Vétérinaire comportementaliste : que prennent en charge les mutuelles pour animaux ?

Les problèmes de comportement chez les animaux de compagnie doivent être pris très au sérieux.

Pour obtenir d’excellents résultats, il est indispensable de consulter un vétérinaire comportementaliste. Ce docteur en médecine spécialisé met en place un protocole établi au cas par cas après avoir étudié l’animal, son environnement, et écouté ses maîtres. Certaines mutuelles pour animaux prennent en charge ce type de consultation.

Rôle du vétérinaire comportementaliste

Hyperactivité, agressivité, peur exacerbée, malpropreté sont parmi les nombreux troubles comportementaux qui nécessitent une consultation chez un vétérinaire comportementaliste. Il s’agit d’un spécialiste du comportement animal, ayant suivi une formation diplômante spécifique à l’issue de sept années d’études vétérinaires. Il existe une différence entre vétérinaire comportementaliste et comportementaliste animalier. Seul le premier est un docteur en médecine autorisé à délivrer des médicaments. Il s’agit d’un expert.

Origine des troubles comportementaux chez le chien

Un chien peut présenter des troubles du comportement pour différentes raisons :

  • Une mauvaise communication entre le maître et/ou la famille et l’animal qui donne lieu à des difficultés relationnelles.
  • Un dressage inadapté, une mauvaise éducation peuvent être à l’origine de troubles du conditionnement.
  • La maltraitance entraîne des troubles du développement.
  • Une variation génétique est parfois responsable d’un comportement agressif chez le chien.

Le vétérinaire comportementaliste est à-même de définir précisément la nature des troubles du comportement mais également leur origine.

Déroulement d’une consultation chez un vétérinaire comportementaliste

Faire suivre son chien par un vétérinaire comportementaliste est indispensable à différents niveaux. Le spécialiste établit tout d’abord un diagnostic, puis recherche l’origine du trouble. Il adapte ensuite le traitement au cas par cas, qu’il s’agisse d’un traitement médicamenteux, d’une thérapie comportementale, ou de l’association des deux. Il peut être amené à prescrire des examens complémentaires afin de rechercher une pathologie sous-jacente comme c’est par exemple le cas si le chien présente une maladie organique. Quant à l’’évaluation comportementale d’un chien dangereux, elle donne lieu à l’établissement, par le vétérinaire comportementaliste, d’un diagnostic de dangerosité.

Un conseiller à l’écoute du maître

Ce spécialiste du comportement animal tient également un rôle de conseiller auprès du maître du chien. C’est la raison pour laquelle il demande à toute la famille d’être présente à la première consultation dont la durée est généralement de 90 minutes. Chacun s’exprime sur sa propre relation avec le chien, sur son ressenti, mais aussi sur ses attitudes envers l’animal avant et après la manifestation des troubles. Au cours de la consultation, le professionnel observe le chien afin d’étudier son comportement et sa relation avec chacun des membres de la famille. Enfin, il tente de savoir comment se comporte l’animal avec les autres animaux présents dans son environnement, avec des personnes étrangères. Il a tout autant besoin de connaitre ses habitudes de vie.

Le vétérinaire comportementaliste est amené à inviter le maître et les autres membres de la famille à changer certaines de leurs habitudes ou à modifier leur relation avec leur animal de compagnie. C’est en tout cas nécessaire lorsque la famille a commis des erreurs.

Troubles du comportement chez le chien : traitement et thérapie

Nous l’avons vu, le vétérinaire comportementaliste peut être amené à associer traitement médicamenteux et thérapie. Pour que le chien soit apte à appréhender les séances de thérapie comportementale, le vétérinaire peut lui administrer des psychotropes. Ceux-ci ont une action sur le système nerveux central. Le chien peut aussi recevoir une dose de phéromones synthétisés car ils agissent sur le comportement de l’animal au même titre qu’un médicament. Le vétérinaire peut juger utile d’associer au traitement des compléments alimentaires spécifiques ayant une action sur le comportement de l’animal. C’est le cas des nutraceutiques.

Quant à la thérapie, elle est décidée au cas par cas, en fonction des troubles comportementaux dont souffre le chien, des propres caractéristiques de l’animal, de son âge, de son état de santé, de son environnement. Des séances d’éducation canine peuvent être prescrites parallèlement. Mais les thérapies comportementales de l’animal de compagnie impliquent tout autant le maître et sa famille.

Après quelques semaines de traitement et de thérapie, une consultation de contrôle est indispensable. C’est le moment pour le vétérinaire et la famille de faire le point et de mesurer les progrès déjà réalisés.

Prévention des troubles du comportement chez le chien

Dans bien des cas, les troubles comportementaux chez le chien peuvent être évités. C’est notamment le cas lorsqu’ils trouvent leur origine dans un problème de communication entre le maître et l’animal, ou lorsque le chien fait l’objet de mauvais traitements. Il est établi que c’est au cours du développement du jeune chien que peut se développer une pathologie comportementale. Un milieu adapté facilite le développement sensori-moteur des jeunes animaux de compagnie car environnement et conditions de dressage/élevage ont un impact direct sur le comportement futur de l’animal. Il faut par exemple créer un environnement social et physique stable et serein pour permettre à une femelle gestante de ne pas être perturbée en attendant ses petits. Et mieux vaut éviter qu’une chienne ait des petits si elle présente des troubles du comportement tels qu’une difficulté à se socialiser, une anxiété extrême voire une phobie.

Consulter sans attendre un vétérinaire comportementaliste permet de prévenir la sévérité de troubles comportementaux chez le chien, notamment dans le cas de l’hypersensibilité-hyperactivité (Hs-Ha). Ce que les maîtres considèrent comme les manifestations normales chez le chiot risquent de s’aggraver s’ils n’y prêtent garde.

On constate donc que la prévention des troubles comportementaux chez le chien commence durant la période prénatale et se poursuit au cours de la période néonatale.

Prise en charge des troubles du comportement par les assurances animaux

Il est très important de consulter un vétérinaire comportementaliste lorsqu’un chien présente un trouble du comportement car il peut engendrer une pathologie. Or, si l’on n’a pas pris soin d’assurer son chien, ce suivi entraîne des dépenses plus ou moins conséquentes. A titre d’exemple, la première consultation chez un vétérinaire comportementaliste coûte entre 100 et 150 €. Certaines assurances chien peuvent prendre en charge tout ou partie des frais engagés, en fonction de la formule choisie. Cette prise en charge totale ou partielle concerne les consultations, les traitements, les examens complémentaires, la thérapie. Mais pour que la prise en charge soit possible, il est nécessaire que le protocole soit établi par un vétérinaire ou par un vétérinaire comportementaliste et non pas par un comportementaliste non diplômé. Le choix du professionnel auquel le maître souhaite confier la santé de son animal a donc son importance.

Consulter un vétérinaire comportementaliste est fondamental pour que la famille comprenne parfaitement la maladie ou les troubles de son chien, d’où l’intérêt de souscrire un contrat d’assurance pour animaux. Comprendre c’est se donner les moyens de réagir, d’apporter les modifications qui s’imposent pour résoudre les problèmes. Une prise en charge rapide du chien par un expert et une parfaite implication du maître et de sa famille permettent d’obtenir d’excellents résultats.

Vous aimerez lire également:

623a6e548385422fcd7b87600566757722222222222222222