Au printemps comme en automne, votre chien se met à perdre de grandes quantités de poils. Rien de plus normal : il s’agit de la mue saisonnière. Ce phénomène naturel permet à votre toutou de renouveler son pelage. Si l’on ne peut pas le stopper, on peut tout de même mettre quelques stratégies en place pour y faire face. Découvrez-lesquelles !

Qu’est-ce que la mue chez le chien ?

On appelle mue saisonnière une perte de poils plus importante que d’ordinaire chez le chien qui lui permet de renouveler son pelage. Ce phénomène se produit deux fois par an : au printemps où le pelage d’été, moins dense, se constitue et en automne où son pelage d’hiver, plus épais, se met en place.

Le phénomène de mue saisonnière est beaucoup plus marqué chez les chiens vivant en extérieur ou qui sortent beaucoup car il est notamment influencé par le photopériodisme (c’est à dire la longueur des journées et l’ensoleillement) et la température extérieure. Les chiens qui vivent à l’intérieur, sous une lumière artificielle constante, connaissent quant à eux une mue permanente tout au long de l’année car ils sont moins exposés aux variations de luminosité et de température.

A savoir !

Les hormones jouent aussi un rôle dans le phénomène de mue du chien. Ainsi, il n’est pas rare que des chutes de poils se produisent lors d’une gestation, d’une lactation ou lors des chaleurs.

Toutes les races de chiens ne sont par ailleurs pas égales face à la mue saisonnière. Les mues saisonnières les plus importantes se produisent plutôt chez les chiens dont les poils ont des phases de croissance courte. C’est par exemple le cas du Husky parmi d’autres races de chien nordiques.

A contrario, les chiens dont la phase de croissance du poil est longue comme le Caniche ne connaissent pas de mue saisonnière importante mais une perte de poils régulière tout au long de l’année. Comme ils ne connaissent pas de mue saisonnière, ils doivent cependant être régulièrement toilettés.

Bien comprendre le cycle pilaire du chien

Les poils d’un chien poussent de manière cyclique en 3 phases successives :

  • une phase de croissance, également appelée phase anagène. Cette phase se décompose elle-même en plusieurs étapes et sa durée détermine la longueur du poil. Cette durée dépend surtout de la race du chien, des facteurs individuels hormonaux et de facteurs extérieurs comme l’alimentation ou bien la saison…
  • une phase intermédiaire appelée phase catagène,
  • une phase de repos ou phase télogène.

Chaque follicule pileux a un cycle qui lui est propre et qui n’est pas synchronisé avec celui des follicules voisins si bien que le pelage se renouvelle progressivement et en permanence sur l’ensemble du corps de l’animal. Mais à certaines périodes, La croissance maximale des poils à lieu généralement à la fin du printemps (on a donc peu de poils morts en phase de repos en été) et la croissance minimale pendant l’hiver, ce qui explique le phénomène de mue saisonnière.

Mon chien mue : que faire ?

Vous l’aurez compris : la mue saisonnière est un phénomène naturel qui permet à votre chien d’adapter son pelage à la saison. Il est donc impossible de l’endiguer ! En revanche, on peut mettre en place quelques stratégies pour éviter que le sol de votre domicile ne soit complètement recouvert de poils morts !

Un brossage régulier

Seul un brossage régulier permet de récupérer un maximum de poils morts qui ne se retrouveront donc pas à joncher le sol de votre domicile. En associant un démêlage à une action mécanique, le brossage permet non seulement d’éliminer ces poils morts avant qu’ils ne tombent mais permet aussi de stimuler la micro-circulation sanguine à la base des poils et de favoriser ainsi leur repousse. Si un brossage régulier est recommandé tout au long de l’année, il est encore plus indiqué lors des périodes de mue de votre animal.

Afin que ce brossage n’irrite pas la peau de votre fidèle compagnon, il est cependant nécessaire d’utiliser un matériel adapté.

Pour les races de chien à poils courts ou soyeux, utilisez une brosse carde souple tous les jours en association avec un outil de shedding anti-mue une fois par semaine.

Pour les chiens à poils mi-longs à long, utilisez un démêloir ou un peigne muni de grandes dents quotidiennement puis un outil de shedding anti-mue de façon hebdomadaire.

Sachez qu’il existe également des brosses de toilettage, qui sont conçues pour s’adapter directement ou via un tuyau sur le manche de votre aspirateur. Cet accessoire malin permet d’aspirer les poils « à la source » et d’éviter ainsi qu’ils se dispersent dans votre intérieur. Préférez plutôt les brosses qui s’adaptent via un tuyau, vous pourrez ainsi placer l’aspirateur dans une autre pièce pendant le brossage, ce qui évitera au bruit de l’aspirateur d’incommoder voire d’effrayer votre chien.

Zoom sur l’alimentation

S’il n’est pas toujours nécessaire d’avoir recours à des compléments alimentaires du commerce « anti chutes de poils » pour les chiens, il est néanmoins conseillé de s’intéresser à la qualité de l’alimentation de votre animal si les mues de ce dernier vous semblent trop importantes.

En effet, un déficit en protéines de bonne qualité nutritionnelle, en vitamines (notamment en vitamines du groupe B), en minéraux, en oligo-éléments ou en acides gras essentiels peut quelquefois accentuer une chute de poils.

Un régime alimentaire inadapté est en effet susceptible d’entraîner un pelage sec, terne et cassant, qui va tomber aisément, et de ralentir la pousse du poil. Penchez-vous alors sur la qualité des croquettes de votre chien et notamment sur la quantité et la qualité des protéines qu’elles contiennent. Pour ce faire, nos articles sur les protéines et sur le choix de bonnes croquettes pour votre chien devraient vous aider à faire le point. Si votre animal est nourri à l’aide d’une ration ménagère, assurez-vous que la viande que vous lui donnez est de bonne qualité et consultez votre vétérinaire afin de savoir si les quantités que vous lui donnez sont bien adaptées à ses besoins.

En plus, vous pouvez aussi essayer de compléter la ration de votre chien avec des capsules d’huile de poisson des mers froides, riches en oméga 3 ou la saupoudrer d’un petit peu de levure de bière en paillettes, riches en protéines du groupe B et utiles pour le maintien d’un pelage en bonne santé.

Perte de poil du chien : quand s’inquiéter ?

Si la chute de poils de votre chien est importante, si des zones complètement dépourvues de poils apparaissent ou si des lésions ou des pellicules apparaissent, il y a de fortes chances que votre chien souffre d’une maladie cutanée. Il est alors nécessaire de consulter un vétérinaire pour remédier au problème.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation