripole Puces
Tiques
1 mois Chats et lapins (mortel)
Chiots de moins de 3 mois ou de moins de 2kgs
Promeris duo® (Fort Dodge) Méthaflumizone
Amitraz
Puces
Tiques
1 mois Chats
Chiots de moins de 8 semaines
Stronghold® * (Pfizer) Sélamectine Puces
Otodectes
Sarcoptes
Poux
Nématodes
Dirofilaires
Cheyletiella
1 mois Chats
Chiots de moins de 6 semaines

* produits disponibles uniquement sur ordonnance

  • Comment les utiliser ?

On trouve deux types de pipettes antiparasitaires qui diffèrent selon leur méthode d’application sur la peau du chien :

  • les « spot‐on » qui s’appliquent en un seul point,
  • les « pour‐on » qui s’appliquent en une ligne.

Il faut lire attentivement la notice pour savoir comment appliquer correctement un produit donné. De la qualité de l’application des pipettes dépendent leur efficacité ! Il faut en effet appliquer le produit au contact de la peau de l’animal, en écartant soigneusement ses poils quitte à faire appel à une deuxième personne pour le faire correctement. Sans cela, le produit ruissèlera sur le pelage du chien et ne pourra pas pénétrer la peau. L’efficacité maximale du produit en pipette est généralement obtenue en 24 à 48 heures.

L’application peut être particulièrement difficile sur les chiens à poils lisses et durs tel que les Jack Russel ou ceux qui ont un sous-poil dense.

spray anti pucesLes sprays anti-puces
  • quels produits ?
Nom commercial (laboratoire) Molécules actives Efficace contre les… Efficace pendant… Ne pas utiliser chez les…
Duowin® (Virbac) Pyriproxyfène
Perméthrine
Puces
Tiques
6 semaines (puces)
1 mois (tiques)
Chats
Chiens malades ou convalescents
Femelles allaitantes
Chiots de moins de 2 mois
Frontline® (Merial) Fipronil Puces
Tiques
Poux
Cheyletiella
Trombicula
2 mois (puces)
1 mois (tiques)
Lapins (mortel)
Chiots de moins de 2 jours
  • Comment les utiliser ?

La quantité de produit en spray à appliquer sur le chien dépend de l’âge et du poids de l’animal. Elle est inscrite dans la notice du produit.  Le produit se pulvérise à rebrousse-poil sur la peau du chien et doit être suivi d’une friction pour le faire entrer en contact avec la peau. La tête de l’animal doit également être traitée mais sans effectuer de pulvérisation du produit qui pourrait entrer en contact avec les yeux et la bouche de l’animal : il faut pulvériser du produit sur sa main gantée puis l’appliquer manuellement sur les zones délicates à traiter.

shampooing anti puceLes shampooings anti-puces

Les shampoings anti-puces présentent l’avantage d’éliminer très rapidement les puces présentes dans le pelage du chien au moment du bain. Mais, ils n’ont, en général, pas d’efficacité dans le temps.

comprimés anti puces
Les médicaments systémiques: les comprimés anti-puces

Un traitement par voie systémique a besoin de passer dans le sang de l’animal pour exercer son action. Certains des traitements antipuces systémiques ont une action immédiate mais pas de rémanence (pas d’effet dans le temps), quand d’autres restent efficaces 1 mois. Certains n’exercent leur action que sur les puces adultes tandis que d’autres n’agissent que sur les puces en cours de développement dans l’environnement.

  • Quels produits ?
Nom commercial (laboratoire) Molécules actives Efficace contre les… Efficace pendant… Ne pas utiliser chez les…
Capstar® (Novartis) Nytenpyram Puces adultes Administration unique (agit 2 heures après la prise) Chiots de moins de 4 semaines ou de moins d’1kg
Program® (Novartis) Lufénuron Stades immatures des puces de l’environnement 1 mois
Comfortis® (Elanco) Spinosad Puces adultes
1 mois Chiots de moins de 14 semaines ou de moins de 3,9kg
Chiens épileptiques (à utiliser avec prudence)
Chiennes en gestation ou allaitantes
Chiens mâles utilisés pour l’élevage
  • Comment les utiliser ?

Le traitement anti-puces en comprimés ou en suspension est à faire avaler au chien, avec ou sans nourriture.
produit naturel à base de plantes contre les puces

Des produits naturels contres les puces

Il existe des alternatives naturelles aux médicaments vétérinaires pour lutter contre les puces : plantes répulsives, huiles essentielles et produits à bases d’huiles essentielles, hydrolats…  Ces produits ne sont en revanche pas insecticides (ils ne tuent pas les puces) mais se contentent seulement de les repousser. Leur action est cependant très limitée dans le temps et ne garantissent pas le « zéro parasite » sur l’animal contrairement aux solutions « chimiques ».

Cependant, de plus en plus de naturopathes appellent à tolérer et à dédramatiser la présence de quelques parasites chez le chien. Ils mettent en avant le fait que chez les chiens en bonne santé, qui bénéficient d’un bon système immunitaire, ne se laissent jamais envahir par les parasites. Le but des traitements curatifs et préventifs naturels contre les puces est de limiter autant que possible l’invasion parasitaire et aussi d’aider l’animal à se défendre lui-même contre ses parasites en stimulant ses défenses naturelles.
produits anti puces pour traiter l'habitat

Traiter aussi l’environnement

Parce que 95% des puces vivent dans l’environnement du chien, il est parfois nécessaire, en cas d’infestation massive par les puces de traiter le domicile à l’aide de sprays insecticides ou de fogger, un générateur de brouillard pour l’habitat.

Par « environnement », on entend également les autres éventuels animaux de la maison qui, même s’ils ne semblent pas atteints, doivent être traités également. Mais attention, pas question d’appliquer le produit anti-puces du chien sur le chat ou le lapin : ils peuvent être mortels pour eux. Choisissez un antipuce adapté à l’espèce de l’animal que vous traitez !

7512e32275ddd3cd3a290fa7e1705d63oooooooooo