Chien d’Artois

Le Chien d’Artois est un chien courant de taille moyenne et d’origine française. Intelligent et pourvu d’un esprit grégaire assez important, ce chien n’est pas fait pour vivre comme “chien unique” et ne supporte d’ailleurs absolument pas la solitude. Il est important d’en tenir compte avant de songer à une adoption “coup de cœur”.

Sa fiche d'identité

Noms : Chien d'Artois, Grand Chien d'Artois ou Picard, Briquet d'Artois.

Groupe : Groupe n° 6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. – Section n°1.2 : Chiens courants de taille moyenne. Avec épreuve de travail.

Taille : mâle ou femelle mesure entre 53 et 58 cm au garrot.

Poids : entre 28 et 30 kg en moyenne.

Couleur : la robe est tricolore (noir, blanc et fauve foncé).

Corps : trapu et vigoureux.

Poil : le poil est court, épais et bien couché sur le corps du chien.

Entretien du poil : son poil court et épais nécessite des brossages hebdomadaires. Toutefois, ils se doivent d’être systématiques lors des retours de balades pour éliminer les saletés accumulées et maintenir la beauté et les qualités protectrices du pelage.

Tête : le crâne est large, fort, assez court et arrondi. Le stop est marqué.

Yeux : de forme ronde, les yeux sont de couleur brun foncé et expriment un air mélancolique et doux.

Oreilles : les oreilles du chien d'Artois sont larges, longues, épaisses et rondes à leur extrémité. Elles sont attachées au niveau de la ligne des yeux.

Queue : elle est d’une bonne longueur, forte et portée en faucille.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : ce chien de travail a bien évidemment besoin de beaucoup d’exercices pour être pleinement comblé. La chasse est bien entendu son activité de prédilection et il sera d’ailleurs un parfait auxiliaire pour son conducteur.

S’il ne travaille pas auprès d’un chasseur, de nombreuses activités devront lui être proposées pour palier à ce manque.

Activités possibles : chasse, pistage, cani-rando, cani-cross, cani-VTT, mantrailing, etc.

Vie en appartement : déconseillé.

Note : ce chien de chasse rustique n’est absolument pas fait pour la vie citadine. Il ne supporte pas l’attache et encore moins la solitude. De fait, un cadre de vie urbain rendrait très malheureux ce chien qui a besoin d’espace et d’interactions quotidiennes pour se sentir bien dans ses pattes.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le chien d'Artois adore jouer, il peut donc être un parfait compagnon pour les enfants. Mais attention à ce que les règles de sécurité inhérentes à la cohabitation chien/enfant soient comprises et surtout respectées.

Cout d'acquisition : aucune information fiable n’est disponible concernant le prix d’achat d’un Chien d’Artois mais il semblerait que son prix dépasse rarement les 1000€. Par ailleurs, il faut savoir qu’il y a peu de naissances de Chiens d’Artois, il est donc parfois difficile de trouver un bon élevage.

Budget mensuel : il faut compter en moyenne 40€/mois pour subvenir aux besoins d’un chien de ce gabarit.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Chien d’Artois aime vivre en meute, l’entente avec ses congénères est donc toujours au rendez-vous. Toutefois, cela n’empêche pas une bonne socialisation dès le plus jeune âge du chiot d’Artois pour qu’il développe et renforce ses codes canins.

Attention aux petits animaux de compagnie qu’il pourrait considérer comme des proies.

Robustesse : rustique, le Chien d’Artois est robuste et plein de vitalité.

Son histoire

Le Chien d’Artois provient directement du chien de St Hubert à robe noire. On retrouve des écrits évoquant ce chien dès le XVe siècle. La race a connu ses plus belles heures sous le règne d’Henri IV. Le XXe siècle (et plus particulièrement la guerre de 39-45) a failli être fatal à la race. Dans les années 1970, deux éleveurs passionnés ont réussi à pérenniser la race qui est hors de danger maintenant.

Son caractère

Son standard le définit comme un chien vigoureux, rustique, équilibré et affectueux. Il aime la vie de famille et de groupe de manière générale et peut se montrer particulièrement destructeur et bruyant s’il est laissé seul sans interactions possibles. Parfois têtu, des maîtres novices pourraient se laisser dépasser par ce chien intelligent ; toutefois, une attitude cohérente le rend rapidement obéissant et surtout très gentil.

Son éducation

Une main de fer dans un gant de velours est nécessaire pour éduquer ce chien courant. Il faut donc faire preuve de fermeté et d’assiduité dans le travail mais tout en respectant les principes de l’éducation positive pour travailler la coopération du chien plutôt que sa soumission.

Par ailleurs, la vie en meute facilite généralement l’éducation car les plus anciens recadrent et éduquent les plus petits à leur manière.

Ses éventuels problèmes de santé

Cette race ne présente pas de sensibilité particulière à une pathologie. Attention tout de même à bien surveiller et nettoyer régulièrement les oreilles longues et tombantes de ce chien.


Réagissez aussi à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

d289ca437d38db1ed9c9e5e63d12c67fCCCCCC