Mon chien a les yeux qui coulent

Les yeux d'un chien peuvent couler pour diverses raisons
© image d'illustration Pixabay

Votre chien présente des traces humides sous les yeux ? Si malgré les nombreux nettoyages successifs à l’aide d’une solution nettoyante adaptée, le problème persiste alors il devient nécessaire de rechercher l’origine de ce larmoiement excessif appelé épiphora.

Larmoiement du chien : un problème nommé épiphora

Les larmes chez les chiens sont produites par les glandes lacrymales situées au-dessus de l’œil. Au fur et à mesure de leur production, elles sont ensuite évacuées par les voies lacrymales qui débutent par les points lacrymaux, deux petits orifices situés à l’angle interne de l’œil. Ces voies sont constituées par les canalicules lacrymaux qui convergent vers le sac lacrymal puis par le conduit lacrymal débouchant dans les cavités nasales où les larmes produites sont évacuées.

Lorsque les larmes sont produites en excès par les glandes lacrymales ou qu’il existe une obstruction du système de drainage des larmes par les voies lacrymales alors les larmes se mettent à déborder au niveau des paupières et à couler au niveau de l’angle interne de l’œil, on parle alors d’épiphora.

Cet écoulement excessif de larmes peut parfois donner une coloration « rouille » aux poils qui en sont mouillés au bord interne de l’œil.

Un problème dû à une hypersécrétion de larmes chez le chien

Les glandes lacrymales fabriquent des larmes dont le rôle est de former un film protecteur, nettoyant et lubrifiant de la surface oculaire.

La sécrétion de larmes par ces glandes peut alors augmenter lorsque l’œil subit une irritation due:

  • à la présence d’un corps étranger (ex : épillet, poussière, sable, tumeur intra-oculaire etc…) dans l’œil ou d’un petit traumatisme de la cornée (ex : griffure…)
  • à une projection dans l’œil d’un produit chimique acide ou alcalin,
  • à l’exposition des yeux à de la fumée ou au vent,
  • à un phénomène allergique,
  • un entropion, une malformation des paupières qui consiste en un enroulement vers l’intérieur de l’œil de tout ou partie du bord de la paupière inférieure ou supérieures qui vient alors frotter et irriter les surfaces conjonctivales et cornéennes.
  • un ectropion : cette autre malformation dans laquelle les bords libres de la paupière sont retournés vers l’extérieur de l’œil peut aussi être à l’origine d’une inflammation chronique de la cornée, de conjonctivites à répétition et de larmoiement excessifs associés.
  • au frottement de cils ou de poils sur la surface de l’œil. C’est le cas lors de :
    • la présence de cils ectopiques: ils s’agit de cils implantés au mauvais endroit qui poussent sur la face interne de la paupière, à l’intérieur de l’œil. Il est responsable d’une irritation voire d’une ulcération de la cornée.
    • trichiasis : cette affection se caractérise par une irritation de la cornée et de la conjonctive de l’œil par le frottement de poils normaux en provenance du pourtour des yeux, des plis du nez ou de la caroncule nasale située dans l’angle interne de l’œil. Les yeux "globuleux" ou des plis de peau nasaux proéminents des races brachycéphales (Lhassa Apso, Bouledogue français, Bulldog Anglais, Pékinois, Shi Tzu,…) exposent particulièrement ces chiens à ce problème. Les chiens à la pilosité faciale développée ou les chiens dont la peau de la face est lâche comme le Cocker Anglais sont aussi plus exposés à ce problème.
    • distichiasis : cette affection oculaire est une anomalie de l’implantation des cils qui frottent sur la cornée et l’irritent ou l’ulcèrent.
    • dermoïde cornéen ou palpébral : il s’agit d’un morceau de peau qui pousse anormalement sur la paupière ou sur la cornée. Les poils présents sur ce morceau de peau sont souvent à l’origine d’un frottement irritant pour la cornée ou les conjonctives de l’œil.

L’irritation des yeux à l’origine d’un larmoiement excessif peut aussi trouver son origine dans diverses affections ophtalmologiques telles qu’:

  • une blépharite. Il s’agit d’une inflammation des paupières pouvant être causée par une infection bactérienne, un dysfonctionnement du système immunitaire de la peau du chien ou une infestation parasitaire.
  • une conjonctivite. Cette inflammation de la muqueuse transparente qui tapisse en partie l’intérieur des paupières ainsi que le blanc de l’œil peut être infectieuse, allergique, irritative ou traumatique mais aussi secondaire à d’autres affections ophtalmologiques ou plus générales du chien comme la maladie de Carré.
  • un ulcère de la cornée qui peut faire suite à un traumatisme oculaire, une anomalie du film lacrymal comme en cas de kératoconjonctivite sèche chez le chien, une anomalie des paupières, une paralysie du nerf trijumeau etc.
  • une uvéite c’est-à-dire une inflammation de l’enveloppe interne de l’œil. Elle peut être provoquée par une maladie générale de l’animal ou secondaire à une affection oculaire (cataracte, ulcère cornéen…).
  • un glaucome.

Un problème dû à un défaut de drainage des larmes chez le chien

L’épiphora du chien est un problème qui peut aussi être lié à une obstruction des voies lacrymales due à :

  • Une anomalie congénitale

La non perforation du point lacrymal, également appelée aplasie ou atrésie du point lacrymal est une malformation dans laquelle le point lacrymal reste fermé, empêchant ainsi le drainage normal des larmes dans les cavités nasales via le canal lacrymal. Cette anomalie peut concerner un seul œil ou les deux yeux du chien.

Dans certains cas, un entropion (voir définition ci-dessus) peut également obstruer le point lacrymal.

  • une sténose, c’est-à-dire un rétrécissement des voies lacrymales due à :
    • une dacryocystite : inflammation des voies lacrymales due à un corps étranger ou à une infection dentaire…qui donne lieu à un écoulement de sécrétions purulentes,
    • une plaie,
    • une cicatrice,
    • une tumeur.
  • une obstruction du point lacrymal par un bouchon de mucus.

Que faire si mon chien a les yeux qui coulent ?

Chez certaines races de chien aux paupières tombantes, au museau court, chez les caniches, les bichons et les épagneuls, le larmoiement est souvent chronique mais bénin. S’il ne nécessite pas de traitement médical à proprement parlé, il impose cependant un nettoyage quotidien du contour de l’œil pour éviter la formation de croûtes irritantes pour la paupière et la stagnation des sécrétions pouvant entraîner des complications. Pour ce faire, il suffit d’imprégner une compresse stérile de sérum physiologique ou d’hydrolat de bleuet ou de camomille romaine puis de nettoyer délicatement le contour des yeux du chien en veillant à bien éliminer les éventuelles croûtes.

Mais si votre chien présente un larmoiement important et/ou soudain, il est impératif de le faire examiner par un vétérinaire. C’est d’autant plus urgent si l’écoulement est épais et/ou purulent ou s’il est accompagné d’autres symptômes oculaires (œil rouge, gonflé…) ou touchant à l’état général du chien.

Seul votre vétérinaire est apte à mettre en place un traitement adapté à la cause du larmoiement qu’il aura identifiée. Ce traitement peut consister en un simple sondage lacrymal pour « déboucher » un point lacrymal obstrué, en un traitement médical ou en une intervention chirurgicale pour corriger une anomalie ou une malformation.

Problèmes oculaires : jamais de collyre en automédication !

Quel que soit le problème aux yeux de votre chien, ne tentez jamais d’instiller un collyre dans les yeux de votre chien sans l’avis de votre vétérinaire. Ce conseil est valable qu’il s’agisse d’un collyre pour humain ou qu’il s’agisse d’un collyre pour chien utilisé lors d’une précédente affection ou pour une affection similaire sur un autre animal. Un collyre non adapté à la pathologie oculaire de votre animal pourrait induire ou aggraver un ulcère cornéen, une lésion de la surface de l’œil à ne pas prendre à la légère !




3507e7d3e7d478f0101bf9f5eb02a96dTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT