Chez le chien, il arrive que des vers ronds, injectés après la piqûre d’un moustique, parasitent le cœur et l’artère pulmonaire et soient à l’origine d’une maladie grave appelée la dirofilariose cardiaque.

Dirofilaria immitis, un ver rond à l’origine de la dirofilariose cardiaque

L’agent responsable de la dirofilariose cardiaque chez le chien est un ver rond ou nématode appelé Dirofilaria immitis.

Il s’agit d’un ver ressemblant à un fil de 15 à 20 cm de long qui ne pond pas d’œufs mais qui relargue directement dans l’organisme de son hôte, des larves appelés les micro-filaires de quelques centaines de micromètres de long.

La contamination du chien se fait via le dépôt des larves du ver sur la peau du chien par un moustique à l’occasion d’une piqûre. Les larves entrent ensuite dans l’organisme du chien par la plaie de la piqûre où elles vont poursuivre leur développement en une centaine de jours et migrer vers le ventricule droit du cœur et l’artère pulmonaire du chien.

Dirofilaria immitis est un parasite présent dans tous les endroits où vit le moustique Culex pipiens qui en est le vecteur. En France, il sévit surtout dans les régions méditerranéennes, dans les Pyrénées, en Corse ainsi qu’en Normandie. Les DOM-TOM sont aussi touchés.

Y a-t-il un risque pour l’Homme ?

Les vers présents dans l’organisme d’un chien ne peuvent pas se transmettre directement de l’animal à l’Homme. En revanche, le chien constitue un réservoir de larves qui contaminent les moustiques qui viendraient les piquer. Si un moustique infesté en vient ensuite à piquer un humain, il peut lui transmettre le parasite.

Les symptômes de la dirofilariose cardiaque

La dirofilariose est responsable d’une dégradation de l’état général du chien : il apparaît fatigué surtout à l’effort, il se met à tousser et peut maigrir sans raison apparente. Petit à petit, la toux s’aggrave et s’accompagne de difficultés respiratoires qui peut évoluer vers l’insuffisance cardiaque droite dont les signes cliniques sont une distension des veines jugulaires (gonflement visible des veines au niveau du cou) et une ascite (accumulation anormale de liquide dans l’abdomen).

D’autres symptômes peuvent apparaître comme des syncopes, une hémoptysie (rejet de sang lors de la toux) et une hémoglobinurie (présence d’hémoglobine dans les urines).

Les animaux atteints de dirofilariose sont classifiés en 3 classes selon la sévérité de l’infestation et de leurs symptômes, de I (faible) à III (sévère).

Le diagnostic de la dirofilariose cardiaque

Le diagnostic de certitude de la dirofilariose cardiaque se fait à l’aide d’une sérologie permettant de détecter les antigènes de vers adultes dans le sang. Cette sérologie ne peut se faire qu’à l’issue de la période prépatente de 6 à 7 mois qui suit l’infestation (temps nécessaire au développement des vers). Il est également possible de détecter les microfilaires circulants, libérés par les vers femelles adultes dans le sang du chien mais cette présence de larves dans le sang n’est pas systématique.

D’autres examens complémentaires pourront être pratiqués au besoin par le vétérinaire :  radiographie du thorax afin d’observer l’aspect du cœur et des vaisseaux pulmonaires, échocardiographie et électrocardiogramme pour évaluer la fonction cardiaque et éventuellement visualiser les vers, analyses sanguines et urinaires.

Les vers du cœur chez le chien : quels traitements ?

Le traitement de la dirofilariose repose principalement sur l’administration successives de deux types de médicaments par le vétérinaire.

Le premier est un traitement adulticide qui vise à tuer les vers adultes présents dans le cœur et/ou l’artère pulmonaire du chien. Il s’agit de médicaments injectés en intra-musculaire. En raison des nombreux effets secondaires de ce traitement et notamment du risque de survenue d’embolie pulmonaire associé, ce traitement ne sera généralement entrepris par le vétérinaire que si la vie du chien est en danger. Il devra s’accompagner d’une mise au repos absolu du chien pendant toute la durée du traitement.

Le second est un traitement microfilaricide dont l’objectif est d’éliminer les larves des vers circulantes dans le sang du chien. Il s’entreprend généralement 3 à 4 semaines après le traitement adulticide et peut être administré par voie orale. Des effets secondaires sont également possibles lors de la mort d’un nombre massif de larves.

Vers du cœur chez le chien : comment protéger son animal ?

Pour protéger son animal contre l’infestation, le mieux est encore de miser sur la prévention. Cette prévention consiste à éviter à son chien les piqûres de moustique dans les zones à risque et s’articule en 3 volets :

Lutter contre les moustiques

Dans les jardins ou sur les balcons, faites la chasse à tous les récipients qui pourraient constituer des petits réservoirs d’eau stagnante où les moustiques pullulent (petites soucoupes contenant de l’eau, vieux pneumatiques, pots de fleurs…).

Si vous habitez une région à risque, équipez vos fenêtres de moustiquaires pour barrer l’entrer à ces insectes.

Éviter les zones et les périodes à risque

Évitez de promener votre chien au crépuscule dans des zones bordées d’eau douce. C’est à cette période de la journée que le moustique vecteur de la dirofilariose a une activité maximale.

Ne laissez pas votre animal dormir à l’extérieur la nuit si vous habitez dans une région à risque ou si vous êtes en voyage dans une région où le moustique sévit.

Traiter son animal

Enfin, traitez votre animal à l’aide d’un produit répulsif efficace contre le moustique Culex pipiens. Différentes spécialités commerciales sont disponibles sous forme de collier ou de pipettes spot-on. Demandez conseil à votre vétérinaire pour le choisir.

Si vous vivez dans une zone endémique du moustique, commencez le traitement un mois avant la saison des moustiques, renouvelez-le tous les mois pendant la saison à risque et réalisez un dernier traitement 1 mois après la fin de la saison à risque.

Si vous voyagez avec votre chien dans une région à risque, commencez le traitement 1 mois avant le départ, poursuivez-le tous les mois une fois sur place puis poursuivez-le 1 mois après votre retour.



toutoupourlechien.com

Par Guylaine VANDEKERKHOVE

Co-fondatrice de toutoupourlechien.com et rédactrice santé & alimentation