Chien-loup de Saarloos

Le Chien-loup de Saarloos est un animal primitif, naturellement méfiant face aux situations ou personnes qui lui sont étrangères. Au sein de sa famille, il est affectueux et fidèle. Son éducation demande constance, patience et cohérence et sa socialisation est indispensable. Des maîtres novices pourraient se laisser dépasser par ce grand chien sensible, une main expérimentée est donc nécessaire pour guider le Saarloos et l’accompagner tout au long de sa vie.

Sa fiche d'identité

Noms : Chien-loup de Saarloos, Saarloos, Saarloos Wolfhond.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses). – Section n°1 : Chiens de berger. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 65 et 75 cm pour les mâles et entre 60 et 70 cm pour les femelles.

Poids : entre 35 et 45 kg pour les mâles et entre 30 et 35 kg pour les femelles.

Couleur : la robe peut prendre plusieurs teintes : blanc sablé, sable, gris loup, brun ou fauve charbonné. Le pelage est accompagné de marques claires, typiques du Loup.

Poil : le pelage du Saarloos varie selon les saisons. En hiver, le sous-poil prédomine et forme avec le poil de couverture une fourrure abondante. En été, le poil de couverture prend une place plus importante.

Entretien du poil : le poil ne sera pas difficile à entretenir, d’autant que le Saarloos est un chien très propre qui fait sa toilette seul, à l’instar du chat. Par ailleurs, d’abondantes pertes de poils seront observées pendant les périodes de mues, des brossages quotidiens seront alors nécessaires.

Corps : comme son nom l’indique, il ressemble énormément à un loup. Ce chien est assez imposant. Le corps est de forme allongée, très musclé et harmonieux.

Tête : en parfaite harmonie avec le corps, elle est de forme cunéiforme. Le crâne est aplati et imposant. Le stop est peu marqué.

Yeux : de couleur jaune, ils sont en forme d’amande.

Oreilles : l’attache est faite au niveau de l’œil. Elles forment un triangle légèrement arrondi aux extrémités.

Queue : l’attache est basse. Le chien loup de Saarloos la porte relevée quand il est en action.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le chien-loup de Saarloos a besoin d’énormément d’exercices pour être pleinement épanoui. De simples balades de quartier d’une dizaine de minutes ne pourront le satisfaire. Tous les jours, il devra être promené pour répondre à ses besoins de dépense à la fois physique, olfactive et sociale.

Par ailleurs, des séances éducatives ludiques pourront lui être proposées pour stimuler son intellect, renforcer la relation qu’il a avec son maître et consolider son éducation.

Activités possibles : longues balades, pistage, apprentissage de tricks, etc.

Vie en appartement : déconseillé.

Note : la vie en appartement semble délicate pour ce chien coutumier de la vie en meute. Très sensible et méfiant, les bruits de la ville pourraient le mettre dans des états émotionnels instables. Une habituation dès son plus jeune âge à de multiples situations sera nécessaire, même s’il vit à la campagne.

Par ailleurs, qu’il vive à l’intérieur ou à l’extérieur, à la ville ou à la campagne, de longues balades quotidiennes devront lui être proposées.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note :  dun naturel affectueux et calme, le chien-loup de Saarloos pourra très bien s’adapter à une vie familiale. Mais attention, les enfants devront respecter sa tranquillité. D’importantes règles de vie devront être mises en place pour garantir la sécurité de tous et surtout le confort émotionnel de ce grand sensible.

Coût d'acquisition : il faut compter en moyenne 1000€ pour adopter un Chien-loup de Saarloos LOF.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 50€/mois pour subvenir aux besoins du Chien-loup de Saarloos.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le chien-loup de Saarloos a besoin d’être entouré, naturellement sociable et habitué à vivre en meute, il n’appréciera absolument pas la solitude.

Attention tout de même, ses instincts primitifs pourraient engendrer parfois quelques bagarres mais il faut laisser les chiens communiquer entre eux pour qu’ils apprennent à vivre ensemble (dans la limite du raisonnable bien entendu).

Robustesse : ce chien loup est un animal très robuste et résistant. Il ne craint pas le froid, notamment grâce à son pelage qui s’adapte aux températures extérieures.

Son histoire

Originaire des Pays-Bas, cette race a été créée en croisant une louve européenne avec berger prussien (dénommé aussi berger allemand). Elle fut l’œuvre de Landeert Saarloos. Il dut attendre la 3e portée pour avoir un mâle viable pour commencer la reproduction. Le Kennel Club hollandais a reconnu officiellement la race en 1975.

Son caractère

Le Chien-loup de Saarloos est un animal fier et indépendant. Il déborde d’énergie et se montre quelque peu têtu dans l’éducation. Néanmoins, cela n’enlève en rien son attachement et son dévouement à son maître. Si une relation de confiance est créée et renforcée, le Saarloos est d’une loyauté très fiable. Plutôt distant, notamment avec les étrangers, il n’est pas opportun de forcer le contact avec ce chien.

Son éducation

L’éducation du Saarloos peut s’avérer délicate. Ce chien n’est pas à mettre en les mains de maîtres néophytes. Ses instincts très primitifs rendent parfois la communication assez rude. En effet, son indépendance et sa grande méfiance dans certaines situations sont quelque peu difficiles à gérer.

Toutefois, une bonne relation inter-spécifique ainsi qu’une socialisation de qualité, couplées à une éducation précoce, cohérente et respectueuse de la vraie nature de ce chien-loup parviendront à faire du Saarloos un compagnon agréable.

Ses éventuels problèmes de santé

Côté santé, il ne craint pas grand chose et tombe rarement malade. Cependant, voici quelques pathologies qui peuvent toucher le Saarloos :

  • la Myélopathie Dégénérative : maladie héréditaire rare qui est due à la dégénérescence des structures de la moelle épinière.
  • le Nanisme Hypophysaire : affection rare qui est due à une sécrétion anormale de l’hormone de croissance.
  • l’Atrophie progressive de la rétine : affection héréditaire.


Réagissez aussi à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

621d1a4c0b3874ff59f3fdc8c4594588//////