A l’instar de la femme, la chienne connaît elle aussi la ménopause ? Comment expliquer un arrêt des chaleurs chez la chienne ?

La ménopause de la chienne : ça existe ou pas ?

La ménopause se définit comme la fin de la période reproductive. Elle est marquée par la cessation du phénomène d’ovulation qui se manifeste notamment par un arrêt des règles…chez la femme.

La chienne, quant à elle, a un cycle sexuel bien différent de la femme et ne connaît pas de ménopause, ni même de « règles » à proprement parlé.

Règles et saignement lors des chaleurs : deux phénomènes différents

Chez la chienne, on observe des pertes sanguines vulvaires au moment de ces chaleurs, pertes que l’on pourrait prendre pour des menstruations. Mais, ces pertes de sang ne se produisent pas pour les mêmes raisons chez la chienne et chez la femme.

Chez la femme, le sang qui s’écoule provient de la muqueuse de l’utérus, l’endomètre, qui se détache pour se renouveler pour le cycle suivant en l’absence de fécondation de l’ovule. Les règles se déclenchent alors à la suite d’une chute des taux sanguins d’hormones sexuelles.

Chez la chienne, les pertes sanguines observées au moment des chaleurs sont dues à une augmentation des taux sanguins d’œstrogène, une hormone sexuelle produite par ses follicules ovariens. Ces hormones entraînent un développement et une congestion de la muqueuse utérine (en vue d’accueillir l’ovule fécondé s’il y a accouplement) qui débouche sur l’apparition d’une métrorragie physiologique, c’est-à-dire un saignement utérin tout à fait normal.

La chienne ne connaît donc pas d’interruption de son cycle sexuel au cours de sa vie. En revanche, il est vrai que ses chaleurs peuvent devenir moins fréquentes avec l’âge ou seulement un peu moins visibles. Mais attention, ce n’est pas parce que sa fonction de reproduction ralentit que la chienne n’ovule plus et n’est plus fertile lorsqu’elle prend de l’âge. Il faut alors prendre des précautions pour éviter les saillies non désirées et les gestations tardives, plus risquées pour la santé de la mère et pour celle des chiots à naître.

Quand les chaleurs disparaissent…

Les chiennes ne connaissent pas de ménopause mais il arrive que leurs chaleurs se fassent :

  • plus rares,

C’est le cas lorsque les chiennes avancent en âge. Les chaleurs deviennent alors plus espacées et parfois plus difficiles à détecter.

  • plus discrètes,

On parle alors de chaleurs silencieuses. L’ovulation se produit bien mais la chienne ne présente pas ou peu de signes physiques liés à ces chaleurs.

Les chaleurs silencieuses se produisent le plus souvent chez les jeunes chiennes lors de leurs premières chaleurs ou à l’inverse, chez les chiennes âgées de 10 ans ou plus.

  • ou disparaissent complètement.

Un arrêt des chaleurs peut se produire dans un groupe de chien femelles, quand une femelle prend « l’ascendant » sur une autre. Il suffit alors bien souvent de séparer la chienne du groupe pour qu’elle déclenche alors ses chaleurs.

Les chaleurs chez la chienne non stérilisée peuvent aussi disparaître en raison d’un véritable problème de santé qu’il conviendra de faire diagnostiquer par un vétérinaire. Des troubles hormonaux liés ou non à un kyste ovarien ou à une tumeur de l’ovaire comme des effets secondaires de médicaments peuvent expliquer une disparition des chaleurs chez la chienne, qu’on appelle aussi un anœstrus secondaire.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation