Border collie

Le Border Collie, la formule 1 du chien de troupeau ! Un chien intelligent et vif, mais aussi sensible. Cette race de chien de travail pourra avoir du mal pour s’adapter à la vie d’un simple chien de compagnie. En revanche, il se montrera très performant si vous lui proposez des activités qui nourrissent son besoin de dépense physique et mentale !

Sa fiche d’identité

Noms : Border Collie, Collie des Borders.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et chiens de bouviers.

Utilité : chien de berger.

Particularité : la confirmation en vue de l’inscription au LOF se valide par une épreuve de travail. Le Border Collie devra donc passer une épreuve de troupeau pour être confirmé.

Taille (hauteur au garrot) : entre 50 et 55 cm pour les mâles et entre 45 et 52 cm pour les femelles.

Poids : entre 15 et 25 kg selon la taille et le sexe.

Couleur : plusieurs couleurs sont possibles chez le Border Collie, la seule couleur qui ne doit pas dominer est le blanc. Ainsi, on peut trouver des Border Collie noir, tricolore, sable, brun, rouge ou bleu merle, etc. Le Border Collie est donc peu contraint à un standard physique, c’est avant tout un chien de travail.

Corps : bien proportionné, athlétique à encolure forte.

Poil : le poil du Border Collie peut être court ou mi long. Par ailleurs, cette race de chien bénéficie d’un sous poil serré et doux lui permettant d’être peu sensible aux intempéries.

Entretien du poil : modéré, un brossage régulier pour enlever le poil mort sera suffisant.

Tête : le Border Collie possède un crâne relativement large et un stop bien marqué. Le museau est court et fort.

Yeux : il peut avoir les yeux vairons mais principalement les yeux du Border sont bruns, même si certains peuvent avoir les yeux bleus.

Oreilles : droites ou mi-tombantes.

Queue : la queue du Border Collie est tombante et atteint le jarret. Le bout de sa queue est aussi légèrement courbé. Elle est attachée bas.

Espérance de vie : entre 13 et 16 ans.

Besoin de dépenses : important à très important.

Note : Le Border Collie est un chien de travail par définition, il est donc fait pour passer ses journées à garder un troupeau et aider ses maîtres. Ce n’est clairement pas un chien de compagnie qui pourra se contenter de dormir toute la journée sur le canapé et se suffire d’une balade de 10-20 minutes. En plus d’être demandeur d’activité, le Border Collie a besoin d’avoir une activité qui lui permet de se concentrer et de réfléchir, en somme une activité qui développe son intelligence avant de développer ses muscles.

Activités possibles : le troupeau bien évidemment, mais aussi le treibball, le flyball ou tout autre sport canin. Le Border Collie appréciera aussi accompagner son maître en vélo ou pour un jogging.

Vie en appartement : possible.

Note : Aussi étonnant que cela puisse paraître, un Border Collie peut vivre en appartement à condition d’être suffisamment stimulé et dépensé. En revanche, un Border Collie “enfermé” dans son jardin toute la semaine ne sera pas heureux. Donc que vous soyez en maison ou en appartement, votre Border Collie devra sortir de chez vous et se dépenser mentalement et physiquement tous les jours.

Compatibilité avec les enfants : possible.

 Note : Le Border Collie est un chien énergique et vif. La cohabitation avec les enfants est possible mais il faudra toujours prendre le temps de s’occuper de lui au quotidien. Par ailleurs, une habituation aux enfants dès son plus jeune âge est essentielle comme pour toutes les races de chien !

Cout d’acquisition : entre 600 et 1200 euros (voire plus pour certaines lignées de travail réputées).

Budget mensuel : entre 30 et 70 euros / mois en moyenne.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : A condition de l’habituer très jeune, dès ses 8 semaines si possible. Là encore, le Border Collie étant un chien de travail, il ne faudra pas développer son instinct de prédation. Ne le laissez donc pas fixer pendant des heures ou courir après le chat de la maison, déviez plutôt ce comportement en l’occupant avec une autre activité.

Robustesse : le Border Collie est un chien très robuste physiquement mais il peut se montrer sensible au niveau alimentaire. De plus, c’est une race assez sensible au stress, pouvant entraîner des problèmes de santé.

Son histoire

Les ancêtres du Border Collie sont certainement les chiens nordiques, compagnons des Vikings. Comme son nom l’indique (border signifie « limite » en anglais), il est originaire de la région frontalière de l’Ecosse et de l’Angleterre. Connu depuis le XVIème siècle, le Border a toujours été sélectionné pour ses excellentes aptitudes au travail. Il est d’ailleurs resté de nos jours un des meilleurs chiens de garde et de conduite de troupeaux. En atteste son omniprésence dans les régions où l’on pratique l’élevage intensif de moutons en Australie, Nouvelle-Zélande, Amérique du sud ou du Nord. La race se fixe en 1843 mais n’est reconnue officiellement qu’en 1976, soit 6 ans environ après son arrivée en France. Son travail en France consiste principalement dans les élevages à séparer les brebis des béliers ou à faire changer le troupeau de pâturage.

Cette race assez ancienne, qui aurait commencé à se fixer au 19ème siècle, est encore aujourd’hui considérée comme la “formule 1” des chiens de troupeau en Grande Bretagne. Côté Français, il nous a fallu attendre 1970 pour découvrir ce magnifique chien de travail.

Son caractère

Le Border Collie est un chien très intelligent, rapide et vif. En tant que chien de travail, il peut rester concentré très longtemps et ne fatigue jamais. Il sera alors nécessaire en tant que maître de Border Collie de répondre à ses besoins de dépense physique mais surtout mentale et aussi de canaliser cette grande énergie. Cette race de chien peut facilement développer des “fixettes” ou encore des tocs ou activités de substitution s’il n’est pas suffisamment stimulé. De nature assez sensible néanmoins, la plupart des Border Collie auront besoin d’une bonne socialisation pour éviter de devenir trop réservé à l’âge adulte.

Son éducation

Le Border collie est friand d’éducation et adorera participer à des activités avec ses maîtres. Néanmoins ce sont des chiens très intelligents qui demanderont une éducation stimulante sans quoi ils perdront vite de leur motivation. Les activités en lien avec leur instinct de chien de troupeau sont évidemment à privilégier. De même, ce sont de bons candidats pour apprendre des tours et autres exercices funs et stimulants. Cependant, il sera fortement déconseillé de pratiquer des activités trop répétitives et n’entraînant pas de réflexion comme les jeux de lancer de balle. En effet, ces activités dépenseront (peut-être) votre chien physiquement mais le rendront à force complétement dépendant et excité en présence de sa balle. En résumé, le Border Collie n’est pas un chien de compagnie mais bien un chien de travail, il faudra donc être conscient de son besoin d’être utile si vous désirez adopter cette race de chien.

Ses éventuels problèmes de santé

La dysplasie

Comme beaucoup de chiens de race, le Border Collie peut être sujet à la dysplasie. En revanche, une alimentation et une activité adaptées tout au long de sa vie aideront à limiter les risques. Les radiographies des parents seront aussi un indicateur essentiel concernant la transmission génétique de ce vice rédhibitoire.

Les problèmes oculaires

Le Border Collie peut développer des maladies oculaires, comme l’atrophie rétinienne (APR) ou encore une maladie appelée l’anomalie de l’oeil du colley (AOC) pouvant entraîner la cécité. A savoir qu’un test génétique et une consultation avec vétérinaire ophtalmologue peuvent permettre de dépister ces problèmes.

Le syndrome de dilatation et torsion d’estomac

Le Border Collie étant une race de chien relativement sensible au stress, elle peut être sujette aux torsions d’estomac. Il sera aussi essentiel de ne pas stimuler excessivement votre chien physiquement quelques heures avant et après un repas.

Les crises d’épilepsie

Tout comme la torsion d’estomac, la sensibilité au stress du Border Collie peut le prédisposer aux crises d’épilepsie même si cela reste relativement rare.

Les tares génétiques

Certains mariages peuvent créer des tares physiques et / ou comportementales. C’est pourquoi le blanc ne doit pas être une couleur dominante chez le Border Collie. Ainsi donc, il est fortement déconseillé de faire se reproduire des Border collie de couleur merle, tricolore ou à dominance de blanc entre eux.

Pensez à étudier les offres de mutuelle pour chien afin de ne pas vous trouver au dépourvu lorsqu’il aura besoin de soins vétérinaires.



  1. Mélanie a dit:

    Je voulais absolument faire un retour d’expérience car il y a 6 mois j’ai adopté un border collie. Au début ça a été la catastrophe, il a été malpropre, destructeur etc je suis allé chez un éducateur canin qui m’a montré les erreurs que j’avais fait avec mon chien. En fait je ne le stimulais pas assez et du coup il s’ennuyait, ce qui engendrait ces troubles du comportement. Tout ça pour vous dire que le border est un chien adorable, génial à condition de bien prendre conscience (ce qui n’était pas mon cas) que c’est un chien qui a besoin d’énormément d’activités et j’insiste sur le énormément car sinon il peut vitre être mal dans sa peau. Depuis on pratique l’agility également pour son plus grand plaisir et aussi le mien.

  2. Eric a dit:

    Issue d’une famille d’agriculteurs, nous avons toujours eu des border collie à la ferme pour s’occuper des troupeaux. C’est tout naturellement que j’en ai adopté un dès que j’étais en âge de travailler mais malheureusement je me suis vite rendu compte qu’il n’était pas heureux car je n’avais pas assez de temps à lui consacrer et en fait il ne se dépensait pas assez. ça a été très dur mais j’ai préféré le confier à des membres de ma famille qui vivent en pleine nature et qui ont beaucoup plus de temps que moi pour qu’il puisse sortir et jouer. Les borders collies sont vraiment des chiens qui ont besoin qu’on joue avec eux, qu’on s’occupe d’eux, qu’on les dépense etc donc si vous êtes dans mon cas, orientez vous vers une autre race afin de ne pas avoir un chien malheureux.

  3. Béatrice a dit:

    J’ai adopté mon border collie quand il avait à peine deux mois ce qui était peut être un peu tôt avec le recul. Le premier mois il était hyper stressé j’ai essayé de l’emmener partout pour l’habituer à toutes les situations mais il a vraiment vraiment peur de la foule donc j’y suis allée de façon progressive pour ne pas le perturber et ça a été de mieux en mieux. Le border collie est un chien merveilleux au quotidien mais je rejoinds ce que est écrit dans l’article, les personnes désireuses d’en adopter doivent être conscientes que c’est un chien très énergique donc il faut leur offrir beaucoup de temps pour qu’ils soient épanouis. Je travaille dans un refuge et plusieurs border ont été abadonnés parce qu’ils détruisaient des meubles pendant l’absence de leurs maîtres. Ces chiens étaient sortis à peine 10 minutes par jour juste pour faire leur besoin…

  4. Olivier a dit:

    En tant qu’éducateur canin je rejoins les témoignages précédents. J’ai pas mal de maîtres désespérés qui m’emmènent leur border collie ou leur berger australien car ils n’arrivent plus à faire face. Le problème ne vient pas du chien mais d’eux qui ne le sortent jamais sous prétexte qu’ils ont un jardin. Il ne faut pas oublie que ce chien est un chien de travail avant tout !!!

  5. Guy a dit:

    Je vis en appartement et j’ai un border collie bien qu’on m’ait déconseillé d’en prendre un. Mon chien est promené plus de deux heures par jour et chaque week-end il a le droit a une longue balade en forêt ou à une activité physique pour son bien-être.

Les commentaires sont fermés.

88344c75700113f38172686698475e45eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee