Quels sont les risques si votre chien a ingéré des serviettes hygiéniques ou des tampons ? Et comment réagir si cette mésaventure vous arrive ?

Mon chien a mangé des serviettes hygiéniques ou des tampons : quels sont les risques ?

Certains chiens, attirés par l’odeur du sang, peuvent fouiller les poubelles des toilettes ou de la salle de bain à la recherche de protections périodiques usagées pour… les engloutir sans autre forme de procès.

Ce comportement – au-delà du dégout qu’il peut inspirer – n’est pas sans risque pour la santé du chien. Que votre chien ait avalé des serviettes hygiéniques ou des tampons, le risque majeur qu’il encourt est l’occlusion digestive.

Les protections avalées peuvent en effet rester bloqué dans l’estomac ou venir « boucher » ses intestins et provoquer un arrêt de son transit intestinal. Les signes cliniques de cette occlusion peuvent se manifester dans les 24 à 72h après l’ingestion des corps étrangers et sont : des vomissements, des diarrhées pouvant être teintées de sang ou a contrario un arrêt complet de la défécation, un refus de s’alimenter, un abattement et des douleurs abdominales. L’un des signes de ces douleurs chez le chien est l’adoption de la posture du prieur : les pattes avant au sol et les fesses en l’air.

Une occlusion intestinale qui n’est pas prise en charge à temps peut à son tour se compliquer par une rupture de la paroi intestinale conduisant à une péritonite, une très grave infection de la cavité abdominale qui met en jeu la vie du chien.

Mon chien a avalé des protections périodiques : comment réagir ?

Si votre chien a avalé des protections périodiques, la seule chose à faire est de contacter votre vétérinaire le plus rapidement possible après l’ingestion.

Autant que possible et si vous les connaissez, essayez de donner des détails de l’incident à votre vétérinaire : combien de serviettes et/ou de tampons le chien a-t-il avalé ? A-t-il pris le temps de les déchiqueter avant les ingérer ? Quand l’incident s’est-il produit ?

Mon chien a ingéré des serviettes hygiéniques ou des tampons : que peut faire le vétérinaire ?

Si l’ingestion a eu lieu moins de 2 heures avant que vous vous en rendiez compte, le vétérinaire peut alors essayer de faire vomir le chien avant que les éléments ingérés ne s’engagent dans ses intestins. Pour ce faire, il pourra lui injecter un médicament vomitif pour vidanger le contenu de son estomac.

Attention !

Il ne faut jamais faire vomir soi-même un chien car cette pratique, lorsqu’elle n’est pas encadrée par un vétérinaire, peut s’avérer extrêmement dangereuse pour le chien.

Si les éléments ingérés sont bien expulsés lors des vomissements, le vétérinaire prescrira alors un pansement gastrique à l’animal pour limiter le risque de gastrite et demandera à son maître de le surveiller dans les jours qui suivent l’incident. Préventivement, on peut ajouter un peu de blanc de poireau cuits ou des haricots verts bien cuits dans la gamelle du chien pour l’aider à expulser d’éventuels restes de protections périodiques dans ses excréments. Si en revanche, le chien montre des symptômes d’occlusion intestinale listés ci-dessus alors il faudra consulter à nouveau son vétérinaire sans tarder.

Si l’ingestion des serviettes hygiéniques et/ou des tampons est plus ancienne, le vétérinaire pourra alors choisir de mettre en place un traitement médical ou chirurgical selon la localisation du corps étranger dans le tube digestif et le risque d’obstruction digestive qui lui est associé.

Avant cela, pour établir le diagnostic de l’occlusion, il pourra avoir besoin de faire une radiographie de l’abdomen à l’animal. Mais comme la matière des protections hygiéniques féminines n’est pas radio-opaque (elle laisse passer les rayons et n’est pas visible sur les clichés), le vétérinaire devra faire avaler au chien un produit radio-opaque dans le cadre d’un examen qu’on appelle un transit baryté. S’il a y a occlusion et arrêt du transit intestinal, le produit de contraste s’arrêtera à l’endroit ou le tampon ou la serviette est coincé, indiquant ainsi au vétérinaire où il faut agir. Le diagnostic est plus difficile si l’occlusion est partielle et qu’elle ne stoppe pas complètement le transit. Le cas échéant, le vétérinaire pourra avoir besoin de faire une laparotomie exploratrice. Il s’agit d’une opération chirurgicale où il devra ouvrir la cavité abdominale du chien pour poser son diagnostic et intervenir dans le même temps.



toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation