Phytothérapie pour chien

phytothérapie chez le chien
© Pixabay

De tous temps et sur tous les continents, les hommes ont appris à se soigner grâce aux plantes. Les principes actifs contenus dans les plantes donnent de très bons résultats en matière de traitement et de guérison. Dans la nature, les animaux aussi ont appris à repérer les végétaux utiles à leur santé. Grâce à la phytothérapie, vous pouvez désormais faire profiter votre chien de ces bienfaits.

Qu’est-ce que la phytothérapie?

La phytothérapie est la médecine fondée sur l’utilisation des plantes ou d’extraits de plantes. Elle repose sur les effets bénéfiques et l’interaction des nombreux principes actifs naturels contenus dans les plantes.

Le saviez-vous ?

Étymologiquement, phytothérapie vient du grec ancien "phytos"= plante et "therapeuo"= soigner.

Les plantes sont utilisées depuis la nuit des temps par nos ancêtres pour soigner leurs maux et celles de leurs bêtes. Face à la prise de conscience des limites des traitements médicamenteux classiques et de leurs nombreux effets secondaires, on redécouvre de nos jours les innombrables qualités des plantes dans le traitement et la prévention des maladies en médecine humaine comme en médecine vétérinaire.
Là où un médicament « chimique » moderne n’est constitué que d’une seule molécule, une plante contient plusieurs principes actifs dont les effets s’additionnent et s’équilibrent. C’est précisément de cette interaction que naît l’efficacité thérapeutique des plantes et que s’explique la rareté de leurs effets indésirables.

Quels sont les produits de la phytothérapie utilisables chez le chien ?

Les plantes médicinales fraîches ou séchées

L’utilisation plantes médicinales fraîches ou séchées représentent la forme la plus ancienne et la plus traditionnelle de la phytothérapie. Mais, avant de pouvoir les utiliser comme remède, il est nécessaire d’en extraire les principes actifs. Ils peuvent se trouver dans la plante entière ou dans une partie de la plante : racines, feuilles, fleurs (appelées parfois sommités fleuries), graines ou fruits. Les méthodes d’extraction des principes actifs sont toutes réalisables à la maison. Elles diffèrent selon que l’actif à extraire soit soluble dans l’eau, dans l’huile ou dans l’alcool.

Utilisation de plantes fraiches : pourquoi pas mais…

Rien ne vous empêche de récolter vous-même les plantes que vous utiliserez en remèdes directement dans votre jardin ou dans la nature mais cette pratique devrait être réservée aux véritables experts en botanique. La nature est pleine de faux-amis ! Deux espèces de plantes très ressemblantes peuvent avoir des propriétés très différentes. Pire, la nature regorge de plantes toxiques ! Ne ramassez pas des plantes dont vous n’êtes pas sûr de l’espèce au risque d’administrer des plantes toxiques à votre animal. Si vous êtes sûr de tenir la bonne espèce, écartez les plantes qui ne vous semblent pas saines (feuilles tachées…) et soyez-sûr que votre lieu de récolte n’est pas régulièrement arrosé de pesticides.
Si vous n’êtes pas un expert en botanique, achetez plutôt vos plantes séchées en pharmacie. Vous serez sûr de leur origine et de leurs qualités.

Les tisanes

Bien connues de nos grands-mères, les tisanes regroupent en réalité 3 méthodes de préparation selon la partie de la plante à utiliser : l’infusion, la décoction et la macération. Elles servent à extraire les principes de la plante solubles dans l'eau.
On peut ensuite donner ces préparations, une fois refroidies, à boire au chien… s’il les accepte et s’il les apprécie. Eh oui, la tisane n’est pas forcément le moyen le plus facile d’administrer des remèdes de phytothérapie à un chien en raison du volume relativement important de liquide qu’il doit absorber et du goût de cette potion pas toujours très appréciée de nos compagnons à quatre pattes. Et, on peut les comprendre ! Les décoctions de racine ne sont généralement pas des boissons très agréables à déguster, souvent amères ou âpres ! Pour ces raisons, on préfère aujourd’hui aux traditionnelles tisanes des préparations toutes faites du commerce comme les extraits phytostandardisés (EPS), plus pratiques à administrer, à doser et dont on est sûr qu’ils contiennent les principes actifs d’intérêt.
On peut également utiliser une tisane comme lotion à appliquer sur la peau du chien à l’aide de compresses stériles en coton. Par exemple, une infusion de feuilles d’ortie (urtica dioica) peut aider à soulager des démangeaisons de la peau ou une infusion de fleurs de camomille romaine (chamaemelum nobile) peut servir à nettoyer naturellement des yeux qui coulent.

Les macérats huileux

La préparation de macérats huileux permet de solubiliser les principes actifs des plantes dans l’huile. Ils se préparent à partir d’huiles végétales et de plantes fraiches ou partiellement séchées au soleil. Ils s’utilisent principalement par voie externe, en application locale par des massages doux sur la peau de l’animal.

Les alcoolatures et les teintures

Les préparations d’alcoolature et de teinture permettent d’extraire les principes actifs des plantes solubles dans l’alcool. En raison de la présence d’alcool, on ne peut les utilises que par voie externe chez le chien, en application locale après dilution au 1/10ème avec de l’eau.

Les nébulisâts en gélule

Le nébulisât correspond aux principes actifs de la plante réduits en poudre. Conditionnés en gélules à faire avaler au chien, les nébulisâts présentent l’énorme avantage d’être très pratiques d’utilisation.

Ne confondez pas poudre de plante et nébulisât

En phytothérapie, on trouve également des poudres de plante présentées en gélule. Les poudres de plantes sont beaucoup moins concentrées en principes actifs que les nébulisâts. On peut bien évidemment les utiliser chez un chien mais les quantités de poudre -et donc de gélules - à lui administrer seront par conséquent plus importantes. Certaines gélules de poudre peuvent d’ailleurs contenir jusqu’à 500mg de poudre de plante et ne sont pas adaptées aux tout petits chiens incapables de les avaler sans qu’il vous faille ouvrir la gélule.

Les EPS

EPS signifie « extraits fluides de plantes fraîches standardisés ». Ces produits sont considérés comme les produits de la phytothérapie moderne car ils n’ont été mis au point qu’au milieu des années 90 et ne sont commercialisés que depuis le début des années 2000. Pratiques et dépourvus d’alcool, c’est le plus souvent sous cette forme que les vétérinaires spécialisés en phytothérapie prescrivent des médicaments de plantes à leur patients à quatre pattes.

Les plantes sont-elles vraiment sans aucun danger pour le chien ?

Non !
S’il est vrai que les remèdes à base de plantes présentent beaucoup moins d’effets secondaires que les médicaments conventionnels, elles ne sont pas non plus totalement dépourvues d’effets indésirables. Après tout, il est vrai que la nature produit de nombreuses plantes-poisons : digitale, aconit, muguet…pour ne citer qu’elles ! Et, le chien peut être également intoxiqué par des plantes que, nous Humains, consommons sans problème comme l’oignon, l’ail ou bien encore le poireau.

Plantes toxiques mises à part, de nombreuses plantes reconnues pour leur intérêt thérapeutique ont des principes actifs si puissants qu’ils peuvent interagir avec des traitements médicamenteux conventionnels ou être contre-indiqués dans certains cas bien particuliers. En médecine humaine, le millepertuis - utilisé comme anti-dépresseur naturel - est souvent cité en exemple pour annuler les effets de la pilule contraceptive. Il existe de nombreux autres exemples d’interaction plantes-médicaments en médecine vétérinaire ! Évitez donc toujours l'automédication et demandez toujours conseil à votre vétérinaire avant d'utiliser d'administrer des médicaments de plantes à votre chien.



4bffc224a8e61c47d6900963cc4db30eZZZZZZZ