Comment éduquer un Malinois ?

L'éducation du Malinois

Le Malinois est un chien majestueux, intelligent et débordant d’énergie. S’il est bien éduqué, ce chien est un compagnon de vie et de travail sans égal. Néanmoins, faut-il savoir s’y prendre et utiliser à bon escient les capacités infinies de ce chien extraordinaire. Voici donc tout ce qu’il faut savoir pour créer et renforcer une belle relation avec ce chien...

 

 

Le Berger Belge Malinois en quelques mots

Le Malinois fait partie de la grande famille des Bergers Belges qui est constituée de quatre races à part entière : le Malinois, le Laekenois (plus rare), le Tervuren et le Groenendael.

Ce chien est particulièrement intelligent et ne demande qu’une chose : travailler ! Il est fait pour se rendre utile et contenter son maître. Il a donc besoin d’être, d’une part, stimulé à la hauteur de ses attentes et d’autre part, canalisé pour éviter tout débordements.

Initialement, c’est un chien de berger donc de troupeaux, mais il est désormais largement plus représenté dans les unités d’intervention (police, gendarmerie, armée, GIGN, etc.). Il excelle également dans de nombreuses disciplines sportives, comme le ring, le mantrailing, l’agility, l’obédience ou encore l’obé-rythmée.

D’un tempérament affirmé, d’une intelligence remarquable et doté de capacités infinies, ce Berger Belge n’est pas à mettre entre les mains de maîtres néophytes.

En effet, il peut rapidement devenir un chien incontrôlable et donc dangereux si une éducation et une socialisation ne sont pas mises en place de manière précoce et cohérente.

En somme, le Malinois n’est pas un simple chien de compagnie, s’il est considéré comme tel, il sera sans nul doute très malheureux. Ses maîtres devront connaître cette race, ses attentes et besoins et prendre de leur temps pour assumer cette adoption.

Comment éduquer un Malinois ?

L’éducation du Malinois demande du temps. Pour certaines disciplines, on parle même de dressage tant la coopération du chien est importante. On aperçoit souvent le Malinois dans des films, aux côtés des forces de l’ordre ou sur les premières marches des podiums de compétitions sportives, on pense alors que c’est un chien facile à éduquer qui coopère rapidement. Or, il n’en est rien : de nombreuses heures de travail sont nécessaires pour parvenir à de si beaux résultats.

Pour réussir à obtenir la bonne écoute du Malinois, il faut réunir 4 grands critères. Si l’un de ces quatre critères n’est pas validé, tout s’écroule, comme une maison sans fondation solide.

Des besoins de dépense comblés

Ce grand travailleur aura besoin d’extérioriser sa grande énergie. Il ne pourra se contenter de simples balades de quartier pour faire ses besoins. Plusieurs longues balades quotidiennes, à l’extérieur du jardin, seront indispensables à son équilibre.

De plus, il aura besoin d’être stimulé intellectuellement et de manière olfactive le plus régulièrement possible. Cela pourra se faire par le biais d’activités telles que l’apprentissage de tricks, des jeux d’occupations, des jeux de recherche, etc. Ce grand besoin de dépense devra de préférence être comblé par le biais d’une activité constante, régulière, si possible pratiquée dans un club spécialisé, comme le mordant par exemple ou encore l’agility.

Enfin, pour dépenser au mieux son Malinois, il s’agira de lui proposer des rencontres régulières avec des congénères pour qu’il puisse assouvir ses besoins sociaux de communication avec ses pairs.

Une attitude cohérente et constante

L’attitude du maître du Malinois sera déterminante ! Il devra être à la fois ferme et doux dans ses interactions inter-spécifiques et se montrer cohérent au quotidien : ce qui est interdit une fois n’est pas autorisé une autre fois.

L’intelligence remarquable du Malinois peut vite lui permettre de juger de la fiabilité d’une personne ou non. Il a besoin d’un repère, d’un guide et d’un référent pour se sentir bien dans ses pattes.

Sachez qu’un chien, qui plus est un Malinois, qui n’en fait qu’à sa tête et qui obtient toutes les faveurs de ses maîtres n’est pas un chien plus heureux qu’un autre, bien au contraire. N’importe quel chien aura besoin d’un cadre ! Et même si la comparaison est délicate, il en est de même pour un enfant qui aura besoin de limites pour se sentir en sécurité (même s’il n’en a pas nécessairement conscience à l’instant T).

Des règles de vie quotidiennes

C’est à la maison que tout commence, en effet, si vous ne gérez pas votre chien chez vous, il est fort à parier qu’à l’extérieur, ce sera une catastrophe !

Et lorsque l’on ne sait pas gérer un Malinois à l’extérieur, cela peut faire de gros dégâts. Sans vouloir faire passer le Malinois pour un chien dangereux (qu’il n’est pas), il reste tout de même un chien très actif, débordant d’énergie et pouvant vite devenir incontrôlable si des règles de vie ne lui sont pas inculquées dès son plus jeune âge.

Ces règles de vie sont indispensables au bon équilibre psychique du chien et à sa bonne intégration dans votre foyer, certes, mais également dans la société de manière générale. Cela passe par plusieurs règles de base, à appliquer dès l’adoption du Malinois, qu’il soit chiot ou déjà adulte :

  • Gestion de la nourriture

Votre chien doit manger sa ration journalière en une ou deux fois, en un maximum de 15 minutes. Au delà de ce délai, gamelle terminée ou non, elle doit être retirée. Le Malinois doit comprendre qu’il ne peut pas gérer cette ressource, ainsi, le libre service des croquettes sera à proscrire.

Il devra également manger seul, sans être dérangé. Si vous souhaitez lui apprendre à ne pas être agressif vis à vis de sa gamelle, préférez lui rajouter des friandises lorsque vous passez à côté plutôt que de lui en enlever, pour qu’il assimile la présence d’autrui à quelque chose de positif.

  • Gestion de l’espace

Votre chien doit avoir sa place, son panier, son endroit refuge. Lieu qu’il sait tranquille et sécurisé et où personne ne viendra le déranger. Attention donc si vous avez des enfants : le panier est une zone interdite.

De plus, le Malinois doit savoir y aller sur commande et y rester. D’un naturel gardien, il sera important de lui apprendre que c’est vous qui gérez l’arrivée d’invités lorsque vous êtes présent à la maison.

  • Gestion des contacts

Enfin, votre chien doit comprendre que vous êtes à l’initiative des contacts et non l’inverse. Il ne doit pas quémander, que ce soit des caresses, de la nourriture ou des séances de jeu. C'est à vous d’initier ces activités.

S’il vient à réclamer votre attention, ignorez-le (ne lui parlez pas, le ne touchez pas et ne le regardez pas), tournez-lui le dos. Dès qu’il sera passé à autre chose, vous pourrez alors l’inviter à prendre contact avec vous.

Cette attitude est primordiale pour apprendre une notion essentielle à votre chien : renoncer, c’est gagner !

Des bases éducatives renforcées

Pour finir, les bases éducatives devront être amorcées dès le plus jeune âge du Malinois. Lorsqu’il est chiot, c’est la période où il est le plus en éveil et où sa soif d’apprendre est immense ! Un boulevard s’offre à vous, prenez-le en commençant les apprentissages de base : la marche en laisse, le rappel, les positions de statique, etc.

N’hésitez pas à utiliser le jeu et les récompenses pour obtenir toute l’attention de votre chien. Proposez des séances courtes, mais répétées régulièrement. C’est votre constance qui vous permettra de créer et renforcer une belle relation entre vous et votre chien et ainsi, obtenir de merveilleux résultats.

L’aide d’un professionnel est recommandée pour éviter les erreurs et avoir une attitude, une gestuelle et des intonations cohérentes, que votre chien saura identifier, analyser et donc comprendre.

Habituez également votre chien à côtoyer le plus tôt possible le plus d'animaux différents, de personnes de profils différents et faites lui connaître divers environnements. Si l'éducateur que vous avez choisi propose "une école du chiot", c'est encore mieux !

350b4b65faba2c01da942f48001f08ffzzzzzzz