Signe de douleur associée ou non à un problème orthopédique, les boiteries chez le chien peuvent avoir des causes variées. Découvrez lesquelles et comment y remédier…

La boiterie chez le chien

Une boiterie désigne une difficulté à marcher chez le chien.

Lorsque cette boiterie est modérée, le chien peut encore poser sa patte sur le sol mais de façon plus ou moins brève lorsqu’il marche ou court. On peut alors observer une modification de sa démarche. Cette modification est cependant plus difficile à observer lorsqu’une boiterie légère concerne sa ou ses pattes arrière.

Lorsque la boiterie est sévère, le chien ne peut plus du tout poser sa patte à terre.

La boiterie peut survenir brutalement ou s’installer progressivement. Respectivement, on parle alors de boiterie aiguë et chronique.

Les origines des boiteries sont multiples et peuvent dépendre de leur localisation aux pattes avant ou aux pattes arrière du chien. Elles peuvent concerner une seule patte ou deux pattes.

Mon chien boite des pattes avant : les causes possibles

Les boiteries des pattes avant peuvent survenir aussi bien chez les jeunes chiens et les chiens adultes. On peut les distinguer selon leur origine, traumatique ou non.

Les boiteries des antérieurs d’origine traumatique

Au niveau d’une patte avant, une boiterie peut révéler une douleur qui peut être consécutive à:

  • la blessure profonde d’un ou plusieurs coussinets, de l’espace interdigité (situé entre les doigts) ou d’une griffe,
  • la présence d’un corps étranger fiché dans le pied du chien comme par exemple un épillet ou un bris de verre,
  • une entorse ligamentaire située au niveau du carpe ou d’une articulation interphalangienne,
  • une fracture,
  • la luxation d’une articulation.

Les boiteries des antérieurs d’origine non traumatique

Si la boiterie ne provient pas d’un traumatisme, elle peut avoir pour origine :

  • une affection qui touche spécifiquement le pied du chien telle qu’une pododermatite ou une infection de la racine de la griffe,
  • un trouble de développement du coude qu’on appelle la dysplasie du coude. Ce trouble touche surtout les jeunes chiens des races moyennes à grandes,
  • une ostéochondrose de l’épaule : il s’agit d’une anomalie de développement du cartilage articulaire de l’épaule. Là encore, ces sont les jeunes chiens des races moyennes à grandes qui sont les plus touchés par cette anomalie d’origine génétique,
  • un cancer des os ou une autre affection osseuse,
  • de l’arthrose,
  • un problème d’arthrite inflammatoire qui peut être lié à une infection de l’articulation ou à une défaillance du système immunitaire du chien qui « s’attaque » à une articulation,
  • d’une tendinite de l’épaule.

Mon chien boite des pattes arrière : les causes possibles

Les boiteries des postérieurs d’origine traumatique

Au niveau d’une patte arrière, une boiterie peut révéler une douleur qui peut être consécutive à :

  • la blessure d’un ou plusieurs coussinets, de l’espace interdigité (espace situé entre les doigts) ou d’une griffe,
  • la présence d’un corps étranger dans le membre,
  • une fracture,
  • la luxation de la hanche ou du jarret,
  • la rupture d’un ligament croisé, de la rotule ou du genou,
  • une rupture ou une luxation du tendon d’Achille,
  • une entorse ligamentaire.

Les boiteries des postérieurs d’origine non traumatique

La boiterie d’une ou des deux pattes arrière peut aussi être la conséquence d’une affection dont l’origine n’est pas traumatique comme :

  • une pododermatite ou une infection de la griffe,
  • une insuffisance fonctionnelle du ligament croisé crânial : il s’agit d’une dégénérescence qui va progressivement étirer et déchirer ce ligament du genou. D’origine inconnue, l’affection touche surtout les jeunes chiens de grandes races, les chiens adultes de race moyenne et les chiens âgés de petite race,
  • une luxation de la rotule,
  • une dysplasie de la hanche,
  • un anomalie de la croissance de l’os et du cartilage appelée ostéochondrose et qui touche le jarret ou le genou des jeunes animaux,
  • l’arthrose,
  • un cancer des os ou une autre affection osseuse telle qu’une panostéite ou une ostéodystrophie hypertrophique,
  • une arthrite inflammatoire,
  • une affection neurologique.

Que faire pour soulager la douleur de votre chien ?

Une boiterie chez le chien est toujours anormale et doit vous convaincre de faire appel à un vétérinaire afin qu’il examine votre chien rapidement.

En attendant la consultation, le mieux est de mettre votre chien au repos et de limiter les sorties aux promenades hygiéniques, toujours en laisse.

En cas de boiterie et surtout si elle est liée à un traumatisme, vous pouvez sans problème administrer au chien 2 granules homéopathiques d’Arnica 5CH tous les quarts d’heures puis toutes les demies-heures jusqu’à soulagement de la douleur. Vous pouvez également compléter ce traitement par une friction du membre douloureux à l’aide d’une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée* (mais uniquement en l’absence de plaie) ou par l’apposition d’une poche de glace en prenant soin de ne pas mettre la glace en contact direct avec la peau du chien.

Attention

Ne tentez jamais d’administrer de médicaments à base d’aspirine, d’ibuprofène ou de paracétamol à votre chien pour soulager ses douleurs. Ces médicaments, dosés pour les êtres humains, peuvent être très toxiques pour votre animal.

Si vous avez détecté une plaie à l’origine de la boiterie, vous pouvez nettoyer la plaie avec de l’eau du robinet ou en bouteille ou du sérum physiologique, la sécher en la tamponnant à l’aide d’une compresse stérile puis la désinfecter à l’aide d’un désinfectant qui ne pique pas. Attention, si votre chien a mal, il peut montrer des signes d’agressivité. Il peut être parfois nécessaire de le museler. Ce traitement de première intention ne doit cependant pas retarder votre visite chez le vétérinaire.

Le diagnostic d’une boiterie du chien

Le diagnostic d’une boiterie repose avant tout sur un examen clinique et orthopédique du chien par un vétérinaire afin qu’il puisse déterminer précisément la localisation de la boiterie.

Selon les suspicions du vétérinaire, des examens complémentaires pourront être pratiqués tels que des radiographies, des myélographies, des échographies musculaires, des arthroscopies ou des analyses sanguines.

* Cette huile essentielle est formellement contre-indiquée chez les femelles gestantes ou allaitantes et les chiots de moins de 3 mois. Ne jamais l’utiliser sur de grandes surfaces du corps car elle pourrait provoquer un choc thermique



toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation