Le premier réflexe à avoir en cas de douleur chez votre chien est de consulter votre vétérinaire. Mais encore faut-il savoir reconnaître un animal qui souffre…

Quand ça fait mal : les principaux signes de douleur chez le chien

La souffrance peut s’exprimer différemment d’un chien à un autre et selon le siège de sa douleur. Cependant, la survenue de l’un ou plusieurs des signaux suivants peuvent vous mettre sur la piste d’une douleur chez votre animal :

  • Un changement de son comportement général

Un chien qui souffre peut apparaître prostré, abattu et ressentir la nécessité d’aller se cacher dans un endroit calme et obscur de votre domicile. Un chien qui souffre peut aussi, a contrario, être plus agité qu’à l’ordinaire, ne pas tenir en place, avoir un sommeil perturbé… Il peut refuser d’aller se promener, de quitter son panier, ne plus vous accueillir joyeusement comme à son habitude lorsque vous rentrez à la maison ou bien encore se montrer agressif ou irritable lorsque vous allez à son contact alors qu’habituellement il est doux comme un agneau…

  • Des plaintes, des gémissements voire des cris

La douleur chez le chien peut aussi se manifester par des plaintes, des gémissements anormaux, des cris lorsque vous touchez un endroit sensible de son corps par inadvertance…Ces signes se produisent généralement en cas de douleur aiguë et intense.

  • Des boiteries quand la douleur se situe au niveau d’une de ses pattes, de l’un de ses coussinets voire de son dos,
  • Un regard triste inhabituel,
  • Une queue basse alors que votre chien la porte habituellement haute et joyeuse ou une démarche inhabituelle le dos rond et la tête basse,
  • Un refus de manger lorsque c’est une dent qui le fait souffrir,
  • L’adoption récurrente d’une posture particulière appelée la « position du prieur » ou « la position de prière » quand c’est son ventre qui le fait souffrir.

La position de prière du chien est synonyme de douleur

Quand la douleur n’est pas physique…
Le chien est un animal sensible à qui il arrive de souffrir psychiquement. Cette souffrance psychique peut s’exprimer par des TOC (troubles obsessionnels compulsifs) comme le tail-chasing (le chien qui court après sa queue), des léchages compulsifs notamment au niveau de ses pattes avant…pouvant aller jusqu’à l’automutilation. Autant de signes qui doivent aussi vous alerter et vous convaincre d’aller consulter un vétérinaire au plus vite.

Que faire si mon chien souffre ?

La douleur chez le chien est un signal d’alarme à ne pas prendre à la légère. S’il est vrai que certains chiens sont plus « douillets » que d’autres, ils sont en général « plus durs au mal » que nous autres Humains. Par conséquent, quand votre chien montre des signes de douleurs, c’est bien souvent que sa souffrance dépasse de loin celle que nous serions en mesure de supporter. Il ne faut donc pas tarder à aller consulter votre vétérinaire afin qu’il soulage votre chien avec un traitement adapté qui s’attaquera à la fois aux causes de la douleur et à la douleur en elle-même.

Aucune douleur n’est normale ou acceptable : ni les douleurs « attendues » à la suite d’une opération chirurgicale, ni les douleurs articulaires dont un chien souffre à cause de son grand âge. Quelque soit l’origine de son mal, votre vétérinaire a toujours des solutions pour soulager votre chien. En complément des méthodes conventionnelles et de la physiothérapie, le recours à des médecines alternatives comme l’ostéopathie, l’acupuncture et la phytothérapie peuvent également aider à soulager toutes les formes de douleurs.

A savoir

Il est important de soulager les douleurs chroniques de votre animal car la douleur physique peut se muer en douleur psychologique à l’origine d’une véritable dépression chez votre chien. De plus, une douleur chronique risque d’influer sur l’état de santé générale de l’animal à moyen et long terme en fragilisant son système immunitaire et en affectant son système cardio-vasculaire.

En attendant la visite chez le vétérinaire…

Installez votre chien dans un endroit calme et isolé de votre domicile, à l’abri des courants d’air et éloigné de toute source de chaleur comme un radiateur, un poêle ou une cheminée…et laissez-le se reposer (tenez notamment vos enfants à l’écart).

Ne tentez jamais d’administrer un anti-douleur formulé pour les humains à votre animal. Aspirine, ibuprofène et paracétamol sont extrêmement toxiques pour les chiens.

En attendant la consultation chez votre vétérinaire, il est possible d’avoir recours à des solutions naturelles et sans risque d’intoxication telles que l’application d’une poche de glace sur une zone douloureuse ou l’administration de granules homéopathiques pour l’aider à mieux supporter sa douleur comme par exemple:

  • 2 granules d’Arnica 5CH tous les quarts d’heures jusqu’à amélioration en cas de douleur aiguë consécutive à une contusion ou 2 fois par jour en cas de douleurs musculaires,
  • Ledum palustre 5CH à raison de 2 granules toutes les 8 heures en cas de piqûres d’insectes ou de choc sur l’œil,
  • Belladonna 5CH pour soulager des douleurs d’origine inflammatoire,

Mais attention, en aucun cas ces “solutions” ne doivent remplacer ni retarder la consultation chez un vétérinaire !

Si les douleurs se situent au niveau de ses membres ou de son dos, vous pouvez également :

  • mettre votre chien le plus à l’aise possible en lui proposant un couchage où il pourra s’étendre confortablement de tout son long, au lieu d’un panier où il devra se recroqueviller,
  • surélever sa gamelle de nourriture et d’eau pour lui en faciliter l’accès s’il montre des signes de douleur au niveau du cou ou de ses pattes.

Si son poids et son gabarit le permet, portez le pour monter les escaliers ou dans la voiture. Dans le cas inverse, interdisez-lui dans la mesure du possible l’accès aux escaliers ou installez une rampe d’accès d’appoint (une planche bien solide, assez large et assez longue peut faire l’affaire) si vos escaliers ne comptent que quelques marches ou pour lui faciliter l’accès à la voiture.



toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation