Mon chien respire fort

La respiration de votre chien est bruyante? A quoi est-ce dû et comment faut-il réagir dans pareil cas ?

Respiration bruyante du chien : de quoi parle-t-on ?

Avant toute chose, il ne faut pas confondre « respirer vite » et « respirer fort ». Un chien qui respire vite est un chien dont la fréquence respiratoire est augmentée. Un chien qui respire fort est un animal qui fait du bruit lorsqu’il respire. Si les deux situations traduisent une dyspnée, les causes de ces difficultés respiratoires sont cependant différentes.

Médicalement, on distingue deux types de respirations bruyantes anormales :

  • Le stertor ou gasp désigne une respiration bruyante qui évoque un ronflement,
  • Le stridor désigne un bruit aigu et continu émis le plus souvent lors de l’inspiration.



Respiration bruyante du chien : les causes possibles

Une respiration inhabituellement forte est le signe audible de la difficulté de l’air à passer au travers des passages anormalement rétrécis de l’appareil respiratoire haut constitué par le nez, les cavités nasales, le pharynx, le larynx et la trachée. En d’autres termes, des bruits respiratoires traduisent le plus souvent une obstruction des voies respiratoires supérieures.

Il existe plusieurs causes d’obstruction de l’appareil respiratoire haut.

Le collapsus trachéal

Cette affection touche principalement les petits chiens parmi les Chihuahua, les Caniches toy, les Yorkshire, les Spitz nains ou bien encore les Lhassa Apso. Chez ces chiens, une anomalie du cartilage constitutif de la trachée et de la membrane trachéale entraîne un affaissement de cette dernière qui ne permet plus à l’air de passer correctement. Les conséquences de cette affection sont une toux sèche et, dans les cas les plus avancés, une respiration difficile et bruyante.

Le syndrome brachycéphale

Les races de chien dites brachycéphales à nez écrasé dont font partie le Bouledogue français, le Carlin, le Bulldog anglais, le Pékinois ou bien encore le Shih-tzu peuvent présenter une respiration bruyante à cause de malformations des narines ou du voile du palais. Ces difficultés respiratoires peuvent s’accompagner de difficultés digestives et d’intolérance à l’exercice physique ou à la chaleur, très invalidantes pour le chien.

La paralysie du larynx

Cette affection est causée par des lésions des nerfs qui permettent d’assurer la motricité des muscles du larynx. Elle touche particulièrement les chiens vieillissant parmi des races prédisposées à ce problème comme le Golden Retriever ou le Labrador. Elle peut aussi toucher d’autres races de chien dès leur naissance. C’est le cas du Rottweiler, du Husky, du Berger des Pyrénées ou du Léonberg. Le bruit et la difficulté respiratoire sont généralement plus marqués à l’inspiration et lorsqu’il fait chaud. La paralysie laryngée peut aussi provoquer un changement de sonorité des aboiements et une intolérance à l’effort.

La sténose naso-pharyngée

Cette affection est fréquemment présente dès la naissance – particulièrement chez le Teckel à poils longs – et s’explique par un épaississement des muscles palatopharyngés situés dans la région des amygdales, au fond de la gorge. Si elle n’est pas congénitale, cette affection peut se développer suite à des reflux acides ou à à la présence d’un corps étranger dans les voies respiratoires supérieures. La respiration bruyante se manifeste surtout lorsque la gueule de l’animal est fermée. Elle peut s’accompagner de dysphagie, autrement dit, des difficultés à avaler les aliments ou l’eau de boisson.

Le « reverse sneezing » ou éternuement inversé

Le reverse sneezing se manifeste sous forme de crise de quelques secondes à deux minutes maximum, pendant laquelle le chien inspire difficilement et bruyamment par le nez, gueule fermée. Ces crises sont impressionnantes pour le propriétaire qui a l’impression que son chien s’étouffe mais elles sont bénignes dans la plupart des cas et justifient rarement la mise en place d’un traitement. Il faut consulter lorsque les crises sont fréquentes et rapprochées (une ou plusieurs crises toutes les semaines) ou qu’elles sont accompagnées d’autres symptômes respiratoires (toux, essoufflement…).

Respiration bruyante du chien : que faire ?

A l’exception des crises de « reverse sneezing » espacées de plus d’une semaine, une respiration bruyante est toujours anormale et doit vous pousser à consulter un vétérinaire dans les plus brefs délais. La plupart des causes d’obstruction des voies respiratoires supérieures à l’origine d’une respiration bruyante peuvent être prise en charge chirurgicalement.

24b75c5b41e31d7ce6acdb35060543cbooooooooooooo