Comment éduquer un Rottweiler ?

L'éducation du Rottweiler

Bien que classé en chien de 2ème catégorie, le rottweiler n’est pas un chien naturellement méchant ou prédisposé à l’agressivité. Si ce chien est bien équilibré et qu’il est éduqué de manière cohérente par son propriétaire, sa « dangerosité » tient plus à son gabarit imposant et à sa force qu’à son tempérament qui n’est pas naturellement celui d’un chien qui « attaque tout ce qui bouge » comme ce que véhiculent tout un tas d’idées reçues à son sujet.

Caractéristiques du Rottweiler

Le Rottweiler appartient au groupe de race n°2 : Pinscher et Schnauzer, Molossoïdes, Chiens de montagne et de bouvier suisses - Section n°2.1 : Molossoïdes, type dogue.

D’origine Allemande, le Rottweiler est une race très ancienne destinée initialement à la garde et la conduite de bétail, c’est d’ailleurs pour cette raison que ce chien n’a en général que très peu de difficultés à cohabiter avec du bétail ou même des chevaux en écurie, par exemple.

En outre, le Rottweiler est un chien de grand gabarit qui peut mesurer jusqu’à 70 cm au garrot et peser jusqu’à 50kg. Ce sont des données à prendre également en compte avant d’adopter un Rottweiler car on ne peut pas tous gérer et assumer (physiquement et financièrement) un chien de si grande taille.

Le Rottweiler : victime d’une mauvaise réputation

Le Rottweiler est une race quelque peu malmenée par une fausse réputation de chien méchant, notamment à cause d’éleveurs peu scrupuleux qui ont favorisé et encouragé la reproduction de sujets plus ou moins stables équilibrés. Ces pratiques ont d'ailleurs contribué à classer le Rottweiler parmi les chiens catégorisés suite à la loi de 1999, puis celle de 2008, relative aux chiens dits dangereux. De fait, le Rottweiler, de pure race ou non, fait partie des chiens de 2ème catégorie.

Cette catégorisation implique donc que le Rottweiler doit toujours être sorti muselé et tenu en laisse sur la voie publique et que certains lieux. Tous événements ou manifestations lui sont interdits.

Ainsi, en plus de se renseigner sur les caractéristiques physiques et comportementales du Rottweiler avant de l’adopter, il est important de prendre également conscience des obligations liées à l’acquisition d’une telle race (permis de détention, tests d’évaluation, réglementation, discrimination, etc.)

Tout comme pour l’ensemble des chiens catégorisés, il est nécessaire qu’un Rottweiler soit adopté par des propriétaires conscients du travail à faire pour déconstruire la mauvaise (et fausse) réputation associée à cette race.

Le rottweiler, un chien qui a besoin de règles de vie claires et cohérentes

Le rottweiler est un chien qui peut parfois faire preuve d’un fort tempérament et, il sera alors plus que jamais nécessaire de mettre en place des règles de vie claires et cohérentes à la maison.

Ces règles de vie concernent la gestion de la nourriture, des contacts et de l’espace. Ces trois ressources sont en effet des ressources-clé pour un chien et son maître doit fait comprendre à son chien qu’il lui appartient de les gérer afin que le chien ne se sente pas investi du devoir de s’en charger et de se prendre en quelque sorte pour le « chef » à la maison.

Ainsi, avec un rottweiler (comme avec un autre chien, d’ailleurs), il faudra veiller à :

  • gérer son accès à la nourriture en le nourrissant après ses maîtres (ou au moins une heure avant eux), dans une pièce où il sera laissé seul pendant son repas. La gamelle devra au maximum lui être laissée 15 à 20 minutes. Au-delà de ce temps, la gamelle devra lui être retirée qu’il l’ait terminée ou non.
  • gérer l’accès à des endroits « privilégiés » de la maison. Il sera nécessaire d’offrir un couchage confortable à votre rottweiler, placé dans une pièce de vie de la famille afin de ne pas le mettre à l’écart du groupe mais à un endroit où il ne pourra pas surveiller toutes les allées et venues des habitants du foyer. Dans ce même ordre d’esprit, l’accès au canapé devra être règlementé. Cela signifie qu’il n’est pas obligatoire de lui interdire strictement de monter sur le canapé (cela relève d’un choix éducatif de votre part) mais de faire en sorte qu’il en descende sur votre indication. S’il rechigne à en descendre alors, l’interdiction stricte à remonter sur le canapé se justifie et d’autant plus si vous avez des enfants en bas-âge qui pourraient venir « titiller » le chien alors qu’il est sur le canapé.
  • gérer les contacts avec votre chien. Veillez à toujours bien être à l’initiative des contacts avec votre rottweiler. Ne répondez jamais à ses sollicitations lorsqu’il vient réclamer des câlins ou qu’il veut jouer avec lui. Préférez alors l’envoyer dans son panier et le rappeler quelques minutes plus tard, quand votre chien est passé à autre chose, pour lui offrir un câlin ou une séance de jeu.

Pour être bien comprise par le chien, ces règles doivent être cohérentes, c’est-à-dire partagées par tous les membres de la famille et respectées de la même manière par tous, jour après jour.

Rottweiler et enfants : attention !

Le rottweiler n’est pas une race de chien qui attaque davantage les enfants. Néanmoins, quand cela arrive, la puissance de la mâchoire de ces molosses fait de très gros dégâts, à l’origine des drames qui font la une des faits divers des médias. Pourtant, la plupart de ces accidents auraient pu être évités si des règles de sécurité à la maison avaient été mise en place. Un chien mord rarement (voire jamais) sans raison et souvent, l’accident survient quand l’enfant vient « embêter » le chien lorsqu’il se trouve dans son panier. Si vos enfants sont en âge de le comprendre, mettez également des règles en place avec eux en leur apprenant à ne pas aller importuner le rottweiler quand il est dans son panier. Et, quelque soit l’âge des enfants, ne les laissez jamais seuls avec le chien sans surveillance et cela, même pour quelques secondes.

L’indispensable socialisation du Rottweiler

Au même titre que tous ses congénères, si le Rottweiler est socialisé dès son plus jeune âge, il n’aura aucune raison d’être craintif ou agressif envers les autres chiens, les humains ou encore d’autres espèces animales pouvant l’entourer.

Dès ses premiers mois, habituez votre rottweiler à côtoyer tous types d’animaux et tous types de personnes (adultes, enfants, personnes de différentes tailles, marchant avec une canne…). Malheureusement, sa catégorisation fait de lui un chien « handicapé » des contacts congénères puisqu’il doit toujours être tenu en laisse et muselé : ce qui biaise énormément les rencontres. Ainsi, c’est dans le cadre privé qu’il faudra faire vivre un maximum d’expériences canines positives et surtout régulières au Rottweiler afin qu’il maintienne et développe ses codes canins.

Cette socialisation est d’autant plus importante pour atténuer un instinct de garde, généralement bien développé chez le rottweiler.

Les particularités de l’éducation du rottweiler

Le rottweiler est un chien comme les autres que l’on peut éduquer selon les principes de l’éducation positive.

S’il est indispensable d’apprendre à son rottweiler toutes les bases de l’obéissance (« assis », « couché », « non », « pas bouger », « tu laisses »…), il est aussi nécessaire, au cours de son éducation, de mettre particulièrement l’accent sur :

  • l’apprentissage de la marche en laisse. En tant que chien de 2ème catégorie, le rottweiler n’aura en effet pas l’occasion de pouvoir être promené en liberté. Étant donné son gabarit et sa puissance, lui apprendre à marcher en laisse, sans tirer s’avère donc indispensable. Et, pour pouvoir socialiser un maximum le Rottweiler à différents environnements, différents bruits, différentes situations, etc. il sera important de pouvoir l’emmener partout et le balader dans divers endroits. Ainsi, pour que les sorties se passent bien, il faudra donc apprendre au Rottweiler à marcher en laisse sans tirer et à supporter la muselière, et ce dès son plus jeune âge.
  • l'apprentissage des indications de renoncement telles que tu laisses, stop, etc. Ces indications vous aideront à pouvoir le maîtriser votre chien dans n’importe quelle situation.
  • l’habituation positive au port de la muselière. La loi oblige les propriétaires de rottweiler à les équiper d’une muselière lorsqu’ils accompagnent leur maître sur la voie publique, dans les transports en commun, dans les lieux publics et, plus généralement, les locaux ouverts au public ainsi que dans les parties communes des immeubles collectifs…en d’autres termes : partout sauf dans un lieu privé. Il sera donc nécessaire de choisir une muselière confortable pour le chien (de type baskerville, de préférence) et de réussir à faire en sorte que le chien la considère comme un accessoire « positif », associé au plaisir de la promenade, au même titre que sa laisse ou son collier. Notre article intitulé « Habituer son chien au port de la muselière » pourra vous y aider.

Pour faciliter l’éducation du rottweiler ainsi que pour répondre à ses besoins de dépenses physiques et mentales, n’oubliez pas de lui proposer de belles promenades quotidiennes. 

Le Rottweiler ne sera pas un chien particulièrement difficile à éduquer, si l’attitude du maître est cohérente, ferme et juste et si tous ses besoins sont comblés, il saura coopérer avec grand plaisir. Le Rottweiler est un chien tellement fidèle, loyal et en demande, qu’il adorera passer du temps à travailler avec son maître sur divers exercices, si ces derniers ont du sens, bien entendu. Son enthousiasme à écouter, interagir et exécuter les « ordres » font de lui un chien particulièrement doué pour diverses activités canines telle que la natation, le pistage ou l'obé-rythmée. Evitez en revanche tous les sports canins à forts impacts où le chien est amené à sauter, peu adaptés au gabarit du rottweiler. Cela pourra à la fois renforcer son éducation, enrichir la relation qu’il a avec son maître et surtout dépenser sa grande énergie. Évitez en revanche tous les sports canins à forts impacts où le chien est amené à sauter, peu adaptés au gabarit du rottweiler.

Pour conclure :

Pour bien éduquer un Rottweiler il faut :

  • passer outre les clichés liés à sa race,
  • le considérer tel qu’il est plutôt que comme un chien méchant,
  • accepter les obligations liées à sa catégorisation,
  • lui fixer des limites dès son plus jeune âge,
  • lui apprendre à accepter la muselière et à marcher en laisse sans tirer,
  • répondre à ses besoins de dépense (physiques, mentaux, olfactifs et sociaux),
  • le socialiser dès son plus jeune âge à travers des rencontres régulières, contrôlées et positives,
  • l’emmener dans divers endroits pour l’habituer à vivre différentes situations à vos côtés,
  • créer une réelle relation inter-spécifique basée sur la confiance,
  • ne pas faire preuve de trop de fermeté, et ne jamais avoir recours à la brutalité,
  • respecter et prendre en compte sa sensibilité, derrière sa carapace de « gros dur »,
  • respecter les principes de l’éducation positive,
  • ne pas chercher à lui apprendre à monter la garde, il a ça dans le sang, pas besoin de l’encourager davantage.




0cc79bbafcc0347bb71820ae732fa776!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!