Les mammites sont des infections des mamelles qui surviennent le plus souvent après la mise-bas. Très douloureuses pour la chienne, elles sont très dangereuses pour la mère et pour la santé des chiots. A quoi sont-elles dues ? Comment les reconnaître et que faire pour les soigner ?

Qu’est-ce qu’une mammite ?

Une mammite est une inflammation de la mamelle de la chienne dont l’origine est une infection bactérienne.

La mammite peut toucher une seule ou plusieurs mamelles en même temps. Le plus souvent, ce sont les mamelles inguinales de la chienne – celles qui sont situées au plus près de ses pattes arrière – qui sont touchées.

La mammite survient dans la plupart des cas après la mise-bas. Seules 2% des mammites se déclarent chez des femelles qui souffrent d’une grossesse nerveuse, appelée aussi pseudogestation.

Selon la rapidité de la mise en place de la maladie, on distingue deux types de mammite : la mammite aiguë et la mammite chronique.

A quoi sont dues les mammites ?

La mammite est une infection bactérienne d’une ou plusieurs glandes mammaires chez la chienne. Elle est favorisée par la rétention du lait dans les glandes mammaires, lequel permet la multiplication des bactéries au sein de la mamelle. Lors de mammites aiguës, le type de bactérie en cause est souvent un staphylocoque alors qu’en cas de mammite chronique, il s’agit plutôt de colibacilles ou de streptocoques.

La contamination bactérienne peut soit provenir :

  • de l’environnement, lorsque la chienne a mis bas dans de mauvaises conditions d’hygiène ou qu’elle évolue après la mise-bas dans une litière mal entretenue. Les mammites peuvent également être favorisée par la présence de micro-traumatismes ou de petites lésions sur les mamelles de la mère induites par les griffes ou les dents des chiots lors de la tétée ou par des malformations des canalicules galactophores.
  • de son propre sang qui véhicule alors des bactéries en provenance d’un autre foyer infectieux endogène. La mammite peut alors être une complication d’une métrite post-partum, une affection d’origine infectieuse de l’utérus faisant suite à un avortement, une rétention placentaire ou fœtale ou bien encore à une mauvaise hygiène de l’accouchement.

La mammite aiguë de la chienne : symptômes

Une mammite aiguë survient très vite après la mise-bas et se manifeste par :

  • Une inflammation locale d’une ou plusieurs mamelles qui apparaissent alors comme relativement dures, gonflées, chaudes, rouges et douloureuses. Les mamelles inguinales (les plus proches des pattes postérieures) sont le plus souvent touchées bien que toutes les mamelles, y compris les mamelles abdominales et thoraciques, puissent être inflammées.
  • Des symptômes généraux: la chienne est abattue, fiévreuse, ne s’alimente plus, éprouve de la gêne au niveau de ses mamelles et finit par se désintéresser de sa portée de chiots,
  • La couleur du lait peut être modifiée dans certains cas, mais ce n’est pas systématique. Il peut virer au jaune-verdâtre à marron-rougeâtre.

Une mammite aiguë non traitée à temps peut se chroniciser ou évoluer en choc septique et/ ou se transformer en mammite gangréneuse, une infection suraiguë de la mamelle. Un abcès et une gangrène se développent alors sur la mamelle. Ces complications sont très graves et mettent en jeu la vie de la chienne.

La mammite chronique de la chienne : symptômes

Contrairement à la mammite aiguë dont les signes cliniques sont assez visibles, la mammite chronique est une mammite qui peut passer totalement inaperçue à ses débuts. A l’exception d’un durcissement des mamelles indolore et inconstant, la mammite clinique ne se manifeste pas aucun symptôme.

Malheureusement, on finit par en suspecter une lorsque les chiots ne grandissent pas normalement et sont en mauvais état de santé ou lorsqu’il y a une mortalité importante au sein de la portée.

Mammite de la chienne : les risques pour les chiots

Lorsqu’une chienne qui allaite est atteinte de mammite, le risque est que les chiots ingurgitent du lait contaminé par les bactéries qui infectent les mamelles de leur mère.

Les chiots peuvent alors souffrir du syndrome du lait toxique dont les symptômes sont :

  • l’apparition d’un anus violacé « en chou-fleur », signe de l’inflammation de leur système digestif tout entier,
  • des diarrhées,
  • des plaintes et des vocalisations.

L’infection digestive des chiots peut se généraliser dans les quinze jours qui suivent leur naissance dans le cadre d’une septicémie néonatale potentiellement mortelle pour les petits.

Le diagnostic de la mammite

Le diagnostic de la mammite par un vétérinaire se fait par :

  • un examen clinique qui permet d’observer les symptômes apparents dans le cas d’une mammite aigue,
  • une analyse bactériologique sur le lait de la chienne,
  • une échographie utérine pour rechercher une éventuelle métrite, le foyer de contamination primaire.

Le traitement de la mammite

Le traitement de la mammite repose sur essentiellement sur l’administration d’antibiotiques à la chienne pour lutter contre l’infection, et éventuellement sur un autre traitement spécifique si la mammite est associée à une métrite.

Localement, des compresses froides sur les mamelles inflammées pourront être appliquées pour faire diminuer l’inflammation. Si la mammite est abcédée et gangréneuse, ce sont des compresses chaudes qui seront appliquées dans le but de faire mûrir l’abcès. Si la perte de tissus est importante, une intervention chirurgicale pourra même être nécessaire pour refermer la plaie.

Les chiots devront être retirés de l’allaitement en cas de suspicion de syndrome du lait toxique, si les antibiotiques donnés à la chienne sont contre-indiqués chez les nouveau-nés ou si la mammite évolue en mammite gangréneuse abcédée. Dans ce cas, la chienne sera tarie par un traitement médicamenteux. Les chiots seront quant à eux nourris à l’aide de lait maternisé ou confiés à une autre chienne allaitante.

Si le vétérinaire fait le choix de laisser les chiots à la chienne atteinte de mammite, il faut alors s’assurer que les chiots ne viendront pas téter à la ou les mamelles atteintes.

Prévention des mammites chez la chienne

Pour prévenir la survenue des mammites, il faut avant tout respecter de bonnes pratiques d’hygiène lors de la mise-bas de la chienne et bien entretenir sa couche lors de l’allaitement afin d’assurer à la chienne un environnement propre.

Ensuite, il est possible d’émousser les griffes des chiots afin de limiter les micro traumatismes des mamelles qui surviennent lors de la tétée et qui sont connus pour favoriser les mammites et de raser les poils de la mère autour de ses mamelles. Assurez-vous également que toutes les mamelles de la chienne sont tétées par les chiens afin d’éviter la rétention de lait dans l’une d’entre elles.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation