Pratiquer l’agility avec son chien

pratiquer l'agility avec son chien

L’agility est un sport canin. C’est un parcours d’obstacles qui peut être pratiqué pour le plaisir ou en concours.

L’agility est l’un des sports de chien les plus connus dans le monde canin. Le ring et l’agility doivent se partager la vedette. Comme son nom le suggère, il s’agit d’une activité où le maître et le chien doivent être particulièrement agiles.

C’est une discipline appréciée par les propriétaires d’animaux à quatre pattes. Nous allons vous la présenter tout en évoquant la compétition.

Qu’est ce que l’agility ?

Cette activité peut être pratiquée en loisir ou en compétition. Le but est de réaliser un parcours avec des obstacles, sans réaliser de fautes, le plus proprement possible.

Sur le parcours, le chien rencontrera plusieurs obstacles :

  • Des haies à sauter : chaque hauteur sera différente en fonction de la catégorie du chien.
  • Des tunnels disponibles en deux sortes : des tunnels rigides et des tunnels souples également appelés chaussettes.
  • Les balançoires.
  • Les rampes.

Le binôme devra beaucoup travailler pour fournir des résultats convaincants.

L’agility tient ses origines en Angleterre. Puis, à la suite de plusieurs rencontres, cette discipline est officiellement inscrite à la Société Centrale Canine le 1er Janvier 1988.

Au fil du temps, elle s’est améliorée jusqu’à être ouverte à toutes les races de chiens. Heureusement, pour protéger ces animaux, différentes conditions devront être respectées.

  • Le chien ne pourra pratiquer l’agility que lorsqu’il sera âgé d’au moins 18 mois. Pour certaines races, la compétition pourra être possible à ses 12 mois. La raison est simple : c’est une activité physique et éprouvante. Le chiot n’est pas en mesure de pouvoir réaliser de tels efforts sans mettre en danger sa santé et ses articulations.
  • Selon vos attentes et vos désirs, vous pourrez choisir des compétitions spécifiques. Le championnat de France et le Championnat du monde seront réservés uniquement aux chiens inscrits sur le Livre des Origines Françaises. Si vous n’avez pas un chien LOF, il existe des compétitions comme le Grand Prix de France qui sont destinées à la fois aux chiens LOF et aux chiens non LOF.
  • Pour participer à des concours, le binôme devra afficher une attitude correcte. L’animal devra être connecté et concentré sur son maître afin d’ignorer les autres chiens. De plus, étant donné qu’il s’agit d’une épreuve sans laisse, le conducteur doit s’assurer de pouvoir maîtriser son chien en douceur.

En fonction de la race du chien et de sa taille, le binôme sera attribué à une catégorie. Il en existe 4 :

  • Les chiens ayant un garrot de moins de 37cm seront dans la catégorie A.
  • Les chiens ayant une taille au garrot de 37 à 47cm seront dans la catégorie B.
  • Les chiens possédant une taille de 47cm ou plus au garrot, seront dans la catégorie C.
  • Les molosses, comme le rottweiler ou le léonberg seront dans la catégorie D.

Selon la catégorie, la taille des obstacles et des haies variera.

Les épreuves en agility

La vitesse n’est pas ce qu’il y a de plus important en agility. Pour obtenir le meilleur score, il faut être rapide, certes, mais avoir un chien qui n’ait commis aucune pénalité. Chaque faute entraîne un retrait de 5 points sur la note finale.

Pour réussir un exercice, la complicité sera mise en avant. Plus la confiance entre les deux sera importante, plus grandes seront les chances de réussite. Il existe des équipes qui vont miser uniquement sur le score (notamment en championnat du monde), alors que d’autres vont mettre en avant le plaisir de participer.

L’agility peut se réaliser en loisir, dans un club canin. Pour les personnes qui souhaitent concourir, il y a des compétitions disponibles. Celles-ci seront divisées en deux types :

  • L’agility : c’est la partie qui contient les zones de contacts. Tous les obstacles sont présents, avec les sauts, les obstacles à zones ou encore les obstacles de passage. La subtilité de cette épreuve est que le chien devra poser au moins une patte dans chaque zone, que ce soit en montée ou en descente.
  • Le jumping : c’est une activité qui ne comprendra aucune zone de contact. Les sauts, les slaloms et les tunnels en sont les composantes. Le parcours est tracé selon l’envie du juge qui vous briefera. Toutefois, il se doit de s’appuyer sur le règlement international d’agility.

Plusieurs grades sont disponibles. Afin de passer du grade 1, il faut obtenir le Pass Agility et le CAESC. L’accès au grade 2 se fera quand le chien aura obtenu 3 mentions “Excellent” avec l’absence de pénalités à trois compétitions sous, au moins, 2 juges distincts. Enfin, pour accéder au dernier grade, le numéro 3, le binôme devra présenter :

  • 3 épreuves “Agility” avec la mention “Excellent”, sans avoir eu de pénalités, sous 2 juges distincts. Il devra également être présent dans les 3 premiers de la compétition.
  • 2 mentions “Excellent” sans aucune pénalité dans l’épreuve “Jumping”. Comme pour les autres grades, les 2 juges devront être différents. Le binôme devra finir dans les 3 premiers.

La régression des grades est possible si vous n’avez pas les bons scores dans la compétition où vous participez.

Pourquoi l'agility ?

L’agility va vous permettre d’apprendre de nouveaux ordres à votre animal. Mais tout cela ne sera possible que s’il obéit déjà à des ordres simples tels que assis, ici…. D’autant plus que pour ce sport, il ne doit pas avoir de laisse, de collier et que son maître ne doit pas le toucher.

L’agility requiert aussi une certaine concentration car le chien devra être en permanence à l’écoute pour bien entendre ce que vous lui demandez.

Enfin, ce sport est fortement recommandé pour entretenir de bonnes relations avec votre chien et renforcer ainsi votre complicité. Tout au long du parcours, vous devez suivre votre animal en courant la plupart du temps. L’agility va vite être un moment agréable pour votre chien puisqu’il l’aura partagé avec vous. De plus, cela vous permettra de garder une certaine forme physique.

Où et quand pratiquer l’agility ?

L’agility se pratiquera en club canin. Pour cela, vous devez avoir une licence qui vous sera délivrée par l’association affiliée. Pour l’obtenir, des conditions devront être honorées, comme le respect du chien, du monde de la cynophilie et de la charte de déontologie.

L’avantage d’une telle enseigne est qu’il dispose d’un formateur qui saura vous apporter les réponses à vos questions.

L’agility peut commencer très tôt. Néanmoins, les sauts devront attendre que la croissance du chiot soit finalisée. Le risque d’endommager les articulations est trop important.

Les clubs canins sont nombreux. Plus de 400 sont référencés à la SCC. Vous en trouverez forcément un près de chez vous. Si vous le souhaitez, vous pourrez regarder une ou plusieurs séances d’agility pour vous faire une idée de la méthode d’enseignement, bien que la friandise soit la plus répandue.

Profitez de cet univers qu’apporte cette discipline. Vous allez créer une complicité exceptionnelle et vous apprécierez ces moments. C’est un excellent moyen pour divertir son chien, que ce soit dans la dépense physique ou mentale. Sans oublier que cela fait du sport pour l’humain !

Découvrez les activités à pratiquer avec votre chien :




31635cafc469017d38cf860bac991190XXXXXXXXXXXXXXXX