Se séparer de son chien n’est pas un acte à prendre à la légère. Plusieurs solutions sont alors envisageables pour placer son chien au sein d’un nouveau foyer aimant et attentionné.

Se séparer de son chien, ce n’est pas l’abandonner

Incompatibilité maître-chien, problème de santé ou perte d’autonomie qui rendent impossible la poursuite de la cohabitation avec un chien, mutation professionnelle…il existe diverses raisons qui peuvent vous pousser à devoir vous séparer de votre chien. Ces raisons vous appartiennent et ne donnent le droit à personne de vous juger.

Cependant, avant de vous séparer de votre compagnon à quatre pattes, assurez-vous de bien avoir peser le pour et le contre et surtout, d’avoir bien envisagé toutes les solutions alternatives possibles. Se séparer de son chien n’est en effet pas un acte anodin et doit être mûrement réfléchi afin de ne pas le regretter par la suite.

Si aucune autre solution que la séparation n’est envisageable alors assumez votre décision et, dans la mesure du possible, accompagnez votre animal vers un nouveau foyer que vous saurez adapté à ses besoins, à son bien-être et à ses habitudes de vie. En tant que maître, vous le lui devez ! Des associations et des refuges peuvent vous aider dans ces démarches. Rappelez-vous que se séparer de son animal, c’est le placer mais ce n’est en aucun cas l’abandonner en le laissant divaguer au bord d’une route, en le laissant aux portes d’un refuge en dehors de ses heures d’ouverture ou attaché à un arbre dans une forêt … Ces actes constituent par ailleurs, selon l’article 521-1 du Code pénal, un délit passible de 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende au même titre que les actes de cruauté et sévices graves envers les animaux.

Se séparer de son chien : les différentes solutions

Le don à des particuliers

L’une des solutions qui s’offre à vous est de donner votre chien à une autre famille contre ses bons soins.

Afin de trouver le foyer idéal à votre chien, vous pouvez publier des annonces sur des sites de petites annonces en ligne, sur les réseaux sociaux, dans le commerce de proximité ou sur des journaux locaux. Vous pouvez également faire le tour de vos connaissances, familles, collègues ou amis. Dans le texte de l’annonce, faites part de la « personnalité de votre chien » sans enjoliver la réalité ni occulter les éventuels défauts, problèmes comportementaux ou soucis de santé de votre chien. Ses futurs maîtres doivent savoir à quoi s’attendre. Si votre chien présente des problèmes comportementaux, rapprochez-vous si possible d’un éducateur canin de votre région qui saura vous proposer des pistes d’amélioration et un plan de travail que vous pourrez transmettre à la future famille de votre chien. Vous ciblerez ainsi des personnes réellement motivées par l’adoption de votre chien et prêtes à s’investir dans une future cohabitation harmonieuse.

Avant de confier votre chien à sa nouvelle famille, n’hésitez pas également à poser toutes les questions que vous jugerez utiles afin de vous assurer de l’adéquation de votre chien avec le mode de vie des personnes qui composeront son nouveau foyer. Vérifiez que ces personnes auront le temps, l’envie et le budget nécessaire pour s’occuper convenablement de votre chien… Pour ce faire, vous pouvez vous inspirer des questions à se poser avant d’adopter un chien listées dans notre article consacré à ce sujet.

Une fois la nouvelle famille sélectionnée, le mieux est de lui proposer de faire un essai en lui confiant votre chien pour un week-end afin de savoir si « le courant passe » d’un côté comme de l’autre.

Cette solution demande évidemment du temps et nécessite d’anticiper la séparation avec votre animal.

Le placement dans une famille d’accueil

Pas le temps ou la possibilité de sélectionner vous-même la nouvelle famille d’adoption de votre chien ? Vous pouvez faire appel à une association ou à une fondation de protection animale pour vous aider à trouver une famille d’accueil qui gardera temporairement votre animal en attendant de lui trouver une famille définitive. Cette solution est à privilégier au placement en refuge qui constitue un environnement assez traumatisant pour tous les chiens.

Forte de leur expérience des chiens, la plupart des familles d’accueil pourront d’ailleurs entreprendre un travail d’éducation ou de rééducation si nécessaire de votre animal pour favoriser sa future intégration dans un foyer définitif.

Le placement en refuge

En dernier recours, il est également possible de placer son chien dans un refuge. Mais attention, il y a de fortes chances que que le refuge ne puisse pas accueillir votre chien immédiatement car la plupart d’entre eux sont déjà surchargés et il faudra alors attendre qu’une place se libère pour votre animal.

L’admission du chien se fait généralement sur rendez-vous et après un entretien avec un employé de la structure afin de lui permettre de recueillir un maximum d’informations sur l’animal, ce qui permettra alors de faciliter son placement en famille d’accueil ou son adoption définitive par la suite.

Le refuge peut demander des frais de participation à son placement dont le montant varie en fonction des structures.

Se séparer de son chien : les modalités

Avant de donner votre chien à un particulier, une association ou à un refuge, il est nécessaire de vous assurer :

  • qu’il est bien identifié par un tatouage et/ou une puce électronique. C’est une obligation légale pour le cédant,
  • que la carte d’identification du chien est bien en votre possession afin de la transmettre au nouveau propriétaire de l’animal. Ce papier atteste de la propriété de l’animal : il devra être signé et adressé à l’Icad, le fichier national d’identification des carnivores domestiques, par le nouveau propriétaire pour qu’il soit légalement reconnu comme tel. Si vous n’êtes plus en possession de cette carte, vous devez faire une demande de duplicata auprès de l’i-Cad à l’aide d’un formulaire de demande de duplicata remis par un vétérinaire,
  • le carnet de santé de l’animal et/ou son passeport européen à jour de ses vaccinations ou, à défaut, un certificat vétérinaire de “bonne santé”.




toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation