Mon chien se gratte

chiot en train de se gratter

Quand un chien se gratte beaucoup, on dit qu’il souffre de prurit. Il peut être généralisé à l’ensemble du corps ou localisé à une zone de son corps en particulier. Cette sensation de démangeaison de la peau a de nombreuses causes possibles…

Mon chien se gratte: quand s’inquiéter ?

Si les séances de grattages de votre chien ne durent pas longtemps, ne se répètent pas et/ou n’intéressent pas toujours la ou les mêmes parties du corps, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

En revanche, si le grattage concerne une partie précise du corps et/ou qu’il se fait insistant et répétitif, il faut aller plus loin afin de soulager votre chien qui souffre peut-être d’une maladie.

Généralement, des démangeaisons qui deviennent gênantes chez le chien s’accompagnent d’autres signes en plus des grattements comme des mordillements ou des léchages de la zone prurigineuse, des roulades, des secouements de la tête, des frottements aux murs, au sol ou à vos jambes. Soyez attentif à ces signes !

Habituellement, les affections à l’origine d’un prurit provoquent un érythème, c’est-à-dire une rougeur de la peau ou des éruptions cutanées mais il est néanmoins possible que le chien ne présente aucune lésion au début de l’affection. Prenez l’habitude d’inspecter régulièrement la peau de votre animal à la recherche de ces signes évocateurs d’une maladie de peau.

Les signes d’un grattage intempestif et répétitif – et donc anormal – se voient également sur la peau de l’animal. Tâches de salive, excoriations (petites écorchures de la peau), croûtes ou encore squames sont des indices qui doivent vous alerter et vous pousser à consulter un vétérinaire.

Il est également possible d’observer, dans le cas où le prurit est chronique, une lichénification, c’est-à-dire un épaississement de sa peau par plaques où le relief des plis de la peau est amplifié et évoque un quadrillage ou une alopécie, c’est-à-dire dire une perte de poils localisée à l’endroit où le chien se gratte.

Le grattage entretient le prurit à la manière d’un cercle vicieux. En se grattant, le chien crée des lésions qui renforcent les démangeaisons. Le chien se gratte alors davantage, créant de nouvelles lésions et ainsi de suite… Si votre chien se gratte souvent et depuis longtemps, il est donc nécessaire de réagir pour casser ce cercle vicieux et soulager le chien. Un prurit intense et chronique est très incommodant pour le chien : il entraîne de la souffrance chez le chien et risque de se compliquer par un hot spot ou une sur-infection des lésions.



Démangeaisons chez le chien: plusieurs causes possibles

Une infestation par des parasites externes

La cause à laquelle on pense en premier -et à juste titre car il s’agit de la cause principale de prurit chez le chien – quand un chien se gratte est l’infestation par des parasites externes.

Parmi ces parasites externes, on peut trouver :

  • les puces

Les piqûres de puce provoquent de vives démangeaisons, d’autant plus intenses chez les chiens atteints de dermatite par allergie aux piqûres de puces. Si l’infestation est importante, vous pourrez observer la présence des puces elles-mêmes ou leurs déjections dans le pelage du chien.

Il s’agit de larves rouges de minuscules acariens invisibles à l’œil nu qui infestent les animaux généralement en été, au mois d’août duquel ils tirent leur nom. Elles se nourrissent de cellules de peau que ces larves pré-digèrent à l’aide d’une enzyme, provoquant des lésions de la peau et des démangeaisons en réaction à l’enzyme injectée. L’infestation se fait de fin juillet à la mi-septembre lors de promenades dans les herbes hautes ou dans le jardin quand l’herbe n’est pas régulièrement tondue.

  • les cheylétielles

Il s’agit de minuscules acariens appelés les cheyletiella et invisibles à l’œil nu qui prolifèrent à la surface de la peau du chien et qui se nourrissent des débris cutanés et de fluides tissulaires. Ils sont responsables d’une pseudogale appelée cheylétiellose qui se manifeste par des démangeaisons et la présence de pellicules (squames) sur le dos et le cou. L’infestation se fait par contact avec un autre animal infesté ou avec un objet infesté (brosse, couchage…). La cheylétiellose touche surtout les jeunes animaux ou les chiens fragiles et elle est, de par son mode de transmission, plus souvent rencontrée en collectivité.

  • les poux

Les poux sont des parasites visibles à l’œil nu dans le pelage de l’animal et leurs lentes adhérent à la base des poils. Ils déclenchent de fortes démangeaisons et se transmettent par contact direct ou indirect, par l’intermédiaire d’objets (de toilettage, de couchage…), d’un animal infesté.

  • le demodex canis

La prolifération de cet acarien est responsable de la démodécie, une infestation des follicules pileux responsables de démangeaisons et de pertes de poils. Ce sont, dans la plupart des cas, les chiots de 2 à 10 mois qui en sont atteints mais les chiens adultes dont le système immunitaire est fragilisé ou présentant des troubles endocriniens peuvent en souffrir également.

  • le sarcoptes scabiei, un acarien responsable de la gale sarcoptique chez le chien,
  • l’otodecte cynotis, un acarien responsable de la gale des oreilles chez le chien.

Une origine allergique

Il existe différentes causes d’allergie ou d’hypersensibilité chez le chien, à l’origine de démangeaisons :

  • l’allergie aux piqûres de puces, abordée dans notre article consacré à ce sujet, ou à d’autres parasites externes,
  • la dermatite atopique (ou atopie), cette anomalie génétique de la barrière cutanée provoquant une sensibilité accrue de la peau aux allergènes alimentaires ou inhalés tels que la poussière, les pollens ou les acariens,
  • une allergie alimentaire,
  • une allergie de contact provoquée par un produit particulier tels qu’un produit d’entretien pour le sol, un assouplissant utilisé lors de la lessive de son couchage, un shampooing, un collier antiparasitaire, les pigments des gamelles en plastique, au métal de sa médaille, aux sols en béton… Dans un tel cas de figure, le prurit et les lésions de grattage seront restreintes au point de contact de l’allergène avec la peau de l’animal.

Une infection fongique

La prolifération de levures du genre Malassezia peuvent être à l’origine d’une dermatite à Malassezia (ou malasseziose) chez le chien touchant le plus souvent son conduit auditif, son ventre, ses plis, les espaces entre ses doigts et la base des griffes, ses babines, …

Cette maladie provoque des démangeaisons souvent associées à une séborrhée, c’est-à-dire une augmentation de production de sébum par la peau la rendant grasse et malodorante, des rougeurs et un épaississement de la peau.

Une trop grande anxiété

Dans ce cas, on parle de dermatose psychogène. Chez les chiens comme chez les Hommes, la peau et le système nerveux central ont une même origine embryologique. Cette origine commune explique qu’en cas de stress, c’est souvent la peau qui trinque ! De nombreuses affections cutanées ont pour origine une anxiété du chien que l’animal essaye de calmer en se léchant ou en se grattant de façon compulsive jusqu’à créer une lésion inflammatoire de sa peau (dermatite).

Et bien d’autres causes possibles…

Les démangeaisons chez le chien ont d’autres causes possibles comme :

  • une pyodermite, c’est-à-dire une infection bactérienne de la peau qui peut ou non faire suite à une infestation par des parasites, un problème allergique ou un problème endocrinien,
  • une séborrhée (sécrétion excessive de sébum par les glandes sébacées de la peau), secondaire ou non à une autre maladie,
  • une calcinose cutanée (présence de nodules calcifiés sur la peau),
  • la présence de tumeurs cutanées,
  • une maladie auto-immune de la peau.

Le cas des démangeaisons localisées

Si le prurit est restreint à la zone faciale de l’animal, on peut suspecter une affection :

  • auriculaire telle qu’une otite,
  • des cavités nasales et des sinus telle qu’une rhinite chronique ou la présence de polypes,
  • oculaire telle qu’une conjonctivite, une blépharite, la présence de cils ectopiques, …
  • bucco-dentaire telle qu’un abcès dentaire ou une maladie parodontale.

Les démangeaisons peuvent aussi concerner la zone péri-anale. Le chien se gratte alors les fesses en faisant « le traîneau », c’est-à-dire en frottant son arrière-train sur le sol. Les causes peuvent être un engorgement des glandes anales ou la présence de parasites internes.

Que faire quand un chien se gratte…

Si les démangeaisons de votre chien sont récentes, la première des choses à faire est de traiter votre animal contre les puces. Vérifiez que le traitement antiparasitaire que vous lui appliquez est également efficace contre les aoutats en été. Traitez également l’environnement du chien où les puces peuvent persister et ré-infester l’animal après traitement. Les puces ou leurs déjections ne sont pas toujours visibles sur un animal, c’est pourquoi il est conseillé, en l’absence de toute autre cause de prurit évidente, de commencer par là.

Si ce traitement n’est pas efficace et que les démangeaisons persistent, il faut aller consulter un vétérinaire pour un examen dermatologique complet qui peut être pris en charge par votre assurance chiens si vous en avez souscrit une. Après avoir éventuellement écarté la présence de puces ou d’autres parasites, le vétérinaire s’intéressera à la localisation des démangeaisons et cherchera d’éventuelles lésions associées. Pour trouver la cause des démangeaisons, il pourra procéder à des raclages cutanés, à un examen de la peau avec une lampe de Wood, des calques cutanés ou des ponctions.

Une fois la cause identifiée, le vétérinaire sera en mesure de mettre un traitement en place : antiparasitaire en cas de puces, aoûtats et poux, acaricide en cas de gales, antibiotique en cas de pyodermite, antifongique en cas de malasseziose, régime d’éviction en cas d’allergie alimentaire…

En cas de démangeaisons liées au stress, parlez-en également à votre vétérinaire. Après avoir soulagé le prurit et traité d’éventuelles lésions associées, il s’attachera à solutionner le problème comportemental en vous conseillant une thérapie comportementale accompagnée ou non de médicaments anxiolytiques.

Quelles qu’en soient la ou les causes, toutes les démangeaisons peuvent aussi être soulagées par des solutions empruntées à la phytothérapie ou à l’aromathérapie en traitements par voie orale ou locale. Elles offrent des alternatives naturelles aux traitements conventionnels. Renseignez-vous auprès d’un vétérinaire spécialisé.

2b591ecba395b71e5d9ac94e33e4dff1T