Mon chien n’obéit pas : que faire ?

Votre chien ne vous écoute pas, vous avez l’impression qu’il vous regarde, et que rien ne se passe, que vous fassiez n’importe quoi, rien ne s’anime en lui ?

Et voyons ensemble les raisons pour lesquelles votre chien ne vous écoute pas.

Des façons de communiquer différentes

Malgré le fait que, oui, derrière ses yeux et entre ses deux oreilles, votre chien a bel et bien un cerveau, sachez que nous n’avons bien entendu pas les mêmes manières de communiquer et d’assimiler les choses.

Certes, il y a quelques similitudes comme l’apprentissage par conditionnement, par imitation, par immersion ou par habituation, mais la grande différence entre l’humain et le chien : c’est le langage. Eh oui, vous l’aurez remarqué : le chien ne parle pas notre langue… et inversement.

Je sais bien que c’est évident, mais il est parfois nécessaire de le rappeler ne serait-ce quand je vois (et surtout quand j’entends) des maîtres agir avec leur chien comme il le ferait avec un enfant : « Non mon loulou, ne fais pas ça, tu sais bien que maman n’est pas d’accord avec ce genre de comportement ». Mesdames, messieurs, sachez que cette phrase pourrait être assimilée comme un « J’ai mangé un sandwich ce matin » pour votre chien. Cette communication, qui est la nôtre, n’est pas adaptée.

Parfois, il suffit de souffler un bon coup, et se remettre en question. Vous devez toujours vous demander : Pourquoi mon chien ne m’écoute-t-il pas ? Comment faire pour qu’il m’écoute ? Comment faire pour que les choses changent ?



Communiquez avec votre chien de la bonne manière

Lorsqu’un chien ne vous écoute pas, c’est donc principalement parce qu’on ne lui demande pas de la bonne manière. Dites-vous que votre chien, à défaut de n’être pas bien éduqué, a tout simplement des difficultés à vous comprendre. On est bien sur un réel problème de compréhension, dans la majorité des cas, entre l’humain et le chien. Mon conseil : revoyez votre attitude, votre vocabulaire, l’intonation de votre voix, vos gestes, etc.

Beaucoup de personnes font appel à moi pour que j’éduque leur chien. Eh bien non, ce n’est pas mon rôle, ce n’est pas mon métier. Ma mission est d’aider les maîtres à éduquer leur chien et non pas le faire à leur place. J’ai souvent l’habitude de dire que le plus gros de mon travail consiste à modifier les habitudes du maître et non celles de son chien, car souvent, c’est très lié.

Par exemple, si vous voulez demander quelque chose à votre chien, que ce soit un ordre de base (assis, couché, pas bougé, viens là) ou un ordre plus compliqué (ordre à distance par exemple) nul besoin de lui crier dessus dès la première indication. Votre chien n’est pas sourd (sauf problème médical bien entendu), il vous entend très bien et vos « cris » ne font que le stresser, le crisper et le dégouter de l’éducation. Ce n’est absolument pas ce que l’on cherche, on tend vers une écoute par coopération et non par crainte. De fait, privilégiez des ordres à voix basse et rien ne vous empêche, si votre chien résiste un peu, d’hausser légèrement le ton.

Entretenez et renforcez votre relation

Vous avez revu votre attitude, vous pensez agir de la meilleure des manières avec votre chien ? Et pourtant rien n’y fait, il ne vous écoute toujours pas. Vous commencez à perdre patience et vous devenez de moins en moins proche de lui. Erreur ! Je sais, c’est plus facile à dire/écrire qu’à faire. Mais je vous recommande de veiller à bien répondre aux besoins de votre toutou afin de créer une  relation entre vous. C’est important et vous ne devez pas lâcher l’affaire ou abandonner ! Allez, pour vous aider, je vous donne quelques conseils pour répondre aux besoins de votre chien :

  • promenez-le tous les jours minimum trente minutes.
  • Jouez avec votre chien régulièrement, faites des activités avec lui.
  • Permettez à votre chien de rencontrer ses congénères régulièrement.
  • Proposez à votre chien autant de moments de dépenses physique que mentale.

Une chose importante qu’il me semble nécessaire de souligner : l’éducation doit toujours être positive et adaptée à l’âge et les caractéristiques de votre chien. Faites bien entendu confiance à votre chien, il peut apprendre une multitude de choses, mais n’allez pas trop vite. Ne dégoutez pas votre chien de l’éducation. Privilégiez le renforcement de ce que votre chien fait de correct plutôt que la sanction de ce qu’il ne fait pas comme vous le souhaitez. Si l’exercice est trop difficile, n’insistez pas trop, facilitez-le et terminez la séance sur une réussite. Dites-vous que si une technique, une méthode, une manière de faire ne fonctionne pas, c’est qu’il faut en changer.

Soyez toujours cohérent, utilisez le même mot et le même geste pour chaque action, ce qui permettra une meilleure compréhension de la part de votre chien. Et surtout : récompensez votre chien lorsqu’il adopte le comportement souhaité. Il faut que votre toutou assimile son action à quelque chose de positif si vous voulez qu’il la reproduise à l’avenir. Eh oui, un chien ira toujours vers ce qui est agréable pour lui. Aucun chien n’est masochiste, il n’ira pas vers ce qui est désagréable pour lui.

Restez cohérent

Si vous sentez que vous commencez à perdre patience, à vous énerver, mon conseil est le suivant : stoppez tout, et réessayez plus tard avec une attitude plus posée, sûr de vous et toujours, toujours, toujours avec cohérence.

Je m’explique sur ce point : La cohérence ! Si vous interdisez à votre chien de vous sauter dessus lorsqu’il est sale, mais que vous le caressez lorsqu’il vous fait la fête à votre retour à la maison : ce n’est pas cohérent pour votre chien et il ne comprendra pas la subtilité « Je suis sale = je ne saute pas // Je suis propre = je peux sauter ». Non ! Le chien est un animal intelligent mais pas à ce point. Navrée.

Autre exemple : votre chien est parti un peu loin et vous voulez le rappeler, il ne revient pas. Vous courez après lui pour le rattraper ? Eh bien ce n’est pas la bonne technique, vous envoyez un message d’appel au jeu à votre chien en agissant ainsi, ce qui n’est pas cohérent avec l’objectif initial.

De même que lorsque vous appelez votre chien pour qu’il revienne et que vous êtes très énervé, et bien dites-vous que votre chien aura le choix entre continuer à sentir les super odeurs qu’il a trouvées ou revenir vers vous tout en sachant qu’il va se faire gronder : le choix est vite fait, n’est-ce pas ? Voici donc mon conseil : que votre chien revienne après 10 minutes, 1heure ou 2jours d’appel : félicitez-le, soyez dans la récompense à gogo.

Car n’oubliez pas : le chien est un animal qui vit l’instant présent, si vous le grondez lorsqu’il revient, il comprendra que ce n’est pas correct de revenir et non pas que ce n’est pas correct de partir. Voyez la nuance ? Elle est importante à intégrer.

En somme, vous devez toujours connaître votre chien pour l’éduquer. Une cohabitation humain/chien harmonieuse passe nécessairement par une compréhension de cet animal, de son système d’apprentissage et de fonctionnement.

Ce qu’il faut donc retenir de tout ça

Votre chien ne vous écoute pas ? Tout d’abord, adoptez la bonne attitude, utilisez les bons mots, la bonne intonation et le bon timing en ce qui concerne les récompenses. Promenez-le, dépensez-le physiquement et mentalement, jouez avec lui, en clair : renforcez votre relation avec votre chien.

L’éducation est une éternelle remise en question, ne rentrez pas dans une spirale d’échec. Trouvez la bonne méthode d’éducation qui vous correspondra à vous, ainsi qu’à votre chien. Si une technique ne fonctionne pas : changez, adaptez-vous.

Clémentine Turgot
Educateur canin comportementaliste Nature de Chien
www.naturedechien.fr

nature-de-chien-logo

41de898488495f7c8fb32bafa123d4aft